La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Vacances

Blog en repos jusqu'au 23 août. A bientôt !

 

plongeon.jpg

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

gilles 17/08/2010 18:14



 


Walter Hallstein



Walter Hallstein (né le 17 novembre 1901 à Mayence et décédé le 29
mars 1982 à Stuttgart) était un homme politique allemand.


Walter Hallstein fut un éminent professeur de droit nazi qui déclara en 1939 : L’une des plus importantes lois (dans la partie occupée des pays européens) est la « loi sur la
protection du sang et de l’honneur allemand. » Cet avocat de loi nazie « sang et honneur » joua un rôle dans la création de la structure de base de l’Union Européenne et devint
le premier chef de la Commission Européenne, un organe exécutif adroitement conçu pour gouverner l’Europe en dehors de toute ingérence de contrôle démocratique. Cette absence de démocratie est
assez évidente à Bruxelles, en particulier aujourd’hui. En 1957, il négocie et signe avec Adenauer le traité de Rome au titre de secrétaire d'Etat aux affaires étrangères du chancelier. A ce
poste, il élabore la Doctrine Hallstein et négocie au nom de la RFA les modalités de la construction européenne.


Il est ensuite le premier président de la Commission européenne de 1958 à 1967 (Commission Hallstein). En1965, il présente le Plan Hallstein dans lequel il préconise l'organisation d'une Europe fédérale. Ce projet suscite un veto immédiat
du général de Gaulle. Finalement, les réticences de la France à son égard amènent son remplacement par le belge Jean Rey, qui exerça la présidence de la Commission de 1967 à 1970.


Walter Hallstein achève ensuite sa carrière comme député au Bundestag.




gilles 05/08/2010 20:19



Bonnes vacances Edgar, repose et détends-toi bien, profite de la vie. À ton retour tu pourras lire ce que je viens de découvrir sur 


 


 


La carrière politique étonnante de Paul-Henri Spaak


 


 


1) Professeur d'histoire comtemporaine à l'Université d'Orléans, Yves Durand est l'auteur de nombreux travaux sur le régime de Vichy, la collaboration, les
prisonniers de guerre, qui ont contribué, depuis vingt ans, au renouvellement des connaissances sue le deuxième guerre mondiale, dont il est devenu un spécialiste reconnu.


 


Extrait du livre d'Yves Durand « Le nouvel ordre européen nazi » au Éditions Complexe :


 


Avant guerre plusieurs représentants de ces divers courants fascistes ou fascisants, neutralistes et pacifistes, se retrouvent, à Bruxelles, dans le salon des époux
Didier. Edouard Didier, grand bourgeois bruxellois, a fondé en 1933 un club « Jeune Europe »; il entretient des relations suivies avec Otto Abetz et avec Max Liebe, membre de l'ambassade du Reich
à Bruxelles. Il organise chez lui, avec sa femme, des rencontres germanobelges où les Allemands précités retrouvent, outre Henri de Man, d'autres socialistes proches du ministre Paul-Henri Spaak,
le journaliste socialiste chrétien Raymond de Becker, mais aussi les « rexistes » Pierre Daye (président du groupe parlementaire du mouvement) et Josef Streel... Ce foyer de pacifisme est ainsi,
volontairement ou non, le creuset des influences germaniques et nazies au sein de l'establishment belge. 


 


En octobre 1939, au début de la « drôle de guerre », ce noyau pacifiste influent a lancé un journal neutraliste affirmé, « Ouest », que soutient discrètement le
ministre des Affaires étrangères Paul-Henri Spaak, mais qui émarge aussi au budget secret de l'ambassade d'Allemagne, pour 300000 Marks par mois au printemps 1940. 


2) Les archives de l'Institut Marcel Liebman


Page
d'accueil de l'institut Marcel Liebman


 


La
page d'archive de l'Institut Marcel Liebman consacrée à Paul-Henri Spaak


 


3) Le site « Les dessous de Bruxelles »


et son dossier :
Paul-Henri Spaak père de l'Europe