La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Jo Nesbo, Rouge Gorge

Ce polar norvégien m'a été conseillé par un libraire compétent, qui m'a prédit une bonne surprise.

On suit en effet avec intérêt l'enquête menée par Harry Hole.

Ce policier pressent que la découverte d'une cartouche de fusil Marklin, interdit à la vente car trop puissant et précis, annonce des événements ennuyeux.

Il poursuit une enquête qui nous conduit, flash backs aidant, parmi les danois engagés dans la SS sur le front de Russie, puis chez leurs successeurs néo-nazis contemporains.

C'est parfaitement mené et bien fait. Surtout, les récits des années 40 sont à l'égal d'une littérature jugée plus noble. Les passages sur le front russe ne dépareraient pas dans Vie et Destin ou dans les Bienveillantes.

J'ai beaucoup aimé ce passage où Héléna prend congé de son supposé futur beau-père, un allemand des années 40 :

"Savez-vous pourquoi ce cheval a manqué de vous envoyer par terre, Herr Brockhard ? Parce que vous l'avez regardé droit dans les yeux, Herr Brockhard. Les chevaux perçoivent ce contact comme une provocation, comme une preuve de non-respect envers le cheval et sa position dans le groupe. S'il ne parvient pas à éviter ce contact, il doit réagir autrement, en se révoltant par exemple. Sans preuve de respect, vous n'arrivez également à rien dans le dressage, quelle que soit la supériorité de votre race, n'importe quel dresseur d'animaux vous le dira. Pour certaines espèces, il est intolérable de ne pas être respecté. Sur les hauts plateaux d'Argentine, on trouve un cheval sauvage qui se jette dans le premier précipice venu si quelqu'un essaie de le monter. Adieu, Herr Brockhard."




Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article