La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

La Grande Illusion et Aurore Martin

Hier soir je me suis regardé la Grande illusion, que je n'avais jamais vu. Superbe film, très peu vieilli.

On y voit, un moment, des soldats allemands retenir leurs tirs alors que leurs cibles sont passées en Suisse.

suisse.jpg

 

J'y ai vu comme une façon peut-être involontaire de souligner qu'il est parfois bon que subsistent des frontières. Parce qu'aucun gouvernement n'est parfait, la diversité des systèmes légaux, leur incompatibilité, permet aux pourchassés de se réfugier.

J'y ai repensé en lisant que Aurore Martin, avait été expulsée vers l'Espagne, où elle risque la prison pour avoir participé à des réunions d'ETA.

J'avais déjà écrit à ce sujet, en décembre 2010 :

 Dans un autre domaine, la France vient d'accepter, en tout cas via la cour d'appel du tribunal de Pau, l'exécution :d'un mandat européen d'expulsion d'une française vers l'Espagne. Cette française, Aurore Martin, aurait participé en Espagne à des activités d'un parti interdit, Batasuna. Les militants basques - pour lesquels je n'ai pas une particulière sympathie - soulignent que l'Espagne aurait recours à des traitements abusifs contre les militants de Batasuna. Aurore Martin n'est pas non plus accusée d'avoir participé à des actions violentes. Elle pourrait donc être expulsée en exécution d'un mandat d'arrêt européen. De quoi redonner la nostalgie des frontières et en tout cas aucune raison de se réjouir des progrès de la construction européenne...

Hé ben oui. Dans le silence le plus complet, alors même que les traités européens ne donnent aucune compétence à l'UE pour cela, c'est tout un droit pénal et une procédure pénale européenne qui se construisent dans notre dos - cf. le parquet européen.

Faut pas venir pleurer ensuite quand ça s'applique ! Donc déjà tous les partisans de la construction européenne n'ont pas à pleurer sur le sort d'Aurore Martin, ils ferment les yeux tous les jours sur des transferts de pouvoir ahurissants à une organisation gérée de façon non démocratique. Ben oui, quand on fait ça forcméent il y a un jour où les décisions absurdes se voient. Je n'ai pas envie de pleurer sur le sort d'Aurore Martin, j'ai plutôt envie de demander l'abrogation du mandat d'arrêt européen. Et je signale à mon copain Fred, qui me reproche de ne pas avoir parlé plus tôt de cette affaire, que Mélenchon ne rejette pas le mandat européen, il trouve juste qu'on aurait dû s'arranger pour ne pas l'appliquer. Je suis probablement trop légaliste mais je trouve cela peu glorieux. Même s'il est bon que Mélenchon ait réagi, sa critique tape à côté du vrai problème.

*

C'est aussi cela l'Union européenne : une volonté forcenée de tout égaliser, d'abolir les frontières et les différences, quitte à remplacer cela par un pouvoir technocratique et mal contrôlé. Sur ce sujet de l'extradition, comme dans de nombreux autres, il est pourtant bon que subsistent entre les peuples des zones de viscosité, des points de passage qui marquent que l'histoire nous a rendu un peu différents, avec des droits et devois un peu différents. Et c'est finalement une bonne chose, une richesse à conserver, pas des obstacles à aplanir.

 



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Gérard Couvert 05/11/2012 16:02


Pas tout à fait il y a des règles de procédures, et dans ce cas toutes les voies de droit étaient épuisées.


Reste que dans les domaines de compétences, en effet, n'importe quel juge de "l'union juridique" peut délivrer un mandat contre quiconque (hors personnes à statut spécial ... dont les juges !).
C'est en application de cela qu'un prof. anglais amoureux d'une nymphette s'est vu extradé vers la Grande Bretagne alors qu'aucune charge ne pesait contre lui en France.


Ce qui est aussi préoccupant c'est que la basquouillette ait pu échapper à la police en raison d'une obstruction d'un patron de bar et de quelques clients et que ceux-ci n'ont pas été inquiétés ;
ce qui est aussi préoccupant c'est que cette pisseuse illuminée ait pu se pavaner dans Mauléon et à Bayonne. Mais bon, lorsqu’on voit que les indépendantistes-mafieux corses ont détourné des
dizaines de millions de la collectivité territoriale sans que rien ne soit engagé contre eux ....

olyvier 05/11/2012 11:32


Ce qui est extrêmement étonnant, c'est la ligne de défense du gouvernement. Il n'aurait rien décidé... Je n'y connais pas grand chose, mais est-ce que cela veut dire que n'importe quel juge de
l'U.E peut faire incarcérer un de nos concitoyens ? Cela nous met dans une insécurité inquiétante.

JLM 05/11/2012 09:10


Bonjour,


J'aime votre site, voici ma pierre à l'édifice.


Sortir de ce bourbier, de l'Europe :

http://www.courleuxsansfrontieres.com/Jean-Luc-Mordoh-citoyen-europeen-auteur-Comment-sortir-de-l-Europe-sans-sortir-de-table-Le-Traite-de-Fonctionnement-de_a517.html

Un livre qui nous rappelle qu'être Français, c'est être libre d’aimer le camembert.
Très cordialment.


Jean-Luc Mordoh

Gérard Couvert 04/11/2012 09:51


Que la réduite virago rouge, la passonaria à la petite semaine se trouve ainsi confrontée à l'europe technocratique est un vrai régal ; que ce soit le PS qui subisse les abandons de souveraineté
est un délice.


Mais il y a peut être une autre lecture.


La consultation/pétition d'il y a quelques années avait mis en évidence que l'immense majorité des habitants de la basquousie ne s'interessaient pas à une région autonomme, un peu comme les
Corses ; l'horreur absolue pour les détricoteurs idéologues de la gauche. Quoi de mieux qu'un coup pour animer la fourmiliière ?


Mais la grande affaire à venir est la Nouvelle-Caledonie, la seule autre colonie avec l'Algérie, la carte et le corps éléctoral y sont manipulés depuis des années (inscription impossible pour les
français arrivants !) mais rien n'y fait, les sondages donnent le oui à l'indépendance perdant. Il faut savoir que les kanacs (socièté au moins ausi archaïque que l'islam) sont minoritaires et
que parmis ceux-ci la moitié (les femmes principalement) ne veut pas de la séparation d'avec la France.


Mais rien n'y fait il faut que la réalité se plie à la folie destructrice des anti-France ... et aux ordres des anglo-saxons.


 


 

CVT 04/11/2012 09:29


Bonjour Edgar,


Je lis régulièrement votre site depuis plus de 5 ans maintenant, et effectivement, ça fait bien deux ans que vous parlez du mandat européen et de ses méfaits. En plein dans le mille!!!


Pour ma part, je suis aussi anti-UE, français, patriote (après pas mal de vicissitudes), internationaliste (je vis pour le moment à l'étranger), et... de gauche (nul n'est parfait!).Et
évidemment, je plaide pour la sortie de l'UE, donc pour la fin de l'application des traités européens ratifiés depuis 1957.


Où veux-je en venir? Dans cette affaire, j'ai deux réactions: la première, et passez-moi l'expression, c'est celle de dire:"bien fait pour la gueule des gauchistes". Ils tous européïstes,
anti-état nation, et donc pour la fin de la souveraineté nationale. Dans ce cas précis, le mandat européen s'impose aux états sans condition, donc dans la logique de la construction européenne.
Mais que le mandat s'applique en Espagne à une activiste séparatiste FRANCAISE suspectée de participer à des activités terroristes et la gaugauche s'étrangle!!! S'il est avéré qu'elle
est complice d'attentats en Espagne, refuser qu'elle réponde de ses actes devant un tribunal espagnol serait un déni de justice, ce genre d'injustices dont les gauchistes sont coutumiers (cf
affaire Battisti). Ces derniers sont décidement incorrigibles: inconséquents et irresponsables. Inconséquents car ils refusent l'application des traités qui sont la conséquence d'un
processus de dépossession des Etats souverains qu'ils soutiennent pourtant de leurs voeux. Et irresponsables car ils veulent soustraire à la justice espagnole une activiste de l'ETA qui doit
répondre de ses actes, alors que, jusqu'à nouvel ordre, l'Espagne est un état de droit.


Ma deuxième réaction est celle-ci: je suis aussi contre le mandat européen, et s'il ne s'était pas appliqué, je n'aurais extradé une compatriote, malgré le risque d'injustice en Espagne et malgré
le fait que je réprouve profondément ses activités séparatistes. Ca peut sembler contradictoire avec ce que j'ai dit plus haut, mais en fait, je suis légaliste: dans les deux cas,
j'applique la loi! C'est pourtant bien ce que Manuel Valls a fait! Les protestations montrent que le respect des lois n'est vraiment pas le point fort de la gaugauche européïste.


Cette affaire tombe à pic pour moi, car elle permet de montrer au grand jour les méfaits de l'UE (extrader un national reste choquant: voilà une preuve que les nations existent encore), et
accessoirement, la légereté et l'irresponsabilité de la gauche pro-UE.