La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Le bonjour de Toulouse 28

Toujours dans le vieux papiers, un bon article de Michel Jourde, qui relevait une expression d'Alain Minc.

Minc combattait le "populisme universitaire" qui sévissait censément dans les pages Opinions du Monde, en ces termes : Je préfère lire dans les pages Débats les traductions de chroniques de Mario Vargas Llosa dans El País, de Timothy Garton Ash dans The Guardian ou d’Alessandro Baricco dans La Repubblica plutôt que je ne sais quel point de vue du prof de Toulouse 28.

Commentaire de Michel Jourde, de Lyon 32 sans doute :

Ce qui fait donc «peuple» ici, c’est l’anonymat
(«je ne sais quel point de vue du prof de…»), c’est «Toulouse» (qui ne saurait prétendre être ni Madrid, ni Londres, ni Rome, ni Paris), et c’est «28», qui suggère une queue de classement stigmatisant une répugnante médiocrité. Ce trait d’esprit n’est pas surprenant dans ce qu’il révèle de son auteur. Nous savions déjà tout cela : la permanence de la structuration géographique dans l’expression française du mépris intellectuel, la valorisation de la réussite individuelle opposée à l’anonymat, le goût infantile du top ten dans les cerveaux les plus rutilants.

La suite est aussi à lire.

Avec des élites qui ont en effet une très haute opinion des universités, on peut toujours pipoter ce qu'on veut sur la crise de l'université française, on aura du mal. Un bon début serait sans doute de placer les classes prépas dans les facs.



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

fd 20/07/2008 18:16

C'est du Christopher Lasch illustré