La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Vous avez demandé un parquet européen ? Non ? Vous l'aurez quand-même !

Juste une brève pour signaler, un peu à la suite de la discussion en commentaire de mon billet précédent, que la dépossession des pouvoirs républicains nationaux et démocratiques continue.

Un copain me signalait récemment que le Sénat a examiné un texte européen portant création d'un parquet lui aussi européen.

On notera la légèreté des argumentaires en faveur de la création d'un tel organisme (au premier chef, lutter contre la fraude aux subventions européennes. C'est le pompier incendiaire qui demande un camion plus gros !)

On notera aussi la subtilité des processus de construction d'un pouvoir fédéral européen : c'est Taubira le moteur principal de création d'un parquet européen. Qu'elle s'oppose à cette mesure, et son prédécesseur n'aura peut-être pas le meêm courage d'affronter ses 27 collègues.

Dans tous les domaines, la même logique prévaut : à l'usure, c'est la construction d'organismes communs préfigurant des organes fédéraux aux compétences élargies qui est la règle. Jamais le pouvoir européen ne recule.

C'est à peu près inéluctable car le renforcement des pouvoirs européens est au coeur des traités. Il ets difficile d'aller contre la lettre d'un traité que l'on a signé.

C'est d'ailleurs au fond pour cette raison que la perte de pouvoir des ministres dont nous discutions est si difficile à contrer : tant que l'on reste dans le cadre de l'Union européenne, vouloir s'opposer à la fédéralisation c'est sortir sans manteau ni parapluie un jour de pluie glacée.

RainRoom.jpg

 

C'est d'ailleurs pour la même raison que seuls les radicaux ont une chance de rétablir les démocraties, dont l'assise demeure nationale. Pour contrer n'importe quelle mesure d'harmonisation européenne, même la plus minime, une seule solution est efficace : renverser toute la table et en finir avec l'Union européenne. Plus la table est grande et plus cela est difficile. Mais c'est la seule voie de sortie, de salut, le seul chemin démocratique.

 




Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Torsade de Pointes 29/09/2013 21:53


À propos de ces fameuses aides européennes, je ne résiste
pas à l’envie de recopier ici un commentaire trouvé sur le blogue de Quatremer (sous son billet consacré à l’affaire des Roms). Lire en particulier le dernier paragraphe:


 


« J'aime beaucoup les discours de la commissaire
Reding, c'est toujours très joli, très politiquement correct MAIS complètement à côté de la plaque. A-t-elle déjà visiter un camp de Roms ? A-t-elle déjà côtoyé de près la situation de terrain ?
Franchement, on ne dirait pas. De toute façon, ce n'est pas son problème le terrain. Elle est dans les hautes sphères...


 


Soyons factuels : si demain, je me pointe avec des potes
chez Mme Reding, que je campe dans sa pelouse, que j'entre par effraction dans sa maison pour me servir de ses sanitaires, que je me branche illégalement sur son compteur électrique... etc.
Comment va-t-elle réagir ? Je suis sûr qu'elle va être compréhensive. ;) Alors quand un Maire voit débouler des centaines voire des milliers de citoyens européens Roms qui s'installent sans
autorisation sur des terrains publics ou privés de sa commune, comment doit-il réagir ? Que doit faire la police ? La justice ?


 


La commune finit par faire évacuer le camp après des mois
d'une procédure longue et coûteuse, répare les dégâts. Ces dégâts sont énormes, payés par la collectivité. Comment finance-t-on les réparations ? Avec le fric européen. Non, avec nos impôts. Ce
sont les faits. Le résident français de base qui se serre la ceinture et paie ses impôts, il a un peu les boules de voir des centaines de milliers d'euros partir en fumée. Est-ce à dire qu'il est
raciste et fasciste. Non, mais si nous n'y prenons pas garde, il pourrait le devenir, Mme Reding. Il est déjà à moitié europhobe !!! Concrètement, comment veut-elle gérer le problème
?


 


A la place du camp, le conseil municipal décide de mettre
en œuvre un "village d'intégration" ! Village qui n'accueillera pas plus de 10% des familles expulsées, la majorité n'acceptant pas d'entrer dans le projet. Autre fait : la majorité ne veut pas
se sédentariser ou ne peut pas s'intégrer à cause de l'emprise mafieuse dont ils sont victimes ! Pour le financement, la commune demande l'aide de Bruxelles. La fameuse enveloppe européenne
justement, parlons-en. Vous avez déjà été confronté à la complexité d'un dossier d'aide européenne de ce type ? Mme Reding veut que les maires se servent davantage des fonds européens, qu'elle
rende les procédures plus accessibles ou que les projets puissent être cofinancés sur plus longue période. Ce serait déjà un gros progrès. La commune de base n'a pas à son service les centaines
de juristes de la Commission.»


 


Eh oui, extrême complexité des dossiers d’aide, vérifications, contestations, affaires portées devant une cour de justice ad hoc etc… Bonjour la bureaucratie européenne. Ne pas perdre
de vue qu’il s’agit de NOTRE argent, que nous avons versé à Brussels, et que Brussels ensuite nous restitue, selon leurs critères, en se sucrant au passage bien évidemment, et en nous tenant la
dragée haute.

Gérard Couvert 29/09/2013 12:53


Je ne répondrais pas à la devinette j'aurai trop peu de gagner !

Denis Griesmar 28/09/2013 21:49


ça devient de la folie furieuse ! Il y a aussi dans les cartons un projet de "code civil européen" (sic) qu'on va nous resservir un de ces jours.


Devinette : quelle est la langue qui fera foi dans ce dernier "machin" européen ?


Le gagnant passera une journée gratuite à Disneyland ...