La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Voter Front National ?

C'est la question que pose indirectement le blogueur Descartes, dans un billet perturbant.

ODP, qui signale ce billet en commentaire d'un billet chez moi qui n'avait rien à voir (ndlr : ce n'est pas un reproche, c'est pour éviter au lecteur de chercher un illet que j'aurais consacré à ce point), conclut un peu vite : "les masques tombent".

Cette formule est précisément le noeud du problème. Disons qu'elle reflète exactement la mauvaise façon de penser cette question.

Il y aurait en effet, pour les commentateurs politiques "classiques", un parti d'extrême-droite qui serait, au fond, un parti fasciste.

Les idées de ce parti se propageraient sur le mode de la contamination, atteignant les uns, épargnant les autres, selon un rythme qui dépendrait de facteurs divers, dont la crise économique ne serait que l'un des éléments.

Qu'une de vos prises de position puisse être rapprochée d'une idée du FN, et vous voilà malade de la peste. ODP semble donc signaler que Descartes le blogueur est atteint du haut-mal, et la formule "les masques tombent" semble indiquer que les blogueurs qui lui sont proches (moi ?) ne vont pas tarder.

Ce raisonnement lapidaire est à mon sens erroné - pour les lecteurs anxieux, je précise à ce point que je rejette le Front National et ne voterai pas pour ce parti. Mais cela n'a aucune importance lorsqu'il s'agit de comprendre pourquoi les digues anti-FN érigées dans les années 80 semblent sur le point de céder.

Car voilà qu'à Villeneuve-sur-Lot 46% des habitants ont voté FN. Et c'est tellement gros que les réactions sont assez faibles. Rien à voir avec les premiers succès électoraux du FN, à Dreux.

C'est sur ce point que Descartes s'interroge, avec un raisonnement en trois temps :

1. L'alternance a fait son temps. Quand UMP (RPR+UDF ou autre variante) et PS se succédaient avant 1986, l'électeur pouvait s'attendre à un changement de politique. Depuis que, pour reprendre approximativement les mots de Philippe Séguin, droite et gauche sont des détaillants du même grossiste,  l'électeur est bien forcé d'envisager d'autres solutions lorsque celles du grossiste européen s'avèrent désastreuses.

2. L'alternative est au FN. Mélenchon a échoué, s'il a même jamais essayé, à représenter une alternative sérieuse au système européen. Se dire partisan de l'euro mais après de profondes réformes, dans un système européen où les changements sont longs et à la marge, c'est s'avouer inutile. Le Front de Gauche s'étant éliminé comme recours, reste le FN dans les grands partis.

3. Le FN a changé. Descartes commente longuement les évolutions du FN et fait notamment de Florian Philippot, le moteur d'un front qui ne serait plus seulement national mais aussi républicain.

 

C'est sur ce troisième point que je diffère de Descartes. Mais c'est accessoire : je me résous assez bien à voter assez régulièrement blanc ou nul. Lui semble vouloir saisir, après tout, une bonne occasion d'en finir avec le piège européen. Et il se défend très bien tout seul, comme en attestent les échanges en commentaire de son billet :

Un lecteur : [Je crois que tu blanchis un peu vite le FN... Marine Le Pen est toujours dans le même parti que Bruno Gollnisch et personne ne l'a forcée à aller à Vienne au bal des ex-nazis!]

 

Descartes : Je ne"blanchis" personne. La personnalité et les fréquentations de MLP ne m'intéressent qu'en passant. C'est plutôt la stratégie de son parti et sa base sociologique qui me paraissent dignes d'attention. Et je pense qu'aujourd'hui le rôle de Gollnish ou l'influence des néo-nazis viennois y est négligeable. D'ailleurs, il est toujours difficile de se défaire de ses amitiés de jeunesse... je connais un président socialiste qui est resté très copain avec René Bousquet, et pourtant cela n'a pas empêché l'ensemble de la gauche bienpensante de voter pour lui quand il était vivant et de l'encenser après sa mort.

Question plus fondamentale :

Un lecteur : [Et l'on retombe bien sur votre question finale : "Comment doivent se positionner les progressistes devant ce phénomène" [du néo-FN] ?]

 

Descartes : Tout à fait. Pour être provocateur, j'irais jusqu'à poser la question de "l'entrisme". Cette politique qui fut celle de l'extrême gauche trotskyste, et qui voulait que les militants trotskystes cherchent à "coloniser" des organisations politiques de masse pour essayer de les réorienter "de l'intérieur". C'est ce qu'on fait les Jospin, Mélenchon & Co au PS mitterrandien, avec de bons résultats. Est-ce qu'on pourrait faire la même chose aujourd'hui au FN ? Que se passerait-il, dans ce parti sans véritables cadres, s'il y avait un afflux d'adhésions "républicaines" de cadres éprouvés ? J'avoue que je suis impressionné des résultats obtenus par un Florian Philippot en matière d'aggiornamento. Et je me dis qu'il est peu probable qu'un tel résultat - avec les conflits inévitables avec la "vieille garde" frontiste - ait pu être obtenu par un homme tout seul... la question qui se pose est donc: qui sont les gens qui ont aidé Philippot ? D'où viennent-ils ? Voilà qui serait intéressant de savoir... je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il y a un groupe de progressistes qui dans l'ombre font ce travail.

 

Les échanges sont nourris et le lecteur les lira lui-même.

Je ne suis pas Descartes dans ses questionnements.

Mais je constate que nous sommes aujourd'hui dans une situation où un progressiste sincère peut se trouver avec comme seul choix électoral réel celui du FN (une montée éventuelle de l'UPR, dont Marine le Pen reprend régulièrement les positions, sauf sur les étrangers, serait une solution bien préférable).

Contrairement à Montebourg, je ne blâmerais pas Barroso sur ce point. Ce sont plutôt les Hamon, Montebourg et Mélenchon qui sont responsables de l'absence d'alternative de gauche et à gauche.

Par ailleurs, il est frappant de lire sous la plume d'Ambrose Evans-Pritchard, dans le Daily Telegraph, un article qui s'inscrit dans la même forme d'argumentation que Descartes le blogueur : 

 

The emergence of Marine Le Pen as a contender for office in Europe's pivotal power may prove the electric shock needed to force a radical shift in EMU crisis strategy, or at least to force France's Socialist Party to break with Germany and fight for a full reflation agenda, if only to avert its own ruin.

 

Le même article cite Jacques Sapir qui confirme ce que je crois, c'est à dire que la montée du FN résulte directement du choix de l'impuissance qui est conjointement fait par l'UMP et le PS :

"A lot of politicians have been coming to see me [Sapir, qui plaide pour une sortie de l'euro], both Gaullistes and Socialists. They agree, but don't want to come out publicly. They want somebody else to take the lead. If Marine Le Pen wishes to use my work, I have no problem," he said.

 

J'aime bien également la conclusion d'Ambrose :

 

It is hard know whether the French people would ever vote en masse for an all-out clash with Europe, let alone for her Jeanne d'Arc messianism. Yet the longer the economic slump goes on, the greater the risk for Brussels and Berlin that French patience will snap, setting off one of those eruptions that have punctuated French history through the ages.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

JMP 10/07/2013 03:06


 


Je partage totalement le commentaire de J Halpern ; il est effectivement significatif de constater la dérive du débat initial , autant sur le blog de Descartes
qu'ici, entre une interrogation sur l'évolution possible du FN sur des positions authentiquement républicaines et antieuropéistes, et un débat sur la guerre d’Algérie et la place des musulmans en
France ; je craint fort que cette dérive soit emblématique et pour tout dire prophétique de ce que provoquerai une montée vers le pouvoir du FN seul opposant au système ; et la
conclusion que j'en tire, c'est qu'il est impératif et urgent de renforcer les mouvements authentiquement républicains existants, et je pense à l'UPR, pour imposer de maintenir le vrai
débat : nous redonner les moyens de combattre la crise économique et sociale (mais pas seulement..) provoquée par l’aplatissement devant le néolibéralisme qu'est la construction de l'europe
. Si l'assiette a soupe est vide, effectivement tous les ferments de guerre civile peuvent prospérer

odp 09/07/2013 21:32


@ Nationaliste Jacobin


 


Nous ne nous sommes pas ménagés dans la confrontation (peut être - qui sait? - à cause de malentendus).


 


Je dois reconnaître que vous avez un sens de l'humour que je n'aurai pas soupçonné - votre dernier commentaire est une belle pirouette.


 


C'est sympa de terminer sur une note légère cet échange un peu pesant. 


 


Bonne continuation, 


 


ODP

j.halpern 09/07/2013 18:55


Bonjour à tous,


ce que je retiens de cette discussion (ici, ou sur le blog de Descartes ou celui de Laurent Pinsolle), c'est que cette question de l'immigration est bien le clivage
majeur entre républicains et, disons pour faire court, "extrême-droite" partisane de la "purification ethnique". Je ne suis pas convaincu qu'il faille forcément ranger le FN parmi ces derniers,
je partage les doutes de Descartes sur la dynamique de ce parti - mais ce qui est sûr c'est que la fracture ne pourra que s'élargir entre républicains et identitaires. C'est celà qu'il faut
mettre au clair en premier lieu, car il ne s'agit pas d'une question comme une autre, pour laquelle on pourrait remettre la plus tard la résolution du désaccord.


 


La crise sociale et profonde et s'aggravera. Le désarroi, l'insécurité sociale poussent au repli sur les réseaux familiaux, religieux ou "ethniques". Il est plus
facile de prêter aux "immigrés" ou aux "musulmans" la responsabilité dece malaise social que d'adhérer à un discours rationnel sur les méfaits du néolibéralisme. Après tout, il est logique et
facile de convoiter le logement HLM ou l'emploi d'un "immigré", pour peu que des gens bien intentionnés fournissent un discours clés en main pour démontrer que cet immigré est décidément
inassimilable. les propos de café du commerce sur la domination intégriste, sur la délinquance immigrée, sur "les milliers de petits Merah" et tutti quanti jettent de l'essence sur les braises.
Si la France se déchire en un conflit ethnique, toutes les autres questions passeront au second plan et les pires politiques pourront s'appliquer derrière ce rideau de fumée. 


Etre républicain, c'est en premier lieu placer l'assimilationen tête du programme de reconstruction de la nation,
combattre les représentations qui font des immigrés ou des Musulmans des ensembles homogènes. Isoler les intégristes et les délinquants au lieu de les
amalgamer aux immigrés,mettre en oeuvre vigoureusement une politique de l'emploi et une politique scolaire résolument tournée vers l'intégration, désenclaver les quartiers, etc. 



nationalistejacobin 09/07/2013 16:39


@ odp,


 


Votre démonstration m'a pleinement convaincu. Quand le maître a parlé, il faut savoir s'incliner. Je m'en veux de vous avoir pris de votre précieux temps. Je m'en vais de ce pas boucler ma valise
pour Tokyo...

odp 09/07/2013 14:07


@ Nationaliste Jacobin


 


Puisque je sens que ces éléments de la démographie des musulmans de France vous titillent et que vous m'êtes sympathique, je vais vous donner une partie de mes secrets de fabrication. 


 


Tout d'abord, vous prenez un zeste de bagage scolaire (niveau 3ème) qui vous permettra d'avoir une idée de la chronologie des flux migratoires en France ainsi que de la démographie des
populations immigrées de culture musulmane. 


 


Ensuite vous utilisez un brin de cerveau qui vous permettra d'associer les 2 notions précédentes et enfin un peu de vista.


 


Vous arriverez par ce biais à l'ordre de grandeur que j'ai donné au débotté dans mon commentaire: 80% des musulmans de France sont français et 50% dentre eux sont nés en France.


 


Ensuite, si vous voulez affiner cette estimation, vous pouvez utiliser cette merveilleuse chose qu'est l'informatique et vous rendre sur le site de l'INSEE. Vous y trouverez une étude intitulée
"Immigrés et descendants d'immigrés en France - Edition 2012".


 


Dans cette étude vous verrez qu'en 2008 il y a avait 5.3 millions d'immigrés (personnes nées étrangères à l'étranger) en France (soit 8.2% de la population). Sur ces 5.3 millions d'immigrés, 2.15
millions ont été naturalisés et 3.15 millions sont restés étrangers. Par ailleurs, toujours en 2008, les effectifs de la "seconde génération" (nés d'un parent au moins né étranger à l'étranger)
étaient estimés à 6.7 millions. 


 


Sur ces bases, si, pour simplifier, vous estimez que les musulmans ne diffèrent pas massivement de la population moyenne des immigrés et fils d'immigrés, vous avez donc 74% des musulmans qui
seraient français et 55% qui seraient nés en France. 


 


Si en plus vous tenez compte de l'effet 3ème et 4ème génération qui n'est pas pris en compte dans ces chiffres, la réalité est probablement plus proche de 60% pour les nés en France et de 80%
pour les français. 


 


Bref, ils sont français, autochtones, natifs, pas expulsables. 

Joe Liqueur 09/07/2013 00:46


Bon OK vous semblez faire une sorte d'allergie à Sapir (Je plaisante. Et puis ce serait votre droit.) Par contre ce n'est pas une raison pour l'appeler "Tapir" à chaque fois !

odp 08/07/2013 17:28


@ Jolicoeur et Edgar


 


Sur Tapir 


 


Il est, à la réflexion, tout à fait possible que j'aie sur-interprété ses différentes positions. Néanmoins, ce n'est pas, selon moi, le scénario le plus probable. 


 


Pour vous donner un peu plus de contexte, sachez que je l'ai interpellé sur cette interview à fdesouche.com sur son compte twitter et qu'il ne m'a pas répondu.


 


Comme par ailleurs, c'est quelqu'un de très sensible à son image (ainsi que l'illustre, outre son brushing très 70's, sa réaction assez baroque à un article de RFI reprenant, assez bêtement il
est vrai, une rumeur à son sujet (http://russeurope.hypotheses.org/1347) ou son intervention outrée sur un blog qui avait osé remettre en
cause son omniscience (http://lespoir.jimdo.com/2011/12/28/fin-de-l-euro-pourquoi-jacques-sapir-s-est-tromp%C3%A9/)),
j'ai du mal à croire qu'il ait pu ne pas avoir vent du piratage de cette interview par fdesouche.com si c'est ainsi que cela s'est produit. 


 


Enfin, vu qu'il répête à longueur de temps que la politique c'est l'art de la guerre et se passionne pour le Kriegspiel, je le vois assez bien en train de s'imaginer de manipuler MLP et ses
sbires.


 


Ceci dit, peut-être me suis-je monté la tête. Le futur le dira (ou non).  


 


Sur l'immigration


 


Pour être honnête c'est un sujet qui ne m'intéresse pas vraiment. Quand par ailleurs il est exprimé avec une radicalité qui place ses auteurs à la limite de la légalité, il m'intéresse encore
moins. Vous ne me forcerez pas à avoir un échange courtois avec Dieudonné sur les juifs ou avec Gérard Couvert sur l'islam. Pour dialoguer il faut avoir un langage commun. Là ce n'est pas le cas.
Cela ne veut pas dire que je me sente moralement supérieur à eux, car, comme vous le dites, en cette matière comme en tant d'autres, les actes comptent plus que les mots. Je ne veux simplement
pas perdre mon temps ni leur faire perdre le leur. 


 


 

edgar 08/07/2013 00:54


Joe : d'accord avec toi.

Joe Liqueur 07/07/2013 23:49


@Gérard Couvert


 


Vous me rassurez un tout petit peu… Mais je ne vois pas où j'aurais dit ou même suggéré que vous seriez vous-même chrétien ou bouddhiste…


 


@ odp


 


Vous m'étonnez un peu. Allons, vous ne savez pas comment fonctionne internet ? Il est vrai que la présentation de Fdesouche est un peu trompeuse, mais pour moi il n'est pas du tout certain que
cette itv ait été donnée à Fdesouche. Mais alors pas du tout. Tout ce qu'on sait, c'est qu'elle a été mise en ligne sur YouTube par un certain "Avant-garde économique", dont on ne sait pas grand-chose, et qui du reste n'a probablement
pas recueilli les propos de Sapir. Alors de même, quand Fdesouche titre "Entretien avec Jacques Sapir", ça ne veut pas du tout dire que Sapir a donné une itv à Fdesouche… Cette vidéo est aussi
sur mon blog, et (malheureusement) je n'ai pas le
privilège de m'entretenir avec Sapir. Ça prend à peu près 10 secondes de cliquer sur "intégrer" et de copier-coller le code dans un éditeur via un CMS quelconque. Bref.


 


Pour son compte Twitter (que je ne suivais pas jusqu'ici, mais c'est arrangé), je crois que c'est un peu différent. Faudrait-il qu'il refuse toute conversation avec les gens qui sont ouvertement
E&R, FN ou autre, et qu'il passe du temps à vérifier les profils de ses différents interlocuteurs ? Je pense qu'il a mieux à faire.


 


Et puis je vais vous dire le fond de ma pensée, je pense que ça ne rime à rien de refuser toute conversation avec des gens, tant qu'ils sont capables de rester courtois, sous prétexte qu'ils sont
très hostiles à l'immigration (puisque c'est essentiellement de cela qu'on parle), comme si on avait affaire à des psychopathes. Ça ne sert à rien de faire les malins. Ni vous ni moi je pense (en
tout cas pas moi) ne savons ce que nous ferons si un jour l'Etat commence à persécuter pour de vrai les musulmans, les immigrés maghrébins ou les Roms. Aurions-nous le courage de risquer la
ruine, la prison, la mort, ou pire, pour cacher des Roms ou des Maghrébins ? Ou serions-nous simplement des lâches soucieux seulement de ne pas nous faire remarquer. Je pense qu'on ne peut pas
savoir comment on réagit dans ces situations avant d'avoir à y exercer son libre-arbitre pour de vrai, donc ça ne sert à rien de donner les leçons de morale aux gens.


 


Si ça se trouve, c'est Nationaliste jacobin et Gérard Couvert qui cacheraient des Roms chez eux, tandis que vous et moi serions occupés à effacer toutes nos traces sur internet. On ne peut pas
savoir avant. Soyons un peu humbles, des fois. Des fois que. D'ailleurs, entre 40 et 45, des personnalités se sont révélées, là où on ne les attendait pas forcément.


 


Enfin, pour en revenir à Sapir, "des gens qui ne sont pas du même bord politique" ce peuvent être aussi des gens de DLR, non ? Par ailleurs, dans le texte que vous donnez, il parle d'alliances de
"groupes sociaux" et pas d'alliances politiques au niveau des partis. Donc il me semble que vous extrapolez un peu vite. Et pour en revenir à Poutine, il dit bien que la Russie n'est pas une
démocratie, je trouve qu'il est très clair là-dessus. Après, vous pouvez l'interpréter comme vous voulez…


 


 


Pour ma part, je me situe nettement à gauche mais il me semble qu'une alliance entre le MPEP, le POI, l'UPR et DLR devrait aller de soi, et je l'appelle toujours de mes vœux. 

odp 07/07/2013 20:07


@ PFC et Joe Liqueur


 


Mon opinion sur le cas Tapir s'est forgée a) en tombant par hasard sur cette interview donnée à fdesouche.com
(http://fortune.fdesouche.com/297679-entretien-avec-jacques-sapir-economie-politique), b) par la fréquentation de son compte twitter où les échanges de politesse avec des gens ouvertement FN
tendance Egalité et Réconciliation sont légion, c) en lisant son papier sur le sondage du PEW Research et les aliances que la "gauche" doit construire pour favoriser la sortie de l'euro (cf.
constitution d'un Bloc Historique http://russeurope.hypotheses.org/1241), et d) en assistant à une table ronde à l'EHESS où étaient également présents Cédric Durand (NPA), Stathis Kouvelakis
(Siriza) et Benjamin Coriat (co-président des Economites Aterrés) et où la question des alliances, notamment avec le FN, a été abordée. 


 


Pour être totalement transparent, je dois dire que lors de cette table ronde il n'a jamais ouvertement appelé à des alliances avec le FN et à plutôt cherché à euphémiser la chose sur le thème
"alliance avec des gens qui ne seraient pas du même bord politique que nous" mais c'était, comme on dit, l'éléphant dans le couloir.


 


Voilà. Peut-être ai-je été trop influencé par l'interview à fdesouche.com ainsi que les mamours avec les sympathisants FN sur twitter mais telle est, pour l'heure, ma conviction. Je serai ravi
d'avoir tort mais j'en doute.