La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Un bras de fer géant et discret

Quelques impressions disparates.

 

 On oscille toujours entre explosion brutale du système euro et renforcement brutal de la "gouvernance" européenne.

 

Face à un système financier qui part ainsi en vrille, la solution serait politique : la BCE doit être autorisée à racheter les dettes des pays de l'eurozone sans limite, afin d'en stabiliser les taux d'intérêts.

Pour Econoclaste, la BCE attend le dernier moment possible, le bord du gouffre, pour intervenir (lire le très bon article, le jeu dangereux de la BCE).  Elle espèrerait ainsi  obtenir, en échange d'un engagement décisif, l'assurance d'un contrôle européen total sur les budgets des pays membres.

 

Dans les papiers cités par Econoclaste, un article du Peterson Institute est passionnant. On y lit notamment en pointillés que la BCE a  plus ou moins mis Berlusconi dehors, en laissant les taux italiens monter à des niveaux extravagants.

 

Et Merkel et Sarkozy (Qui craignent probablement de subir un sort identique - même Merkel puisque   l'Allemagne a eu du mal à placer ses obligations aujourd'hui, signe que tout les pays européens apparaissent comme risqués. Un article pointu (ie : dont je ne comprends pas les détails) du Financial Times suppose même que la Bundesbank souffre d'une indigestion de titres allemands, qu'elle ne peut plus acheter pour en faire baisser les taux, tant les quantités sont importantes.) semblent déjà plier dans le sens voulu par la Banque Centrale Européenne. Ils sont à deux doigts de transformer leurs états en structures régionales, subordonnées à un état fédéral dont on se souciera, plus tard, de faire une entité démocratique. Premier état au monde où la Banque Centrale est un pouvoir au même titre que le judiciaire ou le législatif !

 

 En attendant, pour Econoclaste, "L'exercice d'un tel pouvoir par la BCE est totalement antidémocratique."

 En tout cas le commissaire européen aux affaires économiques et financières, le finlandais Olli Rehn, se donne déjà des airs de super ministre des finances européen :

 

rehn.jpg

 *

 Soit le système craque et c'est tant mieux, même si cela risque de tanguer sévèrement ; soit il se maintient et un pouvoir technocratique fort peu limité s'étendra sur plus de 400 millions d'habitants.

 

*

Comme on dit en européen, gloomy.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

gilles 26/11/2011 17:43


À DAELLI, Edgar, le rédacteur de ce blog est un salarié qui tient ce blog en dehors de ses heures de travail en prenant bénévolement sur son temps libre. Cela n'a donc rien à voir avec la
situation d'un journaliste salarié. 


 


 


« La lettre volée », le blog d'un salarié : Notes diverses et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Union Européenne ...


 


Pour ce qui est de l'action politique, je vous conseille de vous intéresser à l'Union Populaire Républicaine qui
propose comme plan A la sortie de l'Union Européenne ou au Mouvement pour Une Éducation Populaire qui propose cette option en plan B, si ce mouvement ne trouve pas des alliances dans
les pays de l'UE qui acceptent comme lui des coopérations renforcées de sortie de l'euro-libéralisme.


 

DAELIII 25/11/2011 13:32


Désolé de vous avoir éventuellement bléssé, si le terme de journaliste vous indispose. Tout à fait novice sur cet usage de l'internet, j'avais compris que les sites tels que le vôtre sont le fait
de professionnels qui se donnent ainsi "de l'air" en publiant des informations que leur journal ne tolèrerait pas.


Sur le fond . C'est bien là que le bât blesse et d'où vient ma demande d'action de forme nouvelle. Le paysage politique et électoral est totalement bloqué par la collusion des partis égémoniques
et leur mainmise sur les médias, UMP et PS, qui l'un comme l'autre, trahissent les demandes expresses de leurs électeurs sitôt le vote émis si ce dernier ne leur convient pas. Les divers courants
non soumis aux dictats des classes possédantes n'ont donc aucune chance ni de faire discuter réellement leurs options, ni bien sûr de présenter des candidats à même de fournir une alternative
effective, puisque les électeurs pour la plupart, par ignorance et/ou fidélité dévoyée, n'iront pas voter pour eux.


C'est aujourd'hui que se vérifie le slogan, autrefois si stupide, "élections piège à c.....".


Alors ? Se laisser égorger ?

edgar 24/11/2011 17:24


Merci mais je ne suis pas journaliste. je fais ce que je peux et ce blog est ma contribution à la compréhension de l'union européenne telle qu'elle se fait. à d'autres de s'en emparer.


par ailleurs, pour ce qui est de l'action politique, je vous conseille de vous intéresser à l'UPR.

DAELIII 24/11/2011 08:39


C'est entendu, nous ne sommes plus dans un univers démocratique. L'"europe" que nous subissons a quasi atteint son projet de départ : mater ceux des peuples européens qui seraient trop indociles.
Ce projet de long terme que les classes possédantes françaises avaient mis en route dans les années trente, et que la boulimie allemande avait fini par faire capoter un peu plus de  ans plus
tard, arrive à ses fins.


Soit, mais que proposez-vous ?


Vous avez la parole, journalistes sur internet, et les moyens de mobiliser les français lucides. Lancez donc manifestations et gestes de protestation. Nous sommes prêts à participer, 24 heures
sur 24 s'il le faut !


Dénoncer est un peu court, quand on peut faire plus.