La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Suite du billet précédent...

En complément du billet précédent : la Belgique a en effet justifié l'abstention de l'Union européenne sur le vote à l'ONU d'une résolution présentée par la Russie contre les célébrations nazies, notamment dans les pays baltes.

 

telegraph.jpg

 

Pour ne pas voter cette résolution, la Belgique, au nom de l'Union européenne, a donc avancé ceci :

"La Belgique, au nom de l’Union européenne, a exprimé son plein engagement à l’égard de la lutte contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée.  « Le néonazisme est une manifestation odieuse du racisme » et la xénophobie existe dans de nombreuses sociétés y compris dans les pays de l’Union.  Ces phénomènes doivent être combattus par tous les moyens « car les valeurs qu’ils cherchent à saper sont au cœur de ce que représente l’ONU ».  Pour l’Union européenne, ce combat doit être une priorité consensuelle pour tous.

L’Union européenne a soumis des propositions et des amendements.  Le paragraphe 21 du dispositif a ainsi été amélioré pour tenir compte de toute la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.  Toutefois, l’Union européenne regrette que certaines de ses préoccupations n’aient pas été prises en compte, notamment sur la liberté d’expression.  Elle déplore surtout que, comme par le passé, les coauteurs n’aient pas adopté une démarche plus globale.  À son avis, il faut s’aligner sur les articles 4 et 5 de la Convention.  L’Union aurait également souhaité que le jugement du Tribunal de Nuremberg soit cité fidèlement.  C’est la raison pour laquelle elle s’abstiendra lors du vote."

 

 Les Etats-Unis, ont présenté également leur vote contre la résolution russe : "Les États-Unis ont déclaré qu’ils appuyaient de nombreux éléments du projet de résolution et rappelé qu’ils étaient partisans des efforts de l’ONU pour que soit commémoré l’Holocauste.  Cependant, les États-Unis sont toujours préoccupés par le fait que le texte ne fasse pas de différence entre les actions et les déclarations protégées par la liberté d’expression.  S’ils déplorent la montée des incidents racistes, ils ne considèrent pas cependant que les atteintes à la liberté d’expression constituent un moyen efficace de lutte contre le racisme.  « Les idées de haine doivent échouer à cause de leur absence totale de mérite ».  Les États-Unis voteront contre le projet."

 

 C'est donc bien l'Union européenne qui a inspiré les votes nationaux (abstention) face au projet russe, avec des arguments qui ressortent plus de l'argutie de diplomates fatigués que d'autre chose.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

fd 09/01/2011 23:23



Intéressant de noter quand même que du côté des puissances occidentales c'est l'argument "chomskyen" de la "liberté d'expression" qui a bloqué leur adhésion à la résolution. Seules la Serbie et
Israël s'étant détachés du bloc occidental sur cette question...