La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

"Souveraineté d'abord" - François Hollande, 30 août 2013

Vous avez souhaité que le gouvernement planche sur la France en 2025. Mais vous, comment résumeriez-vous en trois mots votre vision du pays dans dix ans ?

 

En trois mots ? Souveraineté, d'abord, car nous devons toujours pouvoir décider par nous-mêmes. Excellence, ensuite, car nous devons – dans ce que nous estimons être les secteurs essentiels – faire la démonstration que nous sommes les meilleurs dans la mondialisation. Et enfin unité, car ce qui nous menace est une forme de désagrégation civique, sociale et territoriale.

 

François Hollande, Le Monde, 30 août 2013

 

J'ai dû relire cela plusieurs fois.

L'homme qui n'a rien renégocié du traité de Lisbonne avalé par Sarkozy, le même qui engage hâtivement la France derrière les Etats-Unis dans de nouvelles aventures guerrières, qui nous gave de discipline budgétaire européenne, souhaite pour la France qu'elle soit d'abord un pays souverain.

Je ne crois pas que Hollande soit un homme médiocre. Je le crois fin analyste et conscient des difficultés. Ce qui lui manque c'est la hauteur, et la fermeté d'âme.

Celle qui devrait lui interdire d'affirmer haut et fort que la souveraineté est sa priorité alors qu'il gouverne sans s'en plaindre un pays qui ne contrôle pas sa monnaie, son commerce extérieur et à peine son budget.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Axelzzz 04/09/2013 12:37


@edgar:au sujet des promesses en politique, je suis sûr que, toi qui aimes à citer de Gaulle, te souviendras qu'il s'est livré à ce jeu, lui aussi. Peu à voir avec la fermeté d'âme à mon avis. Le
tout est de connaitre le but des mensonges/promesses. Quant à leur nécessité en politique, disons que si la politique doit 'assurer l'harmonie des coeurs et des raisons' comme le dit Aristote, et
bien il faut parler à la fois aux coeurs et à la raison. Cela impose un discours marqué de symbolique et de paradoxes. 


Ton ancien billet sur wikileaks est très intéressant (OUI je suis structurellement mal informé, donc je le découvre bien tard). Le premier constat qui s'impose est qu'aucun homme politique
français qui a l'ambition d'atteindre un poste de premier plan ne peut s'affranchir d'une visite à l'ambassade US (ça je découvre pas).


Mais, pourquoi le font-ils ? Apparemment, pour rassurer et éviter un antagonisme, voire s'assurer un soutien. Autres questions naturelles, quelles sont les autres ambassades qui composent ce
parcours obligé? D'où vient cette pratique, de quand date-t-elle? il me semble que le premier contact F Mitterrand/R Reagan ne s'était pas tout à fait bien passé. Peut-être cela a t il laissé au
PS l'idée qu'il vaut mieux 'aplanir les incompréhensions', plutôt que d'en payer un prix lourd en début de mandat (voire dans la campagne).


Tu y vois une marque d'allégence de la plupart des hommes de gauche qui se livrent à l'exercice. Qu'ils soient en partie convaincus des idées 'atlantistes' et pro-européennes' est assez probable
à mon avis. Mais les idées émises devant l'ambassadeur US sont à peu près toutes conformes au discours ambiant envers leur électorat naturel et correspondent à ce qu'ils pensent que les US
aimeraient entendre (je pense surtout à FH et PM). Elles n'engagent à rien de précis. Connais tu un homme politique en campagne électorale dans cette situation qui irait contre sa base et son
interlocuteur pour défendre un principe (ou un président sortant) sans conséquence à court terme? 


Le cas Delors est plus intéressant: de ses propos ressort avant tout l'amertume d'un échec politique, qui se justifie par le fameux 'ce sont des veaux'. Il continue d'adorer son idéal (européen),
même après son enterrement de 2005. Je note que le deuil idéologique est une difficulté qui hante la gauche française depuis bien longtemps, sur bien des sujets et qui une fois encore conduit au
double discours: on leur dis blanc, mais entre nous on sait qu'on pense noir. C'est évidemment une aporie, la disparition de la politique au profit de la simple gestion. Ceci ne se limite pas à
la qualité des individus. C'est une névrose bien plus profonde.

odp 04/09/2013 11:57


Parce que Laurent Idlas est courageux, ferme et patriote? A la lire et à parcourir son site, on conclurait plutôt que c'est un crétin malfaisant de plus...

Laurent Idlas 04/09/2013 10:46


Bien sûr que hollande est un médiocre, non seulement médiocre mais lâche, veule, et un traite...il faut vraiment qu'ils nous prennent pour des cons à la ramener avec la souveraineté. Il est pire
que celui qu'il a remplacé, je vais finir par croire que "la main invisible" qui tire les ficelles de ces pantins a une couveuse laboratoire pour sortir des zozos pareils : le nouveau zozo étant
pire que le précédent...le meilleur des mondes existe déjà à ce niveau là. Je les plains quand même, quelle horreur de se retrouver un jour(qui finit toujours par arriver) devant le Juge quand on
a vendu son âme au diable.

Gérard Couvert 04/09/2013 08:31


"je reconnais que j'ai du mal à me faire à l'idée qu'il soit juste insignifiant"


Remarque qui n'est pas anodine ; il faut creuser ; coté classe dirigeante et sa formation intellectuelle (cf. diverses discussions ici même) mais aussi coté "Edgar", la perte de l'ancrage à
gauche est doulouse, à la hauteur des espoirs et des engagements loyaux, intègres ... et un peu sectaires


La réintégration du réel est un exercice complexe lorsqu'elle s'oppose à des affirmations maintes fois repettée et étayées par des présuposés humanistes. La "gauche" est minable, la gauche est
menteuse, la gauche est prévaricatrice, la gauche est libérale, la gauche est inconséquente ... et j'ai contribué à cela, au nom de ses mythes qu'elle utilise sans vergogne ; j'ai un peu honte,
et je vais devenir enragé contre elle ! Un defrocage à la "petit père Combes" en quelque sorte.


Enfin moi, c'est comme cela que j'ai vécu le parcours ; il s'applique aussi à un sujet de discorde rémanent ici. A propos pourquoi être contre une intervention en Syrie ? Vous aussi vous aurez
votre chemin de Damas.

edgar 04/09/2013 00:44


fred : j'avais parlé de hollande et wikileaks ici http://www.lalettrevolee.net/article-le-ps-parti-fondamentalement-atlantiste-delors-dixit-72604471.html


hollande j'en ai dit pis que pendre ici : http://www.lalettrevolee.net/article-fran-ois-hollande-enterre-la-france-et-la-politique-en-20-propositions-58092071.html et
probablement dans pas mal d'autres endroits. mais je reconnais que j'ai du mal à me faire à l'idée qu'il soit juste insignifiant. j'espère toujours qu'il a une idée derrière la tête ou aura un
sursaut...


pour les dîners, non !

fd 04/09/2013 00:21


3 billets en 2 jours, belle productivité ! La finesse de Hollande, personnellement je ne la vois pas. Il a fait partie des hommes qui sont allés voir l'ambassadeur des Etats-Unis en 2003 pour lui
dire qu'il désapprouvait la position de Jacques Chirac (voir le cable diplomatique paru dans Wikileaks à ce sujet). Où est la hauteur de vue là dedans ? (ps : tu dines toujours avec des mecs de
Terra Nova )

Gérard Couvert 03/09/2013 16:06


Je pense au contraire que HOllande est un homme médiocre, parce que sa formation l'est. Il ne suffit pas d'avoir une tête bien faite et des reflexes de pensée pour ne pas être médiocre, surtout à
ce niveau de responsabilité.


On ne peut même plus dire que les "grandes écoles" tuent l'imagination, elles ne recrutent plus que des gens privés d'imaginaire ; ces gens son strictement incapable d'imaginer un monde different
... il n'y a cas voir ici même certains commentaires s'appuyant sur la certitude que toutes décisons ne doit obeir qu'au rationel, ce dernier étant obligatoirement lié à une potentialité de
modélisation.


Supprimer le voyages aux "states" pour tous ces zombis et remplacez-le par un séjour dans la banlieue de Naples.

edgar 03/09/2013 15:26


axel : je te suis très reconnaissant mais je ne suis pas chef de parti. je peux questionner hollande sur des tas de choses, il ne me répondra pas. de toute façon, tu as parfaitement raison, il
n'est pas bon de récuser d'emblée des personnes qui n'ont pas votre opinion (surtout quand ils habitent l'élysée). mais relis mon billet, il n'est pas si virulent.


le fait est que hollande a déjà un passé assez chargé en matière de promesses non tenues (même pour des promesses implicites - son combat contre la finance notamment). il est donc difficile, et
il serait même assez risible, de le prendre au mot : ah bon, souveraineté d'abord, mais comment ?


par ailleurs, il est tout à fait possible que le seul acte de souveraineté que hollande ait en tête, dans cet entretien, soit de bombarder la syrie (il utilise le terme souveraineté une autre
fois et à ce propos). 


sa vision de la souveraineté serait donc uniquement militaire, pas économique.


au fond, j'ai voulu souligner cette phrase pour noter ce que les journalistes eux-mêmes auraient d'abord du souligner : qu'est-ce-que cette invocation soudaine du souverainisme, qui est
habituellement un repoussoir ?


 

axel 02/09/2013 23:51


@edgar: ok, Hollande a moins de fermeté d'âme que de Gaulle. Ce dernier était riche de convictions dans une période où le niveau de crise était un poil plus aigu, et le potentiel de rebattage des
cartes un poil plus élevé.


Ce avec quoi j'ai du mal c'est le procès d'intention. Pas tant en ce qu'il serait 'illégitime'. Après tout FH est président, qu'on s'intéresse à sa personnalité est tout à fait normal. Mais cela
ne rapporte rien en terme de politique. Voila que votre meilleur adversaire vient de vous inviter au coeur du débat public, et que disent les eurosceptiques ? mouais, 'il est mou de toutes
façons' ou 'c'est que de la tactique tout ça' de Descartes...


Prenez le donc au mot, demandez lui de dévoiler son programme pour atteindre l'objectif affiché. Forcez aussi l'ump à rentrer dans le jeu (comme ils savent parfaitement où ils en sont en ce
moment on peut être sûr que ça va les réjouir). Bref, c'est une petite victoire tout de même. Comme lorsqu'il avait expliqué que si l'austérité continuait, ce serait la fin de l'euro. FH n'est
certes pas le plus téméraire, mais c'est loin d'être un homme qui ne mesure pas ses propos.


Ma conclusion: il souhaite qu'une force anti euro fasse entendre sa voix un peu plus fort dans le pays. Pour la manipuler sans-doute, et alors? en quoi est-ce contre l'intérêt de tes/vos
convictions?


@Denis Griesmar: oui c'est vrai mon commentaire était confus. Le vôtre est étroit d'esprit. Le monde est si loin de la perfection qu'au moins il nous reste l'espoir (oui je sais, l'espoir c'est
plus 'cheap' que les convictions de de Gaulle en 40)!

edgar 02/09/2013 23:14


Axel : au commencement était le verbe. à la fin aussi. crois-tu une seconde que de gaulle à londres était puissant ? il n'était riche que de ses convictions.


échanger la souveraineté française contre un droit de tirage fort hypothétique sur la bce, dont elle reste maîtresse, ne ressemble à rien de souverain, ni de ferme...


 


Je crois en réalité que Hollande a bien compris ce qui scandalise les français, l'impuissance consentie dont parle Gauchet, et qu'il essaie de faire croire qu'il s'en occupe. Mais comme c'est
hollande, il va, jusqu'au bout, essayer de tout concilier sans rompre aver rien ni personne : ni bruxelles, ni les français. au final, il perdra sans doute les deux.