La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Solidarité façon européenne

"L'instrument que nous allons mettre en place sera un instrument de solidarité, pas de générosité."


C'est Jean-Claude Juncker qui expliquait ainsi sa conception toute mécanique de la solidarité.


Ce matin il renfonce le clou en expliquant que la Grèce doit faire davantage d'efforts.


On apprend dans le même entretien que les européens (les gentils du grand film qui se tourne depuis 1957) réfléchissent à placer la Grèce sous tutelle d'un commissaire politique financier :


"La radio allemande lui a également demandé si les ministres des Finances de la zone euro avaient discuté de la possibilité de fournir une aide à Athènes, éventuellement sous l'égide d'un commissaire financier qui surveillerait l'évolution économique du pays. "Nous avons assurément discuté de telles mesures", a-t-il répondu."


On rappellera que M. Juncker est à la tête d'un état qui vit principalement de la fraude fiscale (autre billet).


Bon ce n'est pas parce que M. Juncker est mal placé pour donner des cours de gestion qu'il faut considérer comme nul et non avenu son jugement sur la Grèce.


Pour cela je préfère me fier à Paul Krugman, dans sa colonne du New York Times, qui explique que la raison de l'échec de la Grèce est l'euro, pas le comportement certes irresponsable (mais aidé par Goldman Sachs) de son gouvernement.


Pour Krugman, prix nobel d'économie, il ne fallait pas faire l'euro : en période de croissance d'un pays, sa monnaie ne peut plus s'apprécier, ce qui entraîne une bulle (immobilier espagnol alimenté par l'epargne allemande par exemple) ; en période de récession sa monnaie ne se déprécie plus ce qui veut dire que ce sont les salaires qui doivent amortir les crises.


Je lui laisse la conclusion : "But it’s important to understand the nature of Europe’s fatal flaw. Yes, some governments were irresponsible; but the fundamental problem was hubris, the arrogant belief that Europe could make a single currency work despite strong reasons to believe that it wasn’t ready."


*


Heureusement, la "solidarité" européenne va sans doute nous sauver. Fortes hausse du chômage à prévoir, sur fond de réduction des acquis sociaux.







 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Euromaque 17/02/2010 18:53


Le renforcement du fédéralisme européen dans un but purement utilitaire ne ferait que renforcer le déficit démocratique et le manque de légitimité de l'Union Européenne, en alimentant donc
davantage la crise profonde, la crise existentielle de la construction européenne.

En effet, Lisbonne a déjà eu, malgré les tactiques des eurocrates pour éviter les référendums à tout prix, des répercussions négatives. On a vu, en Grèce, l'autre jour, des gens brûler des drapeaux
de l'UE.

Si l'UE veut se faire aimer -- et donc survivre -- elle ne pourra pas continuer à faire fi de la volonté des peuples.


sav 17/02/2010 14:41


Complètement d'accord avec Krugman : sans l'euro, la solution aurait été facile à trouver.
Mais il a également raison lorsqu'il explique que l'abandon de l'euro risquerait de provoquer un cataclysme financier ("the mother of all financial crises"). Du coup, une seule solution, selon lui
: renforcement du fédéralisme européen. Là encore, d'accord avec lui.


Gérard Couvert 16/02/2010 18:11


Radio Bruxelles ment, radio Bruxelles ment, radio Brussel est allemande !

air connu