La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Prolonger la boucherie

J'avais reconnnu l'adversaire que j'avais à combattre - le faux héroïsme qui préfère envoyer les autres à la mort, l'optimisme facile des prophètes sans conscience, politiques aussi bien que militaires, qui, promettant sans scrupules la victoire, prolongent la boucherie ; et derrière eux, le choeur stipendié de tous ces "phraseurs de la guerre" que Werfel a mis au pilori dans son beau poème.

Quiconque exprimait un doute les gênait dans leur commerce patriotique ; quiconque prodiguait ses mises en garde, ils le traitaient de pessimiste et se moquaient de lui ; quiconque combattait la guerre, dont eux-mêmes n'avaient pas à souffrir, ils le stigmatisaient comme un traître.

C'était toujours la même clique, éternelle à travers les âges, de ceux qui appellent lâches les prudents et faibles les plus humains, pour demeurer eux-mêmes désemparés au moment de la catastrophe qu'ils ont provoquée par leur légèreté. C'était toujours la même bande, la bande de ceux qui bafouaient Cassandre à Troie, Jérémie à Jérusalem, et jamais je n'avais compris le tragique et la grandeur de ces figures comme en ces heures trop pareilles à celles qu'ils avaient vécues.

 

Stefan Zweig, Le Monde d'hier

 

Lu récemment le monde d'Hier, un peu sur les conseils de Fred Delorca. J'y trouve cet extrait, qui vise les partisans enthousiastes de la première guerre mondiale. Je ne peux m'empêcher de faire le lien avec les partisans enthousiastes de l'euro, qui tenteront tout pour faire triompher leur hubris souverainiste. Jusqu'au dernier grec.

Le manque de temps, mais aussi d'intérêt, m'empêchent de commenter comme il le faudrait les péripéties du "sauvetage" de la monnaie unique. 

J'ai juste entendu Jacues Attali sur Inter ce matin, assurer qu'abandonner l'euro serait perdre 30% de croissance. Ca tombe bien, la croissance française sera nulle cette année... Il a ajouté que la mise en ordre de la zone euro permettrait à la croissance de repartir, grâce à l'arrivée de capitaux étrangers. Quel formidable aveu d'échec ! Il a donc fallu unifier la zone euro à coup de saignées récessives pour aboutir à une situation où, comme dans n'importe quel pays en voie de développement conseillé par l'attelage FMI/Banque Mondiale, le salut viendra de la bienveillance des investisseurs étrangers !

Tant d'efforts pour construire la plus formidable zone de croissance de la planète ; enfin rendue indépendante de l'extérieur, sauvant des pays "trop petits pour s'en sortir seuls" et en arriver à tendre la sébille, le doigt sur la couture du pantalon ! Quelle déroute !

Faut-il enfin, face à cela, manifester le 30 septembre ?

Je suis favorable à un référendum sur le TSCG, ce nouveau tour de vis européen (je sais que certains écrivent que le TSCG permet d'avoir un déficit structurel de 0,5%, ce qui serait plus favorable qu'un déficit tout court de 3%. Qui apprécie les 0,5 % La Commission. Comment calcule-t-on un déficit "structurel" ? En réalité, personne ne le sait. On peut donc faire ce que l'on veut en matière de définition, et cette règle de 0,5% revient à donner un contrôle budgétaire absolu à "Bruxelles").

A priori, je suis donc favorable à cette manifestation. Je regrette juste que le Front de gauche soit en tête de la mobilisation. Je n'oublie pas que le Front de gauche soutient l'euro, pour des raisons incompréhensibles, feignant de croire qu'un euro différent est possible sans bafouer l'Allemagne et quelques autres pays. J'y serai donc peut-être, mais en traînant les pieds.

Et je souhaite que Hollande comprenne le plus tôt possible que son soutien à l'euro lui coûtera sa réélection.


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Gérard Couvert 18/09/2012 09:28


 


Sans la réaction d'Arlette Laguiller le mal originel ne se ce serait pas produit, le FdG prend la même voie, c'est tout simplement un effet de leur sectarisme intrinsèque.


Sinon le FN comme DLR demandent la fin de l'euro, ce sont même les seuls.

pienol 17/09/2012 21:04


L'incroyable rhetorique liberticide du Front de Gauche, espece de folklore de mauvais gout (avec apologie de Robespierre, coup de menton provocateur qui seduit l'instituteur anti-capitaliste a
defaut d'effrayer le bourgeois, et Internationale chantee en karaoke), me gene beaucoup plus que leur incapacite a comprendre la nocivite de l'euro. Le caractere dramatique de la situation vient
de ce que, en France comme dans la plupart des pays europeens a l'exception notable du Royaume-Uni, la critique severe des derives de l'UE n'y est portee politiquement que par des guignols.
Dont le Front de Gauche.

fd 17/09/2012 18:37


Si c'est ça ton propos, il ne faut pas écrire "Je regrette juste que le Front de gauche soit en tête de la mobilisation." Mais "Je regrette que le Front de
gauche, qui est à la tête de la mobilisation, ne soit toujours pas aussi intelligent que moi".

edgar 17/09/2012 13:30


fred : pas le problème ! je suis très critique du FG car il fait plus de l'agit prop, avec la volonté d'avoir un premier ministre, que de l'opposition à l'euro et à ses ravages.


ce que descartes souligne est vrai aussi. alors que si méluche voulait se démarquer du FN, il lui suffirait de demander la fin de l'euro, ce que le FN ne fait pas.


 


 

fd 16/09/2012 22:38


@Edgar : ça t'embête que ce soit le Front de gauche (4 millions d'électeurs) qui lance cette manif ? Tu aurais préféré que ce fût un parti qui n'a pas réussi à avoir ses 500 signatures à la
dernière présidentielle ? heum heum...

Descartes 16/09/2012 11:21


Mon cher Edgar, je suis encore plus sceptique que toi sur cette manifestation. Mon interrogation est la suivante: quel est le véritable but de cette manifestation ? Est-ce d'essayer d'obtenir un
rejet du TSCG, ou est-ce plutôt une manoeuvre pour essayer de maintenir vivant le Front de Gauche dans l'opinion jusqu'aux prochaines élections ?


Je penche pour la deuxième hypothèse. Pourquoi ? Parce que j'ai vu la réaction du Front de Gauche lorsque Marine Le Pen a demandé elle aussi un référendum. Si le but était d'obtenir une
consultation, le FdG aurait du apprécier ce renfort. Je ne dis pas qu'il aurait fallu se réjouir publiquement - le fossé symbolique droite/gauche étant ce qu'il est - mais à minima s'abstenir
d'ouvrir un conflit dans le camp - hétérogène - du "non". Or, c'est tout le contraire qu'on observe: le PCF publie un communiqué au titre révélateur: "Traité européen: Le Pen, tel un coucou, veut
parasiter le nid de ses adversaires". On dirait que plus que défendre une politique - le rejet du TSCG - le PCF est occupé à défendre un territoire, et que le crime de Le Pen est d'essayer
d'occuper ce que le PCF considère être "son nid"...


C'est dur à dire et à admettre, mais on n'arrivera pas à battre le TSCG - on l'a dejà vu sur le TCE - sans les voix des électeurs du FN. Si le but est le rejet du traité, alors c'est pas la peine
de commencer par tirer sur des gens dont on a besoin. Un homme de droite comme De Gaulle, à qui le communisme répugnait certainement autant que l'idéologie du FN nous répugne, a su mettre sa
répugnance dans la poche dès lors qu'il a compris que l'accord avec les communistes était politiquement nécessaires pour rétablir la France. Je crains que nous ne soyons dans une situation
similaire, sauf que les dirigeants de la gauche républicaine n'ont toujours pas compris.


Maintenant, si l'objectif n'est pas le rejet du traité mais de marquer des points politiques en cette rentrée et montrer qu'on existe toujours, alors la question est différente...

oncle sam 15/09/2012 15:57


On s'y retrouvera donc, inch allah !