La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Pour des banques centrales dépendantes

Paul Krugman attire l'attention de ses lecteurs sur un article qui concerne la politique monétaire du Royaume-uni dans les années 30.

L'argument consiste à dire que le Royaume-Uni est sorti de la crise à cette époque quand le trésor britannique a forcé la banque d'Angleterre à faire tourner la planche à billets - comme ce que réalise en ce moment le Japon.

l'objectif était de relever le taux d'inflation pour alléger la dette publique, tout en relançant effectivement l'économie (sans quoi l'inflation aurait été trop forte). Une dévaluation de la livre aida le mouvement.

Le résultat fut une croissance annuelle de 4%.

Quelques économistes montrent donc que les politiques exactement inverses de celles qui coulent aujourd'hui la France et la zone euro seraient bien plus efficaces que l'huile de ricin, même après que l'ingestion de ladite huile ait été étalée sur 24 mois.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

odp 15/05/2013 18:17


1/ Les banques centrales ne sont pas plus "indépendantes" maintenant qu'elles ne l'étaient dans les années 20 et 30. Dans le cas de la Banque de France, c'est même formellement l'inverse,
puisqu'elle était déténue par des capitaux privés jusqu'en 1936 alors qu'elle est maintenant controlée par l'Etat. Par ailleurs, la Banque du Japon, qui met en place actuellement exactement le
même type de politique monétaire que celle qui est décrite dans ce papier est, comme toute ces consoeurs dans les pays développés, "indépendante". Bref, aujourd'hui comme avant l'indépendance.
  


2/ Le gouvernement anglais a eu recours à ces politiques monétaires très hétérodoxes après 15 ans de politique déflationiste (taux d'intérêt reéls compris entre 5% et 10%, baisse drastique des
dépenses publique, chute des prix de 25% entre 1921 et 1929) et de marasme économique (croissance nulle et chômage de masse), ce qui i) remet en perspective la "performance" de cette politique
économique (qui est essentiellement un rattrapage) et ii) implique que si nous voulons faire aussi bien que les anglais nous pouvons encore attendre 10 ans avant de nous lancer dans ce genre de
politique. On notera également que, dans le cas du Japon, c'est plus de 20 ans après l'apparition de la crise qu'ils se "résolvent" à ce type de "solutions". On a le temps de voir venir...
  


3/ Enfin, en citant l'huile de ricin que la Commission Européene nous ferait avaler  (vaste mythe), vous mélangez politique monétaire et politique fiscale, la politique fiscale étant
"imposée" à la France étant par ailleurs bien plus expansionniste que celle pratique par le Trésor britannique à partir de 1932.   

alexandre clément 15/05/2013 09:02


Il y a un minimum de 90% d'économistes soit idiots, soit corrompus. Vous oubliez un paramètre important : l'Union européenne s'est acquis la conscience des économistes en les payant grassement.
De ce fait il ne leur vient plus même à l'idée de mordre la main qui les nourrit. Ayant travaillé dans ce milieu et donc pour la Commission, il m'est arrivé de rendre un rapport - très bien payé
d'ailleurs - critiquant fermement les résultats de la politique économique européenne. Sur ce point je n'ai pas varié depuis que je suis petit. Mes "confrères" m'ont dit la chose suivante : "Tu
ne peux pas écrire ça, "ils" vont te tuer". C'est le mot qui a été utilisé. Il est exemplaire de l'attitude de soumission de cette engeance. Ceci dit ils ne m'ont pas du tout tué, ils se sont
contenté de fermer leur bouche et d'attendre que l'orage passe. C'est leur tactique, la patience, ils nous ont à l'usure !!

edgar 15/05/2013 00:22


il était tard quand vous avez rédigé ça. il y a de bons économistes, il y en a de mauvais, et il y a des bons qui  n'ont pas envie de fâcher leur employeur...

Achille Tendon 14/05/2013 01:01


J'ai bien peur que tous ces économistes soient les images fidèles des modèles qu'ils ont étudiés sous la houlette de "maîtres" qui n'en avaient que le nom à l'époque où ils enseignaient !!!


Aujourd'hui, c'est quoi l'économie, d'après tous ces génies, si pas prix Nobel


Du branlage de cerveaux, histoire de se mettre deux trois centimes....d'euros dans leurs profondes poches ...pour leur retraite !!!