La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Pierre Laval

"De ses pouvoirs, il se servait au profit de ses commanditaires et aux siens propres. C'est ainsi que, président du Conseil, il poursuivit en 1935 cette fameuse politique de déflation qui consistait à réduire les salaires, les traitements, les pensions des petites gens afin que la crise économique fût dénouée par le sacrifice des humbles."

 

Edouard Daladier, Journal de captivité, 1940-1945

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Paracoua 22/06/2013 22:02


Citation fort intéressante. Au passage, je trouve que l'historiographie contemporaine, malgré son orientation très "repentante", est assez discrète sur le personnage de Laval, et je m'en
étonne, vu le rôle de premier plan qu'il a joué dans la collaboration. Est-ce parce que l'examen de sa trajectoire politique (pas tout à fait conforme à l'idée qu'on se fait aujourd'hui d'un
collaborateur) risquerait d'écorner certains présupposés?

alexandre clement 21/06/2013 11:09


Oui, c'est toujours la même chanson, sauf que ce n'est pas du côté de l'offre (de la déflation) qu'on règle une crise de la demande, c'est pour ça que c'est la "gauche" - je mets des guillements
parce que pour moi le PS est un parti de la droite ordinaire - qui règle la question, en modifiant le partage de la valeur, en nationalisant les banques, etc... 


Et c'est bien pour ça que l'UE et son abominable commission ne peuvent être que de "droite".