La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Nouvelles de Mélenchon

Débordé en ce moment. Mais ça ne m'empêche pas complètement de suivre ce qui se passe et notamment le phénomène Mélenchon.

Deux discours sont fort intéressants, qui m'ont été signalés par des proches qui voteront Mélenchon.

D'abord le discours de Grigny. Un discours très moral, presque religieux à mon sens. La ferveur semble y compter plus que les mesures annoncées et attendues.

 

 

 

 

Ensuite un discours au Cercle républicain, sur la défense. La différence est très nette, et à mon sens il est, là, bien meilleur. J'aime sa plaidoirie pour une sortie de l'OTAN. J'aime notamment la remarque qu'il fait, comme en passant : en acceptant le bouclier antimissile américain et la collaboration qu'y apporte l'Union européenne, Hollande enterre la dissuasion (vers la 33ème minute)...

 

 

Je note aussi que Mélenchon refuse une diplomatie européenne parce qu'il n'y a pas d'accord sur une politique étrangère européenne. Avec le même raisonnement, il devrait rejeter l'euro : il n'y a pas plus de politique ni monétaire, ni de change, sur laquelle s'accorderaient les états membres...

Bonne écoute...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 09/04/2012 21:00


pipo : on a en effet l'impression que mélenchon compose entre des tendances très divergentes, ce qui le rend parfois difficile à suivre. s'il avait sur l'euro des positions partant des mêmes
pricnipes que celle qu'il a exposées sur la défense au cercle républicain, il serait contre l'euro.

Pipo 07/04/2012 18:26


J'avoue ne pas bien comprendre le jeu de Mélenchon, son discours semble être tres different selon qu'il soit devant une caméra nationale ou pas.


Son disocurs au cercle républicain n'est pas tellement compatible avec sa position sur l'Iran ou sur la Libye, je m'y perds un peu...

Gérard Couvert 07/04/2012 15:13


Méluch est un amuseur, l'exact pendant de Jean-Marie le Pen (pas de la fifille) et sert le même but : déconsiderer, empecher une approche non-excéssive de la nation et de la critique du
mondialisme-financier.