La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Mélenchon sur la fusion projetée entre EADS et BAE

Mélenchon ne dit pas que des bêtises. Sur les questions de défense il est nettement plus clair que sur l'économie.

En témoigne ce passage d'un billet récent, consacré au projet de fusion EADS (Airbus) / British Aerospace.

 

Vous n’avez pas dû remarquer l’information, sans doute. Moi, elle m’a percuté rudement. Une fusion est envisagée entre le géant franco-allemand de l’aéronautique EADS et le britannique BAE, héritier de British Aerospace. Ici où là, quand quelqu’un en parle dans les médias, l’information n’est abordée que sous son angle commercial et financier. Jamais dans sa dimension stratégique et politique. Il a d’ailleurs été annoncé dans l’indifférence du gouvernement. Pas un mot de commentaire. Pourtant l’Etat français est un des principaux actionnaires d’EADS.

Ce projet est la première initiative d’envergure du nouveau président d’EADS, l’allemand Thomas Enders, qui a remplacé le français Louis Gallois depuis juin dernier. Alors que Gallois était un défenseur de l’industrie attaché au rôle de l’Etat dans l’économie, Enders est un libéral qui a longtemps milité au sein de la CSU, l’aile ultraconservatrice de la majorité de Mme Merkel. Ce monsieur préside le club patronal allemand qui œuvre au rapprochement transatlantique, l’Atlantik Brücke e.V. C’est donc un artisan actif et ardent du grand marché transatlantique, le fameux GMT, dont il est impossible d’entendre parler en France alors qu’il est censé se mettre en place en 2015.

 Le souhait de ce Thomas Enders de se rapprocher du groupe britannique d’aéronautique et de défense n’est donc pas limité à l’aspect commercial et financier. En rompant l’axe franco-allemand qui a porté Airbus et EADS, cette fusion rendrait possible un nouvel axe germano-britannique à la tête du nouveau groupe. Avec un tropisme beaucoup plus transatlantique qu’européen. Car le britannique BAE est d’ores et déjà un groupe fortement intégré au complexe militaro-industriel états-unien. Il possède des filiales aux USA. Et il participe directement au développement du nouvel avion de combat des USA, le F35, qui a vocation à remplacer le F16, l’avion militaire le plus vendu de l’histoire. Cela isolerait un peu plus le programme français Rafale en Europe. En matière d’industrie de défense, cette fusion enterrerait donc toute velléité d’indépendance européenne face aux USA.

[là Mélenchon est blâmable : il est évident depuis longtemps que l'Union européenne n'est pas conçue pour être un pôle distinct des Etats-Unis. Une annexe tout au plus].

Quant à l’aéronautique civile, BAE n’y a pas laissé de bons souvenirs. Lors de la constitution d’EADS en 1998, BAE avait en effet fait l’acquisition de 20% dans Airbus après avoir renoncé à intégrer EADS en tant que tel. Avant de se débarrasser de cette participation en 2006, contribuant directement aux difficultés financières d’Airbus. Ici je résume autant que je le peux pour ne pas surcharger de considérations techniques et historiques cette information. Mais je crois avoir fait sentir l’essentiel. Je suis scandalisé de voir que le gouvernement ne dit et ne fait rien. L’atlantisme historique et aveuglé de Jean-Marc Ayrault et François Hollande coupe ces deux hommes d’une compréhension vraiment informée des exigences qu’impose le souci d’indépendance et de souveraineté face aux Etats-Unis. Les allemands, habitués à vivre sous parapluie nucléaire et militaire des nord-américains depuis la partition de l’Allemagne, ne sentent pas les choses comme nous. J’estime qu’il faut s’opposer à cette opération. Je pense que le gouvernement qui a déjà accepté à Washington le prétendu « bouclier anti-missiles » est en train de laisser volontairement se mettre en place une conception de la défense qui mériterait au moins d’être assumée pour pouvoir être discuté. La plus grande méfiance est donc de mise face à ce projet de fusion, tant pour l’indépendance de notre défense que pour l’avenir d’Airbus.

 

Le site De Defensa a consacré de nombreux articles aux liens étroits entre BAE et les Etats-Unis, cf. celui-ci.


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

pienol 26/09/2012 19:33


Si la France et l'Allemagne ont des conceptions differentes, voire incompatibles, de la defense europeenne (et de "l'Europe politique" en general), peut-etre qu'EADS lui-meme n'est pas une bonne
idee. Le grand paradoxe au coeur de la construction d'une "Europe politique" est que la France est fondamentalement beaucoup plus proche du Royaume-Uni que de l'Allemagne, pour laquelle l'Europe
est une construction post-politique, un moyen (efficace d'ailleurs) de "sortir du politique" (P. Manent). La France et le Royaume-Uni sont essentiellement souverainistes, mais ne souhaitent pas
faire la meme chose de leur souverainete. L'Allemagne est anti-souverainiste et ne veut faire du business. Dans ce trio, la France a le monopole de l'illusion -- l'idee qu'on va faire de
l'Allemagne, contre elle-meme, notre partenaire dans la construction d'une "Europe souveraine" (dont on exclurait evidemment les Brits, qui ne demandent pas mieux). La realite est que c'est
l'Allemagne qui entraine la France, contre le peuple francais (mais avec l'assentiment unanime de ses "elites"), dans son projet d'Europe post-politique. Melanchon use des anathemes habituels du
bolchevo-bonapartisme -- "ultraconservateur", "altantiste" -- mais il ne comprend pas que c'est CELA l'Allemagne et qu'il n'y en a pas d'autre. La seule maniere de "changer l'Europe" est d'en
sortir.