La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Les Saint-Patrons de l'Europe

Je suis amoureux du Collège des Bernardins. En abattant le mur qui cachait ce bâtiment superbe de la vue des passants, et après quelques travaux de réhabilitation, l'église catholique a offert aux passants un objet magnifique.

 

cb3.jpg

Je reçois donc la lettre du collège où je lis avec étonnement l'annonce d'une conférence :

"QUELS SONT LES ENJEUX DE LA PENSÉE D'EDITH STEIN CO-PATRONNE DE L'EUROPE DANS LA CULTURE ET LA CIVILISATION CONTEMPORAINES ?"

Je découvre par là-même la notion de saint patron de l'Europe...

Wikipedia en liste six, sans s'étendre sur leur rôle, ni l'origine de ce concept de Saint patron. On note quand même que le premier Saint Patron européen fut nommé en 1964, donc après la création de l'Union européenne. Il y a donc présomption du fait que ce sont des saint-patrons de l'union européenne qui ont été ainsi érigés en... je ne sais quoi : modèles, sources d'inspiration, référents ?

Il s'agissait d'ailleurs de Saint Benoît, qui, outre ses vertus médicinales ("Il est invoqué traditionnellement par les catholiques contre les piqûres d'orties, le poison, l'érésipèle, la fièvre, les tentations, les maladies inflammatoires, la gravelle, et la maladie de la pierre") est surtout l'inventeur de la règle des bénédictins qui s'est répandue dans toute l'Europe à l'époque carolingienne nous dit wikipedia. Quel choix judicieux de la part de  Paul VI que de choisir pour protéger l'Europe naissante un homme qui, d'une certaine façon, unifia l'Europe sous une règle catholique commune.

Je retrouve d'ailleurs un discours de Paul VI, où il indique les deux raisons du choix de Saint Benoît : foi et unité ("deux motifs qui font toujours désirer l'austère et douce présence de saint Benoît parmi nous : la foi, que lui et son ordre ont prêchée dans la famille des peuples, spécialement dans la famille Europe, la foi chrétienne, la religion de notre civilisation, celle de la sainte Eglise, mère et éducatrice des nations, et l'unité par laquelle le grand moine solitaire et social nous a appris à être frères, et par laquelle l'Europe fut la chrétienté. Foi et unité, que pourrions-nous souhaiter de meilleur pour le monde entier, et spécialement pour cette portion de choix qu'est l'Europe ? Qu'y a-t-il de plus moderne et de plus urgent, de plus difficile et de plus contrarié, de plus nécessaire et de plus utile pour la paix?  [...] Il est donc naturel que Nous aussi Nous donnions Notre plein assentiment à ce mouvement qui tend à réaliser l'unité de l'Europe.")

Le rêve européen vu du côté catholique c'est donc celui de la chrétienté renaissante.

Saint Benoît est d'ailleurs plus patron que les autres, car il est, lui, "patron principal de toute l'Europe". Que celui qui confond ce titre avec celui de capo dei capi sorte tout de suite.

On trouve aussi en ligne le discours de désignation de trois co-patronnes de l'Europe, prononcé par Jean-Paul II.

Il y donne ordre aux catholiques et aux chrétiens en général d'ailleurs de poursuivre la construction européenne : "les chrétiens sont appelés à en prendre une conscience renouvelée afin d'en montrer les potentialités permanentes. Ils ont le devoir d'apporter à la construction de l'Europe une contribution spécifique, qui aura d'autant plus de valeur et d'efficacité qu'ils sauront se renouveler à la lumière de l'Évangile."

A mon avis les feujs et les arabes ne sont, dans ce projet, que des accessoires "dans l'histoire complexe de l'Europe, le christianisme représente un élément central et caractéristique, renforcé par le solide fondement de l'héritage classique et des contributions multiples apportées par divers mouvements ethniques et culturels qui se sont succédé au cours des siècles."

De là à imaginer que l'ensemble des athées, libre-penseurs, démocrates non religieux et autres partisans d'une Europe, autre ou pas, ne sont que les idiots utiles d'un vaste complot catholique, il n'y a qu'un pas. Je ne le franchirai pas, le sujet est certainement plus complexe que cela. Mais cette dimension catholique du projet européen mérite de ne pas être oubliée.

Elle peut aussi par exemple parfaitement aider à comprendre le rôle de l'euro : cette monnaie inadaptée fait souffrir tous ceux qui l'adoptent, mais comme c'est un symbole d'unité, elle vaut que l'on y sacrifie. Et plus le sacrifice est grand, mieux c'est.

 

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Un vieux lecteur 30/09/2014 18:37


D'accord avec toi Gérard.

Gérard Couvert 30/09/2014 09:44


Vieux lecteur, l'anti-catho est une tare pratiquement indélébile -j'ai mis 30 ans, et encore j'ai eu la chance de vivre à Rome !- il n'y a qu'à lire Junk et ses propos mélanchoniens. Parler de
catholiques -au sens actuel- pour le Veme. est une imbécilité, ce qui compte c'est d'observer la constante -et lente- adaptation de l'église catholique au monde réel, bien plus que les
protestants ou les othodoxes (je ne parle pas de l'immobilisme de l'islam !) mais aussi de voir comment cette évolution se fait (question thélogiques des XI et XIIeme, question politique au
XIXeme, scientifique aux XVI et XVIIeme, sociétal au XXIeme).

Un vieux lecteur 30/09/2014 03:55


Je crois simplement qu'il ne faut pas croire tout ce que dit la RPR ("religion prétendument réformée") sur la sainte Eglise catholique, apostolique et romaine. En d'autres temps, lorsque nous le
bombardions, Mme Julia Kristeva blâmait le "masochisme" du christianisme orthodoxe serbe. On peut faire dire ce qu'on veut aux cultures religieuses. Et blâmer le masochisme morbide de
l'adversaire est une mode onfrayienne comme une autre. Mais c'est, au fond, un héritage de la vulgate psychanalytique soixante-huitarde (que Mme Kristeva assume mieux que M. Onfray) dont ont peut
se demander s'il est vraiment utile au débat...

edgar 27/09/2014 16:21


cher lecteur vieux (et insomniaque), c'est étonnant parce que dans le genre provoc j'ai écrit bien pire, et qu'il me semble qu'au contraire cet article est assez platement descriptif.  je
serais donc ravi d'avoir de votre part, cher vieux lecteur, des critiques plus étayées.

Un vieux lecteur 27/09/2014 00:32


Ce blog devient un peu excessif je trouve

gilles 19/09/2014 15:11


Peut-être que cette banque est liée à ce que certains milieux russes appelent la « cinquième colonne », c'est à dire les milieux financés et organisés par les services de Washington ( The
National Endowment for Democracy (NED), http://www.ned.org/languages/ru
International Republican Institute http://www.iri.org/  c'est à dire principalement les milieux
simultanément atlantistes et libéraux comme le parti Iabloko mais pas que, afin d'aller vers un changement de régime.


http://rue89.nouvelobs.com/2011/12/10/manifs-anti-poutine-en-russie-un-air-de-printemps-arabe-par-10degc-227409

http://www.counter-currents.com/2014/03/geopolitics-and-oligarchy-in-the-ukraine-crisis/

edgar 16/09/2014 22:36


gilles : étonnante présence de la banque russe alfa !


 


 

gilles 15/09/2014 23:30


Edgar, il y a maintenant d'autres saints patrons d'un autre type, entre autres ceux de CocaCola, de Shell, de Danone qui oeuvrent pour l'entrée de l'Ukraine dans l'UE.


 


http://yes-ukraine.org/en/Yalta-annual-meeting/11th-yalta-annual-meeting/partners

junk 15/09/2014 08:39


Faire de Saint Benoit le patron de l'Europe est un anachronisme historique propre à l'Eglise catholique . Un Saint est un homme qui par sa vie témoigne de la grandeur de Dieu . Sur ce sujet ne
connaissant pas dieu , je ne ne peux en discuter . Mais parler d''Europe au V ° c'est de l'escroquerie historique : Benoît naît vers 480-490, issu d'une famille noble romaine de Nursie (Norcia, à 110 km au NNE de Rome), en Ombrie .IL n'est nullement question d'Europe en cette fin de l'empire romain .  Son père Eutrope, fils de Justinien
Probus, de la gens Anicia, est consul et capitaine général des Romains dans la région
de Nursie, sa mère Abbondanza Claudia de' Reguardati di Norcia appartient à la famille Reguardati, des comtes de Nursie.cf wikipédia .  Donc il est issue d'une famille romaine de généraux
romains 


 Qu'il soit devenu moine , qu'il ait edicté une règle , que celle ci ait eu du succés , que les couvents se soient multipliés dans ces siècles d'anarchie( vI, VII, VIII ,XI )  , de
destruction des routes commerciales , de retour à la terre d'accord . Mais évoquer l'Europe qui n'existe pas est malhonnête . L'Europe géographique n'est que la péninsule de l'Eurasie . L'Europe
culturelle nait des échanges commerciaux qui ne peuvent se développer qu' aprés des siècles de rapines de razzias vers le X, XI siècle. IL faut la sécurité des routes de terre et de mer , mais
aussi avoir des surplus agricoles ou artisanaux pourque le commerce apparaissent  . L'Eglise au début étaient contre ces marchands qui osaient "traffiquer" avec les juifs et les musulmans
qui osaient apporter dans leurs caravanes des objets rares , mais aussi des livres ..des philosophes grecs . Ceux ci  peuvent être considérés  comme les ancêtres de la culture
européennes rédécouverts au XVI ° ....on est bien loin de saint benoit !