La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Laurent Berger, pas dégouté

J'ai chopé la mélancolie

En faisant des chansons sur mon lit

Une commande pour chanteur pas bien

Fallait que j'dise France Américain

Ça m'a carrément miné tout dégoûté

Alain Souchon, Jamais content

 

Laurent Berger, patron de la CFDT, interrogé par Guy Bourdin. Il vend sa soupe, rien d'intéressant.

Et puis, tout à la fin, Guy Bourdin lui pose une question sur l'euro fort, à propos duquel Arnaud Montebourg commence à ruer doucement dans les brancards.

Réponse contournée de Berger, genre faut voir, c'est compliqué, et puis ce scandale : "c'est pas ici, les petits français, qui allons nous régler tout seuls notre problème [sic]".

Gêné le gars. Mais content d'avoir trouvé une pirouette pour s'en sortir. Les "petits français" sont trop minables pour s'occuper de l'euro. Un truc de grands. Probablement la suite de la carrière de Laurent Berger d'ailleurs. Quelques années à la CFDT et puis il ira s'épanouir à son vrai niveau, par exemple à la Confédération européenne des syndicats, laissant les petits français s'inquiéter.

En attendant la fin de sa croissance, sa mutation de petit français à grand européen, face au problème de l'euro fort qu'il reconnaît comme important, mais du bout des lèvres, il prêche d'abord le nouvel évangile. Il termine son intervention sur cette conclusion en forme de mantra : "l'Europe est une opportunité, c'est pas un handicap."

Laurent Berger n'est donc pas le responsable d'une organisation syndicale française, il est d'abord et avant tout un prêtre de la nouvelle Europe. Celle qui se construit sur la ruine de ses états membres. Je serais à la CFDT, j'aurais bien envie de l'envoyer tout de suite jouer chez les grands.

 

 

 

Mise à jour : Alain Minc trouve que Pierre Gattaz devrait s'inspirer de...Laurent Berger.

 

tweetlb.jpg

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

alexandre clément 16/02/2014 16:20


La CFDT c'est pas un syndicat, c'est une boîte d'enregistrement du patronat. ça on le savait déjà, mais le fond de l'affaire c'est qu'effectivement on ne discute pas des résultats économiques et
sociaux de la mise en place de l'euro.


Dire que l'euro est une opportunité, comme le grand marché transatlantique, c'est revenir aux temps d'avant la révolution keynésienne. C'est l'âge de pierre de l'analyse économique : vive le
marché, plus il est grand mieux c'est. Le problème c'est que les tenants du libre marché sont aussi pour l'abolition des syndicats, donc si on suit la logique la CFDT devrait militer aussi pour
cela. 

J.Payen 16/02/2014 15:51


Laurent Berger pas dégoûté ?


Moi (ancien adhérent), oui, évidemment. Mais rien n'a vraiment changé, soyons lucides, depuis la fin des années 80. Depuis le clivage de Maastricht.


Les carriéristes ont humé les bons filons. Ils s'y tiennent. L'étonnant c'est qu'il demeure (encore) queques adhérents, quelques cotisants....


 

CVT 16/02/2014 15:09


@Edgar,


donc, c'est le chef de la CFDT? Décidément, il n'y a rien à en tirer, de ce syndicat jaune... Et encore une fois, une marque de francophobie innée! La même haine de soi qui nous a conduit à la
Collaboration et l'occupation.


Parfois, je me demande pourquoi des gens sont morts pour chasser les Allemands de chez nous en 14 et en 40, car à écouter certains, on aurait mieux fait de laisser tranquille, nous serions
désormais un LANDER prospère...