La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

La cueillette de fruits verts

Je pense moi aussi que des évènements violents pourraient favoriser l'unité allemande. Mais provoquer cette catastrophe, prendre la responsabilité du moment choisi, voilà une autre affaire ! Une intervention arbitraire dans le cours de l'Histoire pour des motifs purement subjectifs n'a jamais eu de résultats positifs, c'est la cueillette de fruits verts, et, à l'heure actuelle, l'unité allemande n'est pas mûre, voilà ce qui saute aux yeux.

 

Bismarck, 28 février 1869

 

Deux années plus tard il créera l'Allemagne impériale. Soixante-dix années plus tard, cette construction trop hâtive s'effondrera, après avoir ruiné l'Europe. Pour ne jamais revivre cela, certains croient utiles d'accélérer encore le mouvement de "construction européenne", de redoubler, de porter au carré, l'intervention arbitraire dans le cours de l'histoire qu'est l'UE. Je redoute le moment où nous devrons avaler les fruits verts.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Axelzzz 11/10/2013 18:16


c'est pas pour polémiquer, mais je comprends la citation de Bismark différemment : la caractéristique du 'fuirt vert' c'est lévénement historique provoqu pour des raisons 'subjectives'. Or il me
semble douteux que la deuxième guerre mondiale rentre dans cette catégorie: ce n'est certainement ni Monet ni les USA qui l'ont déclenchée pour avoir l'occasion de contruire l'Europe... 


En revanche on pourrait tout à fait appliquer cette caractérisation à la sortie de l'euro: provoquer un événement violent dans le but subjectif de reconstruire les nations en Europe... Mais les
fruits verts parait il n'ont rien apporté de 'positif' dans l'histoire.


Au-delà de cette petite pique un peu ridcule,  Bismark disant cela en 69 se distingue avant tou par une mélange assez étonnant de cynisme et d'ambiguité: il déclare explicitement qu'il pense
que l'unité allemande se fera à l'aide d'un évédnement violent, mais qu'il vaut mieux que le fruit soit mûr. C'est à dire que ce ne soit pas la Prusee qui attaque, un peu comme pour Sadowa. Donc
la seule différence entre un fruit vert et un fruit mûr selon lui se résume en fait à la bétise de Napoléon Le Petit, ou plutôt à l'arrogance de la grande nation...

Ovide 09/10/2013 11:04


Pour changer un peu (encore que..) : http://www.mnemos.com/catalogue/europole/

edgar 07/10/2013 23:38


torsade : c'est justement ce que montre assez bien haffner : il y avait plusieurs conceptions possibles de l'allemagne, et celle qui l'a emporté n'était pas la bonne. tout ceci est esquissé dans
une note de lecture en préparation, cette citation 'nétait qu'un zakouski.

Torsade de Pointes 05/10/2013 22:24


Personnellement, l’analogie entre Brussels et l’unification allemande ne m’apparaît pas très clairement. L’unification de l’Allemagne a dû, au siècle passé, apparaître naturelle et
logique, et était souhaitée par une forte proportion des populations concernées dans toutes leurs composantes. Le processus a donné lieu à un État cohérent, très organisé, efficace, qui a donné
les fruits que l’on sait, c'est-à-dire un développement industriel, intellectuel, scientifique, social, militaire phénoménal. C’est donc l’exact contraire de la piteuse Union européenne, qui
n’apporte que régression et se trouve de plus en plus largement rejetée par les populations. D’autre part, pourquoi vouloir imputer exclusivement à la constitution d’un État allemand unifié les
deux boucheries de 1914 et de 1940? D’autres pays ont une part de responsabilité, me semble-t-il, et en ce qui concerne en particulier le premier conflit mondial, en tout premier lieu d’autres
États multinationaux: empire des Tsars, Autriche-Hongrie, Empire ottoman. Ce qui tend à prouver que les États multinationaux, au nombre desquels il faut ranger notre belle Europe-Brussels, ne
sont pas nécessairement des entités pacifistes.

odp 05/10/2013 18:27


@ Denis Griesmar: Il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir! Le fruit vert ne fut évidemment pas la monarchie française (1000 ans!) mais la bien la révolution. Tellement vert
d'ailleurs qu'il lui fallut près d'un siècle pour finir par s'imposer...


 


Ceci dit, mon commentaire était plutôt fait pour moquer amicalement cette ode au conservatisme qu'est la référence au fruit vert (on dirait du Burke) que pour exprimer quoique ce soit de
pertinent... On s'amuse comme on peut...

Denis Griesmar 05/10/2013 11:51


Je vois mal la pertinence du commentaire n°3. Le fruit qu'a cueilli la Révolution française n'avait rien de vert. La classe dirigeante abusait de ses "privilèges" ("Parlements" régionaux ...
tiens, tiens ... ) et ne voulait en aucun cas les remettre en question pour régler le problème de la dette ... issue en grande partie de la guerre d'Amérique. L'aide aux insurgés ayant été
judicieusement accordée par Louis XVI, qui aurait pu être un grand roi s'il avait eu le même courage sur le plan intérieur. 


Pour revenir à l' "Europe" d'aujourd'hui, le constat fait plus haut montre bien qu'il s'agit d'une construction artificielle, commandée de l'extérieur par les Etats-Unis, l'Allemagne n'étant ici
que le relais de la puissance impériale. Le pire étant la colonisation mentale et la servitude volontaire des zélites. Alors, oui, "Levez-vous vite, orages désirés ! ..."

odp 05/10/2013 11:07


La Révolution Française fut donc un fruit vert!


 


Ah, si les les membres du Tiers Etat avaient attendu que le fruit fût plus mur; nous aurions eu, nous aussi, notre Glorieuse Révolution et rien de tout ce qui suivit, y compris, l'unité allemande
ne serait advenu!


 


Louis XVI... Revient... Salauds de pauvres... 

Jacques 05/10/2013 10:08


On lira, ou relira, avec intérêt le livre passablement anticipateur de Paul Marie Coûteaux, "L'EUROPE VERS LA GUERRE" publié.... en 1997 ! (Ed Michalon).

alexandre clément 05/10/2013 07:09


Oui, nous sommes quelques uns maintenant à penser à l'inverse de la propagande bruxelloise que l'UE est porteuse de chaos et de guerres. Seulement à l'inverse de la position de Bismark,
l'allemagne d'aujourd'hui est un pays en déclin qui n'a plus de trajectoire ascendante devant lui. ça fait une sacrée différence, ce pays n'a ni armée ni soldats.