La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

La bataille contre l'Union européenne n'aura pas lieu - il faudra auparavant du coup d'oeil

L'équitaxe est l'objet des manifestations de ce week-end. Nul doute que l'on peut tourner en ridicule ces professionnels de l'équitation, comme l'on peut renvoyer à leurs binious les bretons et à leurs subventions les agriculteurs franciliens.

 

cheval.jpg


Procéder ainsi relève d'un manque de coup d'oeil, à mon humble avis. Chacune de ces colères peut sembler partielle, relever de la défense d'intérêts chaque fois privés.

Sauf que la cause de chacun de ces mécontentements est commune : l'impécuniosité de l'état, qu'entraîne notre appartenance soumise à l'eurozone.

Le lien n'est pas simple à faire, notamment car la presse prend bien soin de faire de chacun de ces mécontentements une sorte de rituel folklorique, ne retenant des manifestants que les chevaux, les bonnets ou les tracteurs.

Pour ceux qui sont conscients du désastre qu'est l'appartenance à l'Union, il est aussi aisé de trouver que les manifestants ne font pas "avant-garde". Leur conscientisation est un peu insuffisante. Il faut donc se réserver pour plus tard, pour la grande bataille contre l'Union européenne.

Je crois cependant que cette grande bataille n'interviendra jamais, si un effort n'est pas fait pour rattacher ces mouvements partiels, maladroits, qui peuvent sembler relever d'intérêts privés, à une lutte unique et plus importante.

Ce que je saluais précédemment chez Todd, même avec ses indéniables maladresses d'expression et ses enthousiasmes successifs, c'est le coup d'oeil, qui a su dépasser l'interprétation immédiate du conflit breton comme enjeu local, pour le rattacher à un combat national.

*

Cette question du coup d'oeil, de la capacité à ordonner les priorités (dénoncer les biens réelles tentatives de récupération autonomistes du conflit breton notamment est un point, en conclure qu'il n'y a rien à voir avec la totalité des manifestants bretons est un autre) m'est apparue en lisant un extrait de courrier de Jacques Chardonne à Paul Morand.

En 1946 donc, le premier écrit au second : "La Frette est peuplée d'arabes. Ils ont tué, ici, plus de gens que les allemands, et ils sont affreux. Mais la France aime à être occupée." Il y avait donc des gens pour estimer en 1946 que "l'occupation arabe" était plus dangereuse, au fond, que celle des allemands.

Comme aujourd'hui le FN tend à laisser croire que le danger islamiste serait plus grand que l'asphyxie européenne.

Ce serait, en sens inverse, manquer de coup d'oeil que d'ignorer complètement les risques d'atteinte à la laïcité. J'ai lu cette semaine que 25% des événements organisés dans les universités britanniques seraient, à la demande d'associations musulmanes, organisés selon des critères de non-mixité. Apparemment, cela provoque un débat nécessaire et bienvenu.

Cela montre également que les réactions du corps social sont bien assez fortes pour que ce sujet ne prenne pas une part excessive dans le débat politique - on note que UKIP, malgré les caricatures, n'a pas fait de la lutte contre l'immigration un thème central de son programme.

Aujourd'hui où la France est dans un tourbillon et semble craquer de tous côtés, il est important non de simplifier, mais d'ordonner. De faire preuve de mesure. Et de ne pas forcément attendre un grand soir (anti)européen qui ne viendra pas.


 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

jean-pierre milin 27/11/2013 09:26


Je pense au contraire qu'une alliance n'a de sens que si, une fois la victoire acquise, les parties sont toutes d'accord sur la conduite a tenir. L'UPR a un but clair, dénoncer l'UE grace a
l'article 50. Faire alliance avec quelqu'un qui ne partage pas ce but ne serait que de la politique politicienne pour arriver au pouvoir coute que coute, comme tant d'autres... DLR peut bien
"tendre la main" a qui elle veut, sa stratégie annoncée est identique a celle de tous les autres partis, c'est a dire la plus floue possible de facon a attirer les votes grace a l'ambiguité...

nationalistejacobin 26/11/2013 23:15


@ Edgar,


"je ne suis prêt à rien"


Vous avez le mérite de la clarté. Mais je doute que vous arriviez à grand-chose... C'est d'ailleurs la contradiction fondamentale de l'UPR, qui prétend vouloir "rassembler", mais ne veut entendre
parler ni du FN (ce qui peut se comprendre), ni de DLR (ce qui se comprend moins). Un peu comme si de Gaulle avait rejeté les monarchistes cathos antirépublicains et les communistes... On se
demande bien avec qui il aurait libéré la France.


 


Je pense que Nicolas Dupont-Aignan, malgré ses défauts, a adopté la bonne attitude: il ne ferme pas la porte. Il ne s'allie pas au FN, et il a raison car, dans la situation actuelle, il
deviendrait inévitablement un satellite du parti de Marine Le Pen, n'étant pas en position de force, mais il a l'intelligence de ne pas mettre les frontistes au ban de l'humanité et de la classe
politque. Il ne ferme pas la porte à Asselineau non plus, pour lequel il a appelé à voter aux législatives partielles dans la circonscription de Cahuzac. Voilà ce que j'appelle une vraie posture
de rassemblement et de main tendue. 

edgar 26/11/2013 22:54


apparemment les alertes du blog suite à un commenatire sont débranchées. je découvre donc d'un coup ces commentaires.


pour ce qui est du FN, je ne suis prêt à rien. mais je ne représente que moi.


Pour le TTP, il est exact que je ne m'y suis pas attelé. c'est décourageant en fait.


pour les bretons, je rajoute un billet.

CVT 25/11/2013 18:58


@nationalistejacobin,


franchement, je ne suis pas contre ce que vous dites. Ca me fait horreur de l'admettre, car dieu sait si j'ai peu de sympathie pour le FN, mais il est incontournable dans la classe politique
française. Toute proportion gardée, il joue le même rôle que le PCF des années 60: seul, ce parti ne peut rien faire, mais rien ne pourra se faire sans lui...


Depuis quelque temps, le FN via son satellite Rassemblement Bleu Marine attire des gens de tous horizon qui n'auraient pas suivi le père Le Pen. C'est une vraie tendance de fonds dont il faudra
tenir compte, d'autant qu'avec Florian Philippot, il s'assure d'une figure de proue et d'une intelligence assez rare dans l'échiquier politique, surtout pour son âge (32 ans). Alors, bien sûr,
tout ne se passe pas en douceur, comme l'atteste certains dérapages, voire certains départs précipités comme à Toulouse ou dans la Somme, où deux ex-UMP ont brutalement quitté le FN où ils
avaient fraîchement adhérés à cause de relents néo-nazis et racistes. On verra si le naturel reviendra au galop, auquel cas le FN risque de déchanter...


 

nationalistejacobin 25/11/2013 17:16


@ CVT,


Assez d'accord avec vous, c'est bien pourquoi j'ai employé l'adverbe "éventuellement".


 


Cela étant, et bien que le FN louvoie, vous conviendrez avec moi qu'il est un des rares partis à afficher quand même un certain euroscepticisme, et à l'assumer. Et on ne peut pas faire comme si
le FN n'avait aucune cohérence sur la question: il a appelé à voter non à Maastricht en 1992 et non au TCE en 2005. Il faut tout de même lui reconnaître une certaine constance dans son hostilité
au "machin" eurofédéral.


 


Reconnaissons aussi que le FN, parmi les partis qui pèsent, est l'un des plus susceptibles d'appuyer un détricotage des institutions et règlements communautaires européens. Ma conviction, bien
que n'étant pas frontiste mais partisan de Dupont-Aignan, est que le FN est incontournable dans le camp souverainiste. Malheureusement ou heureusement, c'est une autre question. En attendant,
qu'est-ce qu'on fait de ce FN? Car il est impossible de bâtir une stratégie en tournant le dos à la réalité.  

CVT 25/11/2013 16:17


@nationaliste jacobin,


[seriez-vous disposé à une alliance temporaire? Et,
dans cette perspective, que seriez-vous prêt à accorder aux frontistes qui vous tenderaient éventuellement la main pour jeter à bas l'édifice vermoulu de l'UE?]


Encore faudrait-il que le FN dénonce l'UE et appelle explicitement et officiellement à
sa dissoution, or pour le moment, il louvoie et c'est bien compréhensible: les Européennes approchent à grand pas, et cette élection est spéciale pour ce parti: c'est pratiquement la seule qui
leur permette d'avoir des élus, et en tant que telle, c'est une vraie vache à lait!


Bref, sorti du MPT et de l'UPR, tout deux confidentiels, aucun parti n'appelle à
sortir de l'UE. Pour le moment, nous assistons à des jacqueries poujadistes sans autres conséquence que de rendre l'Etat encore plus impécunieux, donc impuissant. En gros, inapte à jouer son rôle
central en cas de sortie de l'UE...

J. Payen 25/11/2013 15:53


Je suis très intrigué par l'absence totale de débats sur la question , à mon sens considérable, du projet , en cours de négogiation mezzo voce, d'un Traité Transatlantique. Or ce projet risque de
toucher aux dernières briques de nos societés continentales, singulièrement de notre République.


Rien dans la sphère politique professionnelle. Cela peut se comprendre. Plus inquiétant, rien sur les blogs et sites en pointe.


Le F.N. lui travaille le sujet, dont il fera un cheval de bataille aux Européennes.


Voudrait-on lui en laisser le monopole, on ne s'y prendrait pas autrement.


 

Thierry LARONDE 25/11/2013 14:33


C'est une erreur de croire que les thèmes de l'immigration et de l'Islam sont marginaux et n'entrent en rien dans les motivations des électeurs, et c'est une erreur encore plus grande de croire
ou de feindre de croire que les élections européennes auront pour objet l'aménagement de l'usine à gaz économique de Bruxelles. Dans notre société vichyste, dans laquelle il est interdit de
parler de certaines choses, les motivations "officielles" des manifestations sont, sinon un prétexte, en tous cas un point particulier d'une révolte d'ensemble. Officiellement, Al Capone a été
coincé pour fraude fiscale, pas pour les crimes qu'ils commettaient. Officiellement, les motifs des manifestations sont économiques. La réalité est plus profonde, et largement.


Un dernier sondage (qui vaut autant que tous les sondages mais qui n'est pas loin de ce que l'on peut ressentir en discutant ou même simplement en écoutant autour de soi), un dernier sondage,
dis-je, indique que 42% des électeurs pourraient voter pour une liste FN aux municipales. Cette motivation est-elle liée à "l'économique" ? En rien ! Les pouvoirs du maire dans ce domaine-là sont
plus que réduits. Alors ? Alors, ce que les élections de 2014 vont exprimer, c'est un ras-le-bol. Les élections intermédiaires seront utilisées pour envoyer un signal national parce qu'on a
supprimé, par le quinquennat, tout autre moyen de l'envoyer et de signifier l'absence de légitimité de la représentation nationale.


Sur ce ras-le-bol vont se retrouver ceux qui adhèrent au programme du FN et ceux qui ne supportent plus le Système. Mais ces motivations diverses ressortissent toutes, au fond, à une seule et
même cause : le sentiment que nous ne maîtrisons plus notre destin, et qu'on nous attaque non seulement sur ce que nous sommes mais sur ce que nous avons été, en nous déniant qui plus est tout
avenir ! La condition sine qua non de l'acceptation de contraintes, c'est qu'elles soient liées à une nécessité nationale, à savoir que quand bien même individuellement
certaines mesures sont défavorables, on a le sentiment qu'elles profitent non à des intérêts particuliers, mais à l'intérêt général, et donc, aussi, à une partie de nous-même : ce que nous avons
en commun avec les autres. Cette communauté de destin, c'est la nation ; sa maîtrise, c'est sa souveraineté ; que l'immigration et l'Europe ont ruiné.


Il faut arrêter de considérer que l'immigration et l'Islam sont le cadet des soucis des Français. Vous aurez beau appeler "carpes" les lapins, cela ne les changera pas. Le problème de
l'immigration et de l'Islam est au coeur du problème actuel, puisque le problème actuel, c'est la destruction de ce qui justifie toutes les institutions : la poursuite non des intérêts
particuliers fussent-ils majoritaires, mais la poursuite du bien commun et d'un destin commun.


 

nationalistejacobin 25/11/2013 13:53


Edgar,


 


Encore une fois, je vous invite à écouter les propos de Troadec: il n'est jamais question, je dis bien jamais, du moindre petit début de commencement de remise en cause de la construction
européenne. Il y a ce que dit Todd et il y a la réalité de la rhétorique des porte-parole du mouvement "bonnets rouges". Pouvez-vous citer un seul leader du mouvement qui ait clairement mis en
cause l'UE? Etait-il question de l'UE sur les banderoles? Vous me répondrez: mais c'est évident que le problème vient de l'UE! Alors, si c'est évident, pourquoi ne pas le dire simplement? Les
"bonnets rouges" semblent bien, d'après ce que j'entends ou lis ici ou là, avoir visé "le pouvoir parisien" en tant que tel, et lui seul, et je ne vois nulle part que le pouvoir parisien ait été
explicitement accusé d'être soumis à Bruxelles. Ce que Todd prend pour une évidence ne l'est pas.


 


Quant à la bataille contre l'UE, elle suppose, eu égard à la disposition de l'actuel échiquier politique, une alliance objective avec tout ou partie du FN. Comme en 2005, finalement. Un peu comme
les monarchistes cathos faisant alliance avec les communistes autour de de Gaulle. Je vous repose la question Edgar: seriez-vous disposé à une alliance temporaire? Et, dans cette perspective, que
seriez-vous prêt à accorder aux frontistes qui vous tenderaient éventuellement la main pour jeter à bas l'édifice vermoulu de l'UE? 

DF 25/11/2013 10:35


Bonjour,


Il me semble que l'immigration va être un des sujets majeurs de UKIP lors des prochaines élections, notamment européennes.