La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

L'Union européenne nous rajeunit

L'Union européenne est un truc génial qui nous rend vraiment plus forts. Même, ça nous rajeunit.

L'Allemagne aspire en effet, grâce à l'euro, la plupart des activités industrielles de l'Union. En sens inverse, les licenciements se multiplient dans l'Europe du Sud.

Vous pensez que face à cet échec patent on devrait renoncer à l'euro ?

Non, vous manquez du cynisme pragmatique propre aux élites européennes : il faut et il suffit que les chômeurs du sud aillent travailler en Allemagne. 

D'ailleurs l'agence allemande pour l'emploi "a appelé samedi les médecins et ingénieurs d'Europe du sud à venir tenter leur chance en Allemagne".

Notez bien que les pouilleux non qualifiés peuvent continuer à crever la dalle chez eux, les partis type Aube Dorée sont là pour assurer le service d'ordre.

C'est quand même génial que l'Union européenne nous offre ainsi un voyage dans le temps, on va pouvoir ressortir de vieilles affiches :

 

jours.jpg releve.jpg 
gagner_plus.jpg             famille.jpg
bolch             joie.jpg

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 11/04/2013 15:48


la comaraison n'est pas complètement bonne mais dans les pays du sud ils sont de plus en plus nombreux à la faire. et sur l'allemagne, je me sens assez tranquille après avoir écrit notamment cela
: http://www.lalettrevolee.net/article-l-allemagne-ne-paiera-pas-47392005.html


 


 

Fabien 11/04/2013 15:17


L'humour il en faut, mais la comparaison n'est pas du tout bonne historiquement. Elle ne fait que renvoyer les Allemands au rôle de mal absolu qu'ont eu les Nazis durant la 2nde Guerre Mondiale.
Votre but est évidemment d'assimiler l'Europe et l'Allemagne à ces "méchants". C'est un procédé des plus mals venus. Encore une fois, vous pouvez critiquer l'UE et faire des comparaisons
historiques, mais là vous comparez notre situation à une autre où il y a eu des millions de morts, juste pour faire peur. Vous renvoyez ausi par là ceux qui défendent la vision d'une Europe
politique aux serviteurs des Nazis d'aujourd'hui... Ce n'est pas parce que vous êtes nationalistes que je vous explique que vous êtes pétainistes ;-)

Gérard Couvert 11/04/2013 14:30


Il y a beaucoup d'autres affiches de ce genre, ce qui montre que l'inventivité propagandiste était soutenue (voir les fonds que l'UE dilapide actuellement pour sa propagande ..).


Je sais que je radote mais n'oubliez pas que H. Beuve-Mery, P. Lamour, Bousquet (Mitterand et Boursquet), Hennessy estimaient que Hitler "faisait" l'Europe et que ce n'était pas un mal. Les
cadres de la SFIO ont fait de bon ministres Pétainistes (Laval entre autre) mais, et cela se sait moins, des membres des cabinets de Vichy se sont recyclé immédiatement dans les banques
d'affaires et ... les cabinets de la 4eme. Sans parler des "pères" de l'Europe pratiquement tous liés aux anglo-saxons et à la germanité (Schuman n'est pas un cas unique).


C'est toujours et encore la revanche sur la contre-réforme, avec le même désir obsessionnel de détruire la Latinité.


Sinon, à l'époque de la création de l'Italie les régions du Sud sont prospères et ont un système social, inégalitaire, mais stable ; c'est au Nord que les tensions sont fortes et vont s'aggraver
avec l'arrivée de la révolution industrielle. Les "braccianti" ont une conscience politique ancienne qui va se transmettre aux "operai". Les "mondine" (Bella ciao) sont souvent du Sud mais
rentrées au pays elles oublient leurs revendications, qui n'avaient de sens que dans un cadre "nordiste".


La famille Mussolilni est très active dans ce milieu revendicatif aux croisées d'un syndicalisme brutal provenant d'un fond archaïque et d'une modernité en voie de digestion ; le fascisme ne
surmontera cet antagonisme, même si le fils préféré (?) Vittorio va dessiner une évolution possible.

edgar 11/04/2013 11:47


Allons Fabien, un peu d'humour ? ou de réflexion ?


Il y a quand même une analogie structurale curieuse entre la situation européenne de 1940 et l'actuelle.


L'allemagne y est la puissance dominante, la france a intériorisé sa défaite et le royaume-uni maintient sa volonté d'exister. 


je connais l'exemple du mezzogiorno justement rappelé par CVT, notamment parce qu'il a été donné par mendès france lors de son discours de janvier 1957 justifiant son vote non au traité de rome.


je ne suis pas le seul à remarquer des analogies entre le passé et le présent. lisez le billet de descartes sur l'étrange défaite : "Je pense pouvoir dire que le seul moment comparable dans notre histoire récente est la
débâcle de 1940. Il y a d’ailleurs entre la débâcle de 1940 et celle de 2012 beaucoup de points communs. Hier comme aujourd’hui, les élites (1) françaises ont failli, par faiblesse, par
incapacité de s’abstraire des intérêts particuliers, par lâcheté, lorsqu’il s’est agi de préparer le pays à se défendre. Et devant l’attaque, ces mêmes élites ont capitulé en rase campagne et
expliqué au pays qu’il fallait accepter la souffrance qui seule pouvait purifier le pays. Bien sur, en 1940 il avait fallu deux ans entre les accords de Munich et l’occupation de la France. En
2012, entre le traité de Maastricht – Mitterrand ne dit pas « nous avons sauvé la paix de notre temps », mais l’idée y était - et le défilé des troupes d’occupation à Paris il s’est passé vingt
ans. Mais les résultats sont à peu près les mêmes. Et comme en 1940, l’ennemi peut compter sur la quasi totalité de nos élites politiques pour nous expliquer que c’est notre paresse, notre
insouciance, notre goût du plaisir qui expliquent notre défaite, et qu’il nous faut souffrir pour expier nos fautes et forger une nouvelle nation. La seule différence est qu’en 1940 les ordres
venaient de Wiesbaden, et qu’aujourd’hui elles viennent de Bruxelles."


 



Fabien 11/04/2013 10:11


A gerber comme comparaison... c'est niveau zéro en terme de réflexion. Je préfère largement la comparaison de CVT sur l'Italie qui permet une critique de l'Europe plus pertinente tout en ouvrant
le débat. Les Allemands seraient encore des Nazis, nous des Pétainistes, les Russes des Communistes et les Ricains les sauveurs du monde à vous suivre.

Laurent Idlas 08/04/2013 17:04


Non mais ça c'est une occasion unique pour aggrandir la France sans chars d'assauts bombes etc l'invasion pacifique, haut les coeurs tous en Allemagne!

Kühl 08/04/2013 16:40


Je ne connaissais pas ces affiches très parlantes, digne des propagandes les plus incroyables, merci ! C'est d'actualité sur les rapports intra-européens...On attend la suite !

CVT 03/04/2013 13:04


Evidemment, il n'y a rien de nazi dans l'appel des allemands à travailler chez eux, mais tout de même, ça ne rappelle pas les heures les plus glorieuses de l'histoire! Le problème, c'est le
tropisme allemand qui ne disparaît pas... Je trouve que le rappel d'Edgar est pertinent, car on a la preuve qu'il se passe en Europe ce qu'il s'est passé en Italie lors de son unité en 1860: les
habitants les plus dynamiques des régions pauvres du Mezzogiorno ont émigré vers le nord, sapant le début de développement du Sud de l'Italie. Ce retard n'a depuis jamais été vraiment rattrapé...


En France pour des jeunes, être obligé de partir à l'étranger chercher du travail, de manière aussi massive, c'est nouveau en France, qui était habituellement une terre d'immigration, et ça fait
un choc...

edgar 02/04/2013 18:24


je comprends pas bien ce que tu veux dire JM... il faudrait trouver que l'allemagne se montre ainsi plus ouverte que la france et la féliciter ?


 

internaciulo 02/04/2013 17:21


Pas sûr de bien comprendre ce qu'il y a de nazi dans la liberté d'établissement.


Il me semble que la France serait vue comme un pays bien peu civilisé si elle faisait ce que tu sembles refuser à l'europe, ne pas mettre des bâtons dans les roues de ceux qui quittent leur
région sinistrée pour aller s'établir à Paris. (Au niveau européen il y a déjà des obstacles naturels non négligeables à cette liberté, il faut pouvoir apprendre l'allemand par exemple dans le
cas présent)