La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

L'Union européenne contre l'identité nationale, selon Jean-Claude Milner

Les Zemmour, Millet, Finkielkraut, et autres identitaires, sont polarisés sur l'Islam, comme si là était le principal risque pour la démocratie française.

Le principal danger pour la démocratie française, il est symboliquement dans le portefeuille de chacun, sous forme de billets de Monopoly assez laids.

 

De fait, c'est l'Union européenne le principal ennemi de la France en tant que corps politique démocratique. Jean-Claude Milner l'exprimait fort bien dans un entretien accordé à Marianne le 5 septembre dernier :

 

Milner : ...le doute s'est installé dans l'esprit des français sur le caractère national de leurs gouvernements.

 

Marianne : Que voulez-vous dire ?

 

Milner : Aujourd'hui l'esquisse même d'un programme de type Front Populaire serait tout bonnement impossible. A cause de l'Europe.

Même le programme qui avait été défini par François Hollande lors de la dernière campagne présidentielle ne serait complètement applicable qu'à la condition de rompre avec plusieurs principes posés par l'Europe - je pense à la règle de libre concurrence qui interdit à l'Etat de soutenir des entreprises en difficulté.

Or, la possibilité que l'Etat soit un acteur économique faisait partie de l'identité nationale. [...] On soutient que le Parti socialiste, à la différence de son homologue allemand, n'a pas fait son Bad Godesberg et n'a pas voulu assumer sa mue sociale-démocrate. C'est vrai, mais le PS a choisi l'Europe. Or, cela revient strictement au même. Sauf qu'on demeure dans le non-dit. Au lieu d'une révision idéologique explicite, on a préféré maintenir un idéal programmatique, en y juxtaposant une idolâtrie européenne qui, de fait, voue ce programme à du pur bavardage. Conclusion : les socialistes subissent un tiraillement maximal entre deux fantasmes. 

 

Dans sa conclusion, Milner note que la question de l'Islam est incluse dans celle de la nature de l'Etat, au sens propre c'est une question subalterne. 

 

Marianne : En France, écriviez-vous dans « De l'école », « tout tient à quelques fragments de savoir ». Ce sont ces fragments de savoir qu'il faudrait remettre au cœur de notre actualité ?

Milner : Mais oui, car ces fragments de savoir et de culture spécifiques, liés à la singularité du modèle français, peuvent encore inspirer, en France, des décisions majeures. Un seul exemple : la neutralité de l'espace public. On ne peut que constater l'influence croissante du multiculturalisme ; elle s'appuie sur une donnée : la montée de l'islam politique, et sur une légende : les prétendus succès qu'auraient obtenus les modèles d'intégration fondés sur la juxtaposition et l'indifférence mutuelle des communautés. Or, ces modèles ont complètement échoué ; il suffit d'enquêter dans leurs zones d'influence : l'Europe du Nord et les nations anglophones. Quant à l'islam politique, plutôt qu'une menace, j'y discerne un rappel, qui n'a rien à voir avec l'islam.

L'erreur, c'est de croire que les libertés démocratiques, la tolérance, l'autonomie intellectuelle sont naturelles ; elles ne le sont pas. Elles sont artificielles. Elles dépendent d'une machinerie compliquée, dont le meilleur artisan et le meilleur protecteur est un Etat ; quant à cet Etat, le meilleur moyen qu'il a d'intéresser ses citoyens à son perfectionnement, c'est de prendre appui sur l'indépendance nationale. C'est pour avoir négligé cette donnée élémentaire qu'on a laissé se développer de véritables zones d'extraterritorialité, où s'imposent des contre-modèles antirépublicains. Face à l'imminence des fractures, un propos commun doit être réarticulé ; si l'on veut que ce propos soit audible dans l'opinion, on ne peut y parvenir qu'en donnant toute sa place à la détermination «Etat-nation». L'articulation de la dimension nationale et de la dimension étatique va devoir être réinscrite au cœur de nos préoccupations.

 



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

fd 05/01/2015 00:10


"ultra-libérale" ? L'ultra-libéralisme c'est Hayek non ? Pas sûr que le PS en soit là quand même. Sinon il aurait l'UMP et l'UDI sur sa gauche

Milsabor 04/01/2015 20:28


Le PS n'a pas opéré une mue sociale-démocrate, mais ultralibérale, atlantiste, européiste. Il ne s'agit pas d'un non-dit mais d'un déni. Ce qui est dénié c'est la retournement en son contraire
d'une tendance anticapitaliste à procapitaliste. Les socialistes ne sont pas tiraillés mais soumis à l'alternative de se démettre ou de devenir aussi pervers que leur maître.

internaciulo 04/01/2015 02:38


Je trouve le message de Claude Milner puissant. Je pense que c'est parce qu'il a le mérite de le baser sur le fait que l'état-nation est une construction largement artificielle . Arriver avec sa
propre interprétation différente est toujours plus enrichissant que d'arriver avec ses propres faits, comme le font ceux qui attribuent à la Nation une histoire éternelle ou presque, une volonté
univoque et des porte-paroles ventriloques.

Pierre Huet 30/12/2014 13:00


Dans la mesure ou la politique actuelle de laisser aller vers les comunautarismes n'est pas due à de la faiblesse mais entre dans une logique bien
délibérée de mondialisation marchande par la dissolution des nations et de leurs cultures, l'Islam représente une arme de poids et doit faire l'objet d'une attention particulière. Mais il faut
remarquer qu'une majorité écrasante de Musulmans ignorent le Coran, comme les Chrétiens ignore l'Ancie Testament. quand ils le connaissent, beaucoup devient extrèmisyes, d'autres.... se
convertissent