La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

L'Union européeenne consulte les motards

Sur le site de la Fédération française des Motards en colère, un appel à protester contre une décision en préparation de l'Union européenne.

La Commission européenne, qui a visiblement du temps à perdre et ne se soucie pas du principe de subsidiarité, veut imposer un contrôle technique obligatoire.

Ladite Commission a engagé une consultation, en anglais uniquement (comme quoi l'Union européenne n'est pas de l'internationalisme, c'est la volonté de forger un état-nation blanc, chrétien et anglophone).

La Commission se serait engagée à  "donner un véritable poids à l’avis des citoyens".

On sait en effet, depuis 2005, combien les institutions européennes sont fondées sur le respect du suffrage universel.

Quelques motards ont visiblement encore des illusions : "Si dix mille motards (ou plus) disent non au contrôle technique, ils nous écouteront !"

Ah Ah Ah !

Ils feraient mieux de ne pas trop y compter. Ils seront consultés, comme les irlandais, jusqu'à ce qu'ils trouvent la bonne réponse !

Pour échapper définitivement à l'absurdie européenne (on ne parle pas que des contrôles techniques ou du prix du champagne, on parle de la croissance cassée par la BCE, du chômage qui monte, des services publics qui s'érodent et de la démocratie bafouée), il faut quitter l'Union européenne. Pas d'autre solution.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 19/09/2010 10:03



Limoges : pas bien en effet. ça non plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_du_cin%C3%A9ma_Saint-Michel


 


Pour ce qui est de l'Islam, on lit ça : http://www.amazon.fr/Grecs-Arabes-nous-Enqu%C3%AAte-lislamophobie/dp/2213651388/ref=sr_1_2?ie=UTF8&s=books&qid=1284883217&sr=8-2 et on en
reparle



Gérard Couvert 18/09/2010 23:31





Edgard, je n'avais pas vu votre intervention, je ne crois pas que vous renonciez à discuter avec moi, mais mes arguements sont étayés, je les énonce clairement (avec des fautes d'orthographe
hélas), il n'y a ni racisme ni xénophobie, mais simplement une clairvoyance sur la réalité de l'islam, et sur, la force de l'oumma.


Ce que dit Giovani est un ramassis de poncifs sans aucune pertinence, ce sont les arguments nés dans les années 50 dans le milieu enseignant, laique et franc-maçon (j'y suis né) pour les
besoins de la lutte anti-colonialiste, et ressassé depuis par la bien-pensence et tous ceux qui croient se grandir en bavant sur leur propre culture.




Sa sortie pédante sur Firenze est pitoyable, d'autant que je parle Italien.


Avez-vous vu les évènements de Limoges ? voilà qui devrait continuer à alimenter votre doute.


 



Gérard Couvert 18/09/2010 23:22



Il faudrait vous tenir au courant, ces sornettes n'ont plus cours, et pour le moins sont relativisées, par exemple par les travaux montrant que les textes antiques furent traduits en arabe
surtout par des chrétiens syriaques, et que le lien ne fut pas tout à fait rompu (Abbaye du Mont Saint-Michel par exemple).


Les croisades ne furent pas exemptes d'échanges culturels. Jusqu'en 1443 les byzantins sont en conexion directe avec ces textes, ensute les relations privilégiées de la Sérénissime prennent le
relais.


Aux Xeme. et XIeme.l'occident n'est pas privé de savant, ni de théologiens, simplement son énergie se place ailleurs.


Quand à votre couplet sur l'origine arabe des universités européennes il me fait penser aux conneries débités par les salafistes sur la conversion à l'islam de Napoléon ou V. Hugo ...


 


 


 



Giovanni 18/09/2010 23:09



C'est sur la base de la redécouverte du corpus aristotélicien via l'école de traduction arabe-latin de Tolède que les premières universités d'Europe (la Sorbonne et Oxford) sont nées. Et Albert
le Grand (qui a donné son nom à la place Maubert), enseignait en tenue de savant arabe pour rendre hommage aux grands esprits du sud de la méditerrannée. Sans les Arabes, l'Europe en serait resté
sur le plan philosophique à du bricolage dans les monastères autour de quelques textes fragmentaires d'Aristote et du platonisme de Saint Augustin.



Gérard Couvert 17/09/2010 16:01



Etablissant la comparaison polémique avec une citée antique de Numidie et un municipe (colonie par César) italique j'ai volontairement utilisé le nom latin de FLorence, il est vrai que j'aurai du
aussi utiliser colonia Marciana Traiana Thamugadi mais cela m'a semblé long et j'ai préféré le nom francais dans sa graphie du XIXeme. Et puisque votre prénom vous incline à vouloir
donner des leçons d'italianité vous devriez savoir qu'en Italie, à part les idiots utiles gauchistes, le temps n'est plus à la fraternité entre les peuples, là-bas aussi le sens unique lasse. Il
suffit de lire quelques faits divers et d'écouter les gens (je passe plusieurs semaines par an en Italie).


Aristote, le pendant de l'alibi Avéroes, mais ce philosophe, dont une partie de l'oeuvre seulement fut étudiée par les musulmans, éait dèjà surclassé en occident ou les querelles théologiques
nourrissaient d'autres réflexions. Non que la pensée aristocletienne soit stérile, comment penser l'être social sans la métaphysique, mais elle en peut pas se suffire à elle-meme, elle est part
de notre corpus général, à moins de se limiter aux cheminements de Heidegger, ce qui nous ramenrait peut être plus vite que vous ne le voulez vers Hadj Amin al-Hussein et la réalité de l'islam.


Q



edgar 17/09/2010 15:33



Merci giovanni. Pour ma part je renonce à discuter Islam avec gérard...



giovani 17/09/2010 15:05



Florence c'est Firenze en italien. Et nous devons la scolastique aux philosophes aristotéliciens musulmans



Gérard Couvert 15/09/2010 17:27



Les bavures policières sont bien peu nombreuses, je trouve même étonnant qu'il n'y en ait pas plus, ces hommes et femmes font preuve d'un sang-froid étonnant et d'une grande abnégation.


Pour ce qui est du cardinal cité, il n'a jamais été cardinal, mais évêque, et en fait il ne l'a jamais été, enfin du point de vue de l'Église catholique (je vous rappelle que je ne suis ni n'ai
été  chrétien).
J'observe amusé et ravi que les deux personnes que vous me citez sont anglo-saxonnes, d'origine culturelle protestante (l'un l'est encore), ce n'est pas exactement le creuset de la contre-réforme
et pour vous dire le fond de ma pensée je crois que le catholicisme est peu chrétien au sens primitif, et vaguement monothéiste.
La grande différence entre le christianisme et l'islam c'est le logos ; le christianisme se développe au sein d'une société ou le débat philosophique, politique et même social est constant depuis
5 ou 6 siècles et il s'inscrit dans cette dialectique multiple des lors qu'il quitte la Palestine et son statut de secte juive. Il ne l'a jamais quitté, malgré Augustin et Thomas d'Aquin, pour
trouver des  exemples anciens peu liés aux nationalismes européens.
Vous mésestimez grandement le poids de l'allégeance à l'islam, le coran et les hadiths forment un ensemble compact et imperméable, ils sont un code civil, un code pénal, un manuel d'instruction,
un monceau de prescriptions de tous ordres, et, rarement, une élévation spirituelle ; cette récitation de la parole "divine" est confuse et parfois même contradictoire (l'artifice des "abrogés"),
Allha n'est guère compatissant, il regne par la peur, nom par l'adhésion.
La liberté individuelle, la laïcité, la démocratie, l'état de droit, le devoir de savoir, sont des inventions d'Athèmes, de Rome et de Paris ; ce sont des éléments de l'Europe chrétienne et ce
n'est pas un hasard. Vous pourrez toujours arguer des sempiternels inquisition et abbée Dupanlou vous ne pourrez nier que Tinghad est devenue un ramassis de gourbis et que Florentia brille 
toujours des lumières de la vie.



edgar 15/09/2010 16:35



je suis choqué quand je lis qu'un médecin qui voulait soigner une femme s'est fait injurier ou frapper par un mari intégriste.


je suis choqué également quand un policier fait une bavure. je n'estime pas cependant que la bavure est consubstantielle eu policier.


vous traitez l'islam indistinctement, c'est comme si billy graham ou le cardinal williamson devaient résumer le christianisme.


 



Gérard Couvert 15/09/2010 16:00



Vous concernant je ne veux rien, je respecte ce que je sais de vous, et je n'arrive pas à vous voir en adversaire, ce qui augmente mon désarroi.


Peut être qu'il est plus commode d'être effrayé par ce dont on ne crains rien, que de voir ce qui pourrait vraiment être dangereux et contraindre, si ce n'est à la lutte, à la vigilance.