La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

L'Etat et l'enseignement

Aucun État, serait-il le plus libéral et le plus démocratique du monde, aucune collectivité ne peut tolérer que les pouvoirs des individus augmentent indéfiniment ; comme le multiplicateur le plus efficace des pouvoirs est le savoir, on en conclut qu’un moment vient toujours où un État ou une collectivité quelconque se découvrent naturellement ennemis de toute forme d’enseignement et naturellement amis de l’ignorance. Il leur est permis d’aller occasionnellement contre ce penchant, mais il reste bien fort et fondamentalement permanent. Les humanistes savaient cela.

Jean-Claude Milner, Harry Potter. A l'école des sciences morales et politiques.

 

C'est probablement la forme républicaine de l'État qui va le plus loin dans la conciliation entre l'émancipation de l'individu par le savoir et le maintien d'une puissance publique.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

alexandre clement 05/07/2014 09:05


Attention aux généralités quand on parle d'enseignement. Par exemple l'enseignement de l'économie dans les universités est aussi un moyen de faire de la propagande pour une forme spéciale de
société

anne junk 05/07/2014 08:00


L'école gratuite , laïque et obligatoire a été instaurée  en 1880 jusqu'à 14 ans pour lutter contre l'emprise de l'Eglise catholique qui soutennait  ouvertement la monarchie .


IL faut rappeller que


- Napoléon III a supprimé les chaires d'Histoire et  de philosophie


- l'Etat français de Pétain a fermé les écoles Normales d'instituteurs ....