La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

L'engagement de Camus

Je ne parle pour personne : j'ai trop à faire pour trouver mon propre langage. Je ne guide personne : je ne sais pas, ou je sais mal, où je vais.

 

Albert Camus. Sa dernière interview, 1959, citée par Tony Judt, Retour sur le XXème siècle

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

sav 02/02/2011 13:41



On ne me l'avait jamais dit, mais vous me faites bien rire.


C'est étonnant de constater à quel point vous êtes sensible lorsque vos idées (devrais-je dire vos préjugés ?) sont critiquées. Ce n'est pas vous que je critique, c'est les idées que vous
vous faites de Camus ou Keynes qui sont, excusez-moi de le dire crûment, totalement fausses.


Et, concernant ces deux figures que j’apprécie particulièrement, autant je trouve qu'une critique constructive est toujours intéressante, autant une critique ne dépassant pas les
lieux communs du café du commerce (ne me dites pas que vous êtes spécialiste de Camus ou de Keynes) a don de m'énerver.



fd 01/02/2011 22:25



Sav on a dû vous le dire souvent, mais je vous le confirme : vous êtes vraiment un petit con.



seb 01/12/2015 14:33

cool !

sav 01/02/2011 15:16



fd,


Comme pour Keynes, vous critiquez ce que vous ne connaissez pas.


Camus s'est engagé de nombreuses fois en faveur des autres, que ce soit en prenant la défense des Kabyles entre les deux guerres, dans la résistance pendant la 2eme guerre mondiale ou contre la
répression française en Algérie à la fin des années 1940 début 1950.


Alors s'il a refusé de soutenir les porteurs de valises ou le FLN, qui, doit-on le rappeler avait commis de nombreux attentats sanglants, il vous a visiblement échappé que ce n'était
peut-être pas par individualisme forcené. Lisez les Justes et vous comprendrez peut-être.



fd 01/02/2011 06:31



Le problème dans les choses humaines Gilles, c'est qu'à peu près chaque qualité implique un défaut. L'individualisme aboutit à la trahison, l'enthousiasme collectif au mysticisme, et la volonté
scrupuleuse de respecter une discipline collective au bureaucratisme. Et le problème c'est qu'aucune de ces trois tendances n'est en soi complètement admirable ni complètement méprisable. Souvent
quand je vois des types qui sont capables d'effacer leur ego devant des logiques d'appareil, en réunissant des comités et des sous-comités, passer de snuits à rédiger des motions, je suis
admiratif, plus encore que devant l'égo tourmenté de Camus. Et devant le Tunisien qui hier me racontait avec émotion la révolution de son peuple "sans parti politique" je me disais à la fois que
c'est cela qui manque aux hommes d'appareil, cet élan spontané du "nous", mais que, les Tunisiens, pour leur part, allaient bientôt manquer d'apparatchiks politiques s'ils veulent que leur
révolution ne soit pas réduite à un simple moment d'émotion...



gilles 31/01/2011 21:21



Sans entrer dans le détail de la vie de Camus, ses oeuvres que j'apprécie par la finesse et la complexité de la description de l'âme humaine, ni même entrer dans la
polémique du choix entre notre mère et la justice, il est difficile pour moi de croire Frédéric que tu ne tente pas de jauger la qualité des « nous » qui entrent dans le champ de ton
entendement, entre d'une part des « nous » plus ou moins bureaucratisés, brejnevisés, des « nous » qui récitent par habitude des rituels auxquels en fait ils ne croient plus,
des « nous » corrompus, des « nous » soumis, et d'autre part des « nous » plus créatifs en luttes, plus vivants .


 



fd 31/01/2011 10:38



Marre des individualistes incapables de s'investir dans la discipline ingrate du "nous" et qui finissent par préférer leur mère à la justice


 



gilles 31/01/2011 08:53



C'est honnête et sans sans illusions sur soi-même. Il n'est pas de sauveur suprême :


Ni Dieu, ni César, ni tribun.


Marre des guides, des conducators, des petits pères des peuples … des porte-paroles auto-proclamés.



fd 31/01/2011 00:26



bof