La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Jean-François Kahn. La catastrophe du 6 mai 2012

kahn.jpgAcheté dans une gare et lu en un trajet. JF Kahn est égal à lui-même : riche en formules qui font mouche, original dans les détails et ultra-conformiste en général.

Son idée première est qu'il nous faut une troisième voie, un gouvernement du bon sens, qui n'existe pas. En dehors de cet appel à la bonne volonté, on est bien en peine de trouver une idée forte chez JFK (et notamment, bien sûr, rien sur l'Union européenne et l'euro).

Après le 6 mai, Hollande est, selon Kahn, voué à s'engluer dans les non-choix socialistes. C'est assez bien vu. La suite, pour Kahn, c'est la montée du FN.

On peut y croire aussi, et comme commentateur du paysage politique national, JFK n'est pas mauvais. J'aime bien sa formule : "La limite de Jean-Luc Mélenchon ? [...] Avoir sacrifié la qualité des paroles à la force entraînante de la musique".



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

alexandre clement 17/02/2013 06:29


Oui, c'est assez juste, J.F. K analyse assez bien l'état des choses, mais il n'arrive pas à comprendre que l'Europe est mauvaise en soi, elle ne peut pas être bonne. C'est comme les conneries de
Melenchon, il fait semblant de croire à une autre Europe. Comme si on ne pouvait pas penser le monde sans se référer à ce fétiche. C'est sûrement là la victoire des europhiles, mettre l'Europe
comme un horizon indépassable du débat. 

Gérard Couvert 16/02/2013 18:08


Il y a une manière d'alternative au FN, c'est de tous (les euro-critiques, pour faire vite) s'y inscrire et de peser sur lui, si Marien Le Pen se retrouve avec une majorité de ses membres prenant
à la lettre et au mot son discour républicain et social, que pourra-t-elle faire d'autre que d'avancer vers là ?


Par expèrience personnelle je sais que, il y a juste 11 ans à quelques jours prés, JP Chevènement à eu peur de devoir mener  "sa" politique avec une majorité de Pasquaiens (dont moi) et
autres gens de la droite sociale.