La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

François Bayrou, Athènes et l'UPR

François Bayrou a publié un tweet viril la semaine dernière :

 

bayrou1.jpg

 

Voilà donc ce grand démocrate qui se soucie en effet des droits démocratiques du peuple grec, privé de référendum.

Je rappelle juste que le 4 février 2008, François Bayrou a, en tant que parlementaire, validé la réforme constitutionnelel qui a permis de faire passer le traité de Lisbonne - une version à peine modifiée - rejeté trois années auparavant par les français.

 

Soit François Bayrou regrette amèrement son geste  - mais il ne me semble pas l'avoir entendu sur ce sujet - , soit c'est un poseur qui soutient le peuple de loin mais le trahit dès que l'intérêt supérieur de la tyrannie européenne prévaut.

 

Dans tous les cas, un homme pas recommandable pour 2012.

 

*

 Pendant ce temps, à Athènes, où l'on n'a pas voté, et où s'installe l'extrême-droite (dans le silence honteux du PS - salut Romain), les conditions de vie se durcissent. Je renvoie les lecteurs à un article du site anglais False economy.

L'auteur,  professeur de géographie à l'Université de Sheffield,y raconte son deuxième séjour à Athènes. La fois précédente, il avait été frappé par le nombre de gens fouillant les poubelles. Lors de son deuxième séjour il a l'impression que plus personne ne cherche quoi que ce soit dans les poubelles, faute de pouvoir y trouver quelque chose. Le texte ressemble à du Dickens.

Le silence du PS sur ces exactions et le lâche soulagement de ceux qui considèrent que la Grèce a été "aidée" s'apparente à un Munich social - on lira avec grand intérêt le site Les Crises, qui révèle que la dette grecque n'a été réduite, en réalité, que de 10% environ ! Quel cynisme des européens qui se gargarisent d'un 50% qui n'existe pas.

*

 

Pendant ce temps, on brûle des livres en Hongrie. Il faut dire que depuis quelques années la seule politique économique en Hongrie consiste à préparer l'adoption de l'euro. D'où les mesures d'austérité et, fort probablement, réveil de l'extrême droite. Les esprits trop pressés iront crier que c'est par manque d'Europe que la bête immonde se réveille. C'est au contraire l'Europe qui la fait renaître.

 

 *

 Dans ce contexte, je me réjouis que François Asselineau, président de l'UPR, annonce prochainement sa candidature à l'élection présidentielle avec un seul mot d'ordre : sortie de l'Union européenne. Le reste suivra.

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 01/12/2011 21:09


Tssss. Député c'est pas balayeur. Si on te demande de voter pour un vote qui n'a pas lieu d'être, tu n'es pas obligé de voter. Si tu considères même que le Congrès n'a pas à se prononcer sur un
projet pour lequel le peuple s'est clairement prononcé notre, tu votes contre.


Mais si tu votes oui, tu passes le reste de ta vie à t'excuser, pas à faire le matamore avec le référendum grec !

FrédéricLN 01/12/2011 13:50


C'est fatigant de se répéter, mais loin d'approuver la manoeuvre de N. Sarkozy, F. Bayrou l'a constamment et violemment dénoncée dès l'origine.


Mais en tant que député, c'était sa responsabilité de voter (pour ou contre, ou abstention) le texte soumis par le Président de la République, et de voter selon sa conscience, donc "pour".  

Bougrin 20/11/2011 02:09


@Gilles : tous les électeurs d'Asselineau n'ont pas ton intelligence fulgurante. Beaucoup auraient voté NDA sans la candudature d'Aslinal, ce qui aurait fait 5 % à NDA et des sous. A cause
d'aslinal NDA aura 4,5 % et des dettes... T'as quand même une drôle de façonde raisonner

edgar 19/11/2011 17:17


NJ : il serait paradoxal que l'on discute d'abord avec les états européens de la fin de l'UE ! On pourra aménager les modalités de façon à limiter l'impact négatif sur nos voisins, mais il faut
d'abord que les électeurs français décident !

edgar 19/11/2011 17:16


Des pas perdus : quand Mélenchon explique que l'euro est utile pour instaurer un smic européen, je me sens insulté. Une telle ânerie est intolérable de sa part. Pas plus d'un homme de droite que
d'un homme de gauche je n'accepte que l'on raconte des fadaises à ses électeurs.


 

des pas perdus 18/11/2011 19:31


Pour ma part, je vous invite çà rejoindre le Front de gauche.

nationalistejacobin 18/11/2011 19:00


Edgar: comme je l'ai dit, NDA n'est pas sans défaut, il a eu des errements, des hésitations. J'ai pourtant l'impression que le discours gagne en clarté.


Mais moi, je ne suis pas contre la candidature de M. Asselineau. Je dis simplement: et une fois la souveraineté retrouvée, que fait-on? J'attends que notre ami Torsade de Pointes (ou vous-mêmes
Edgar) me le dise. 


Chevènement et Dupont-Aignan ont des défauts, je le répète. Mais ils ont commencé à penser l'après. Asselineau, je n'en suis pas sûr. C'est tout. Mais si l'UPR propose une vision de la France
intéressante, je suis prêt à voter pour M. Asselineau.


Quant à la "finasserie", c'est plutôt de la diplomatie. Je rappelle que quitter l'UE serait un tournant géopolitique majeur. J'y suis favorable, mais je suis assez stupéfait que certains abordent
un tel événement avec légèreté, sinon avec insouciance. On ne peut pas faire comme si nos voisins n'existaient pas. Il y a des peuples amis à ménager... et à convaincre de nous suivre.

gilles 18/11/2011 16:37


Au secours, François Asselineau me prends en otage, me tords le bras et m'empêche de voter Nicolas Dupont-Aignan. À l'aide !

Bougrin 18/11/2011 00:02



Asselineau s'il est candidat empêchera Dupont Aignan d'avoir les 5 %qui lui permettraient de se faire rembourser ses frais de campagne et d'installer son parti dans le paysage politique pour les
législatives.



olyvier 17/11/2011 23:09



J'ai du mal à croire, Edgar, que tu sois à ce point sérieux.  Dans ma légèreté quasi-légendaire, j'avoue avoir du mal à organiser un débat - fût-il d'idées ! - entre l'aile gauche de l'UPR
et le courant droitier du MRC.


Quand j'étais petit, on me disait "n'en dégoûte pas les autres", et repars donc sur la pointe des pieds ne pas faire avancer le débat d'idées. C'est toujours ça de gagné, pour les idées, pour le
débat.