La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Doutes sur l'euro

Une brève aujourd'hui. Sur le site de la Tribune, un petit sondage à propos de la nouvelle du jour : l'Union européenne a atteint une moyenne d'endettement de 80% du PIB. Sondage en ligne de la Tribune à l'attention de ses lecteurs :

 

latribune-copie-1.png

 Deux constats : d'abord la Tribune a osé inclure "c'est tant mieux, l'euro va bientôt disparaître" dans les réponses proposées. Ensuite, cette réponse se classe deuxième, avec 26% des suffrages.

Ca ne vaut pas grand chose, mais ca montre clairement l'arrivée à saturation des ardeurs européennes.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Laurent K 27/04/2011 23:26



J'ai l'impression que nous disons la même chose. Quand je dis qu'il est mal géré politiquement, c'est l'absence de démocratie que je critique. Il se révèle donc incapable de s'adapter et les
opinions publiques qui soutenaient l'euro lors de sa creation sont en train de basculer du fait du manque de démocratie. Les manoeuvres pour le sauver par nos dirigeants tout aussi acrobatique
qu'elles soient n'y changeront rien.



gilles 27/04/2011 18:28



Réponse à Laurent K


 


 


 


« L'avantage avec l'Euro, c'est qu'il est tellement mal géré d'un point de vue politique que son éclatement est très probable. »


 


Laurent K, cela ne vient pas de la mauvaise gestion, au contraire, les funambules de l'euro ( de la BCE et de l'Eurogroup ) font des prouesses pour se maintenir en
équilibre au-dessus du vide. C'est la nature même de l'euro qui est bancale et en déséquilibre.


L'euro est une monnaie politique, une monnaie de la volonté politique pour la création d'un État oligarchique supra-national qui impose des politiques
ordo-libérales. Cette monnaie s'étend en plus sur une zone que les économistes appellent une zone monétaire non-optimale. C'est à dire que certaines économies de la zone ( par exemple la Grèce,
le Portugal, l'Espagne…) ont besoin d'un type de politique économique tandis que d'autres pays ont besoin d'autres politiques. Il n'y a pas de bon compromis global satisfaisant pour tous et
des monnaies adaptées à chaque situation seraient nettement plus favorables.


 


Lire les articles de Frédéric Lordon et de Jacques Sapir sur ce sujet.


 


Le sous-continent européen étant une zone géographique trop étendue, sans en plus réelle possibilité de débats entre citoyens des divers États-Nations, ne pourra
jamais être une zone démocratique optimale. Entre la « construction » européenne et un niveau de démocratie correct, mon choix est fait.



Laurent K 27/04/2011 03:31



L'avantage avec l'Euro, c'est qu'il est tellement mal géré d'un point de vue politique que son éclatement est très probable. C'est ce qui arrive quand on confie les rênes à des techniciens de
l'economie sans contrepouvoir démocratique.


La phrase de Churchill sur la démocratie est toujours d'actualité: c'est le pire des régimes après tous les autres.