La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Des romantiques rasoirs et cruels

Tels sont les technocrates responsables de l'euro, selon Paul Krugman.

Tout son argument consiste à expliquer que l'euro ne reposant sur rien de rationnel, au delà de l'idée romantique de créer un état à travers une monnaie,  les technocrates qui prêtent leur concours à ce projet ne font qu'emprunter les habits de la raison pour masquer leur hubris nationaliste.

Et tout les éléments de langage à l'appui des programmes de récession ne sont que des vers tragiques destinés à plaire à la déesse Europe, avide de malheurs. Aucun rapport avec les élements d'un programme dont on puisse être fiers.

Et Krugman est pourtant favorable au projet européen au départ. Il sait d'ailleurs que les Etats-Unis ont eux aussi leur lot de doctrinaires malades déguisés en experts compétents.

Tiens, une citation de Goethe : "j'appelle classique ce qui est sain, romantique ce qui est malade" (oui, je suis un peu cuistre, je n'ai jamais lu une ligne de Goethe).

 

*

 

Un élément délirant dans le paysage euroesque du moment, qui illustre bien la thèse de Krugman : lire que le Luxembourg voudrait expulser de l'euro les pays en infraction par rapport au pacte de stabilité. Ce pays est un paradis fiscal installé au coeur de la zone euro, et ses représentants se permettent de donner des leçons de macroéconomie, menaçnat d'expulser du coeur de l'Europe la Grèce, ou pourquoi pas, l'Espagne ou l'Italie !

Des romantiques rasoirs, cruels et insignifiants, aussi.

 

b.jpeg romp.jpeg 
 mp.jpeg monti.jpeg 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 09/12/2011 13:01


jolie citation et qui vient fort à propos en effet !

Descartes 08/12/2011 23:37


Puisque tu t'intéresses aux citations de Goethe, voici celle que je trouve la plus belle et qui s'applique parfaitement aux partisans de l'Euro: "Quand les dieux veulent nous punir, ils
réalisent nos rêves".

DAELIII 01/12/2011 21:56


Tel que traduit ici, au moins, l'analyse de M. Krugman me semble psychologisante, et quasi dénuée de sens. L' "europe" a été construite par les Etats Unis au sortir de la guerre pour vassaliser
ceux des pays européens susceptibles de se montrer trop indépendants, et voulue par la majorité du patronat de certains pays, tels la France et la Belgique, pour mater les travailleurs. Ces
patronats avaient tenté avant la guerre la voie allemande. Mauvaise pioche ! Mais ceux des patrons que les hasards de leur activité avaient aménés à s'attacher à la voie anglo-saxonne, car bien
sûr le sort des travailleurs n'y était, n'y est, pas sensiblement plus édénique, Monnet pour le dire clairement, ont eu la voie toute ouverte pour avancer les mêmes processus sous d'autres
maîtres.


Il suffit de pister les efforts conjoints allemands, états uniens, "vaticanais" poursuivis tout au long du XX ième siècle (voir l'ouvrage de Mme Lacroix-Riz) pour renvoyer aux oubliettes la
psychologie !

FrédéricLN 01/12/2011 21:40


"le Luxembourg voudrait expulser de l'euro les pays en infraction par rapport au pacte de stabilité. Ce pays est un paradis fiscal installé au coeur de la zone euro, et ses représentants se
permettent de donner des leçons ...!"


Un point d'accord. Avec toi, pas avec le Luxembourg ;-)


D'autant que ce qu'on reproche à la Grèce, c'est entre autres l'évasion fiscale...