La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

De Mélenchon à Mélenchon en passant par Mamère

Je comptais signaler un billet sur Mélenchon chez Fred Delorca et un sur Mamère chez Descartes le blogueur.

En fait celui sur Mamère se termine sur Mélenchon. D'où le titre de mon billet.

On a deux esprits solides qui en ont marre des pitreries de la gauche alternative, que ce soit Mamère ou Mélenchon.

Je ne peux qu'approuver la conclusion de Descartes :

"Cette manie de dérouler le tapis rouge à n’importe quel rongeur pourvu qu’il vienne de quitter le navire socialiste ou apparenté commence à lasser. Mais surtout, cette stratégie rend illisible le projet du Front de Gauche. Car chaque rongeur exige que le projet incorpore ses marottes, et elles sont en général contradictoires. Ainsi, on trouve au Front de Gauche des qui veulent quitter l’Euro, et des qui veulent y rester. Des qui sont contre le nucléaire, et des qui sont pour. Des qui proclament l’amour de notre « patrie républicaine », et des qui l’abhorrent. Comment ce cirque pourrait produire un projet qui soit moyennement crédible ?"

Tant qu'à rédiger un billet tranquille où je me borne à signaler des articles intéressants écrits par d'autres, je signale également un billet antérieur de Descartes le blogueur, sur les retraites. Très bon encore, et émouvant.

*

Il reste donc des blogueurs solides à gauche. Je crains que ce ne soit pas eux que l'on retrouve sur les listes des prochaines échéances électorales.


 

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Gérard Couvert 29/09/2013 23:10


Merci "odp" pour votre appréciation, je n'hésite jamais à défendre des positions au moyen d'arguments contournés, allusifs, globaux, c'est en effet proche des concepts baroques.Je crois en effet
que la contre-réforme à été une exceptionnelle période d'inelligence et de sensualité mélées, au service d'une liberté intellectuelle prolixe. Henri IV ne s'est pas trompé en faisant basculer la
France du coté catholique.


Pour répondre à vos questions je pourrais m'en tirer par une pirouette: autres temps autres moeurs !


Plus justement, chacun a ses faiblesses, ses marottes voir ses passions coupables, ou plus simplement ses incohérences.


L'empire romain, est àconsidérer dans son immensité dans une époque ou les communications ne sont pas aisées, on peu penser que Louis XI à beaucoup fait pour l'unité nationale mais en vérité
moins que l'imprimerie, et que serait Napoléon III sans le chemin de fer ? Trés tôt les romains ont compris la difficulté d'un pouvoir politique s'exerçant sur une étendue immense, l'imperium est
l'une de leurs réponses, les voies routières et maritimes une autre, mais la principale c'est l'invention de la fiction de l'état de droit, d'une Loi universelle et d'attibuts communs (poids
et  mesures, monaies) un Gaulois de la fin du 1er. siècle, suffisement ouvert sur le monde, se serait nommé "romain", il n'aurait utilisé sa gallicité que d'une façon annexe. Le Girondin
dans cette histoire c'est Dioclétien ! A propos d'une mise en curtelle Senèque montre assez que le coté "petite patrie" doit être balancè par le controle de l'état central. Les élites de l'Empire
n'étaient pas 100% romaines ou mêmes latines (cf. Claude : table de Lyon ; ou la stèle de la villa Celimontana). Jusqu'à Trajan l'empire est Jacobin, ensuite il hésite, Constantin est sans doute
celui qui tente, par l'unicité de Dieu, de refonder l'unicité de l'empire.


Je ne défend pas la vendetta, en tout cas pas un droit à la vendetta ; mais je pense que aller jusque là est aussi un suicide civil, en tout cas dans le cas de personnages moraux et républicains.
Mais ce n'était pas tout à fait l'objet du débat, nous parlions du clanisme et je voulais indiquer que souvent les "méridionaux" jouent le jeu du copinage restreint, mais qu'ils n'en sont pas si
dupes et surtout que les effets ne sont guères différents de toutes les coteries (grandes écoles, club de foot, JOC ...). Ensuite j'ai un peu dévié en essayant une comparaison avec le
clientellisme à la romaine, qui demanderai à être étayée ... si c'est possible.

Descartes 27/09/2013 12:17


"Il reste donc des blogueurs solides à gauche. je crains que ce ne soit pas eux que l'on retrouve sur les listes des prochaines échéances électorales]"


Je peux en tout cas vous confirmer que personne n'est venu me proposer quoi qu ce soit... pas même le FN envers lequel certains me reprochent une indulgence coupable...


 


Il reste donc des blogueurs solides à gauche. Je crains que ce ne soit pas eux que l'on retrouve sur les listes des prochaines
échéances électorales.

odp 27/09/2013 10:51


Salve Gérard - j'aurai aimé pouvoir continuer en latin... mais j'en suis malheureusement incapable. A ce titre, je dois dire que j'ai adoré votre votre magnifique défense et illustration de Rome
et de son Empire chez Descartes. C'était évidemment un peu baroque (mais n'est-ce pas là normal pour un adorateur de la Contre Réforme) mais très bien senti et selon moi tout à fait pertinent. La
France, c'est en effet la nouvelle Rome; ce qu'il en reste en tout cas. Ceci m'amène néanmoins à vous poser deux questions: i) pourquoi cette passion jacobine voire nationaliste alors que la Rome
Impériale c'est par essence les "deux patries"? ii) pourquoi cette défense de la vendetta alors que Rome c'est la Loi et par conséquent l'inverse de la justice privée? 

odp 26/09/2013 20:09


Houlala mon cher Edgar... vous allez bien plus loin que je ne souhaitais aller. Je voulais juste indiquer que les catégories de "droite" et de "gauche" n'étaient peut-être pas les plus
pertinentes pour décrire le positionnement politique de Descartes. Rien de plus.  

Gérard Couvert 26/09/2013 20:09


Salve ODP, "général" c'est un peu trop vu que mon parcours militaire n'a guère dépassé une visite à la base aérienne d'Ivato (Tananarive), et aussi, bien plus tard, de longues heures sous la
lorica segmentata de la LegVIII Augusta.


C'est d'ailleurs sous l'uniforme romain que j'ai rencontré les plus sympatiques anglo-saxons, avec qui je fis la tortue, bu moult vin de rose et escagassé quelques bretons ou gallois persuadés de
retrouver leur ancètres celtes dans la braie et la cervoise ... Un vrai plaisir je servais le spectacle historique tout en malmenant d'horribles Girondins !


Contrairement à ce que pense -parfois- Edgar j'aime les étrangers, c'est pour cela que je désire qu'ils le restent, étrangers ! Vive les anglais donc !


Edgar pensez-vous que vous trouverez beaucoup d'Américains ne croyant pas au progrés technique ? Asselineau ne défend-il pas la thèse selon laquelle l'Etat américian est trés interventioniste ?
Ne croyez-vous pas que l'amérique soit une démocratie (au sens courant) ? donc les américains sont de gauche !


Parrallèlement, croyez-vous que les Verts aient beacuoup de foi dans le progrès ? N'est-ce pas M. Jospin qui à beaucoup dénationalisé et signé les traités de libre-concurence ? Affirmez-vous que
les antifas -et même le FdG) vénèrent la démocratie (Suisse par exemple) ... donc la gauche française et de droite.


Remarquez on le savait déjà.

edgar 26/09/2013 18:04


odp : merci pour socialisme critique. ça a l'air d'un bon niveau. pour descartes, je vois bien le sous-entendu : il serait tombé dans le grand gouffre à rouge-brun, sortant du clivage
droite-gauche pour tomber dans l'extrême (droite). je ne le classerais pas facilement de ce côté là. d'abord parce que lui-même ne le fait pas, et ensuite parce qu'il répond à plusieurs critères
de la gauche : croyance dans le progrés, surtout technique peut-être dans son cas, volonté d'intervention de l'état, et, tout de même, un profond respect pour le jeu démocratique (il en faut pour
visionner les débats internes - ou y assister - du front de gauche, comme il le raconte régulièrement).


il y a un point exact dans ton sous-entendu, au sens où il indique plus ou moins que le vote fn pourrait le tenter dans une sorte de ras-le-bol exaspéré. il prend bien soin cependant d'expliquer
que ce ne serait que parce certains côtés il considère que le FN est un parti de gauche, sous l'influence de philippot.


je ne souscris pas à cette analyse, et je crois qu'en effet l'une des séductions des partis potentiellement totalitaires est de se poser au centre, en assemblant les idées les plus extrêmes des
deux bords.


 

odp 26/09/2013 14:59


Salut Edgar, ce petit message pour vous signaler un autre blog intéressant et "de gauche": http://socialismecritique.wordpress.com/.
Quant à savoir si Descartes est "de gauche", vaste question...  

odp 26/09/2013 14:22


Bonjour - les deux mon général; plus généralement au souhait que vous avez plusieurs fois exprimé (et que je partage) de voir les "humanités" réévaluées dans l'enseignement et le monde
professionnel contemporain au détriment, notamment, des mathématiques. J'ai pensé que cela vous ferait plaisir; tout en notant qu'il était piquant de voir que ce sont ces horribles anglo-saxon
sectateurs de Luther qui réalisent ce que vous appeliez de vos voeux. Trop forts ces anglais!  

Gérard Couvert 26/09/2013 13:38


Interessant l'article du Monde, mais je comprend imparfaitement le rapport avec moi ; serais-ce à cause de "sortie" sur une épreuve d'histoire de l'Art éliminatoire à l'ENA ?


Ou à propos de la discussion chez "Descartes" ?


A toutes fins utiles je suis informaticien et j'ai beaucoup travaillé dans l'informatique système, avec l'assembleur (pour ceux qui connaissent) comme langage préféré.

odp 26/09/2013 12:00


Bon sinon, Gérard Couvert l'a rêvé... les anglais l'ont fait...


 


http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2013/09/25/les-dirigeants-britanniques-adorent-les-litteraires-made-in-oxford_3484319_3234.html