La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

De Defensa sur Hollande

De Defensa est un très bon site, "anti système" mais intelligent, conservateur voire réactionnaire assumé, mais ouvert à tout ce qui se passe y compris et surtout à l'étranger.

Je trouve assez fine l'analyse de la situation de Hollande aujourd'hui, qui conclut un article consacré notamment à un possible revirement de la position français à l'égard de l'Iran :

"Ou bien, Hollande ne sera rien du tout, totalement inexistant, en n’osant rien du tout ; ou bien, il mettra un doigt dans l’engrenage antiSystème et il sera conduit, sans doute contre son gré d’homme qui se veut “président normal” (au-delà du slogan, il y a de ce caractère-là qui recherche l’évolution progressive), à des orientations de rupture, à des options de rupture, à des ruptures pures et simples, – dans l’ordre de l’évolution, mais dans le désordre des circonstances… Ainsi passerait-on des semailles de ces premiers contacts aux moissons, tout cela dans un climat de tempête."

De Defensa a l'air de penser que, mine de rien, Hollande pourrait faire turbuler le système - ou y renoncer.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

vaclav olmac 20/05/2012 10:08


Faire turbuler le système ? Non, vraiment non, je n'ai jamais vu un Corrézien (même d'adoption) faire ça...ça alors !!!!!

edgar 19/05/2012 17:17


descartes : de defensa est très bon pour sa capacité à aller chercher des articles sur la politique internationale assez intéressant (sur l'échec du JSF, le rôle de ron paul dans la campagne
américaine...) tous sujets peu traités.


un copain me dit qu'il a écrit n'importe quoi sur le rôle de l'armée au vénézuéla : il n'est pas irréprochable non plus.


il se pique cependant de philosophie et peut être très tortueux. en effet je ne souscris pas à sa philosophie anti-système, surtout avec un système très mal défini. par certains côtés il me fait
penser à jovanovic, qui fait une revue de presse éco souvent très riche (c'est par lui que j'ai commencé à suivre ce qu'écrit ambrose evans-pritchard dans le telegraph). mais sa philosophie à
jovanovic est fumeuse : il croit aux anges et autres signes du Malin !


 


brefdisons que le manque de temps m'incite à renvoyer mes lecteurs à des articles dans lesquels j'ai piqué une ou deux infos, alors qu'auparavant je lisais et fournissais une synthèse à ma sauce
sur ce blog. mais le temps me manque trop pour cela... je fournis donc la matière brute, d'une certaine façon !


 

Descartes 19/05/2012 12:19


Mon cher Edgar, contrairement à toi, je n'ai pas trouvé l'article de Dedefensa tellement bon. D'une manière générale, je pense qu'il faut se méfier de ceux qui se construisent des croquemitaines.
Formuler de manière binaire les options politiques par référence à un "Système" (avec "S" majuscule, et le terme figure pas moins de dix fois dans l'article) c'est travestir le réel au profit
d'une vision moraliste qui ne permet pas d'avancer.


Ceux qui débitent des prédictions apocalyptiques sur l'histoire devenant "métahistoire" et "forçant" les hommes à des "choix importants, sinon radicaux" entre le "Système" et "l'antiSystème" se
sont pratiquement toujours trompés. Il n'y a jamais de choix binaire, et seul Arturo Ui et ses suiveurs croient encore qu'on peut réflechir sur une logique "celui qui n'est pas avec moi est
contre moi". La politique ne se réduit jamais à un choix binaire, et il y a toujours plus de deux options.


Cette séparation binaire entre "Système" et "antiSystème" oublie par exemple que lorsque Dilma Rousseff ou Christine Kirchner s'adressent à notre président, c'est en fonction des intérêts
stratégiques de leurs pays (et aussi de leurs intérêts de politique intérieure), et nullement dans un élan généreux pour combattre "le Système". Si les "BRICS" sont contre l'austérité, ce n'est
pas par oposition au "Système" mais parce que l'austérité dans les pays du "centre", cela fait moins de commandes pour les pays de la périphérie. Quant à l'Iran, il cherche à briser son isolement
diplomatique et pour cela n'importe quel contact est bon. Voir dans la visite de Rocard l'amorce d'une "alliance stratégique" c'est se raconter des histoires.


Mais plus profondément, la conclusion de l'article est erronnée. L'histoire a montré abondamment qu'aucun homme politique ne devient un révolutionnaire malgré lui. Ceux qui ont pris des décisions
"radicales" s'étaient préparé à les prendre pendant des années. La rupture, ça s'improvise pas.

edgar 18/05/2012 16:44


si on ne peut plus être léger ! reste que l'article était intéressant ! le blabla n'était destiné qu'à l'introduire. pour ma part je pense que hollande se fera absorber. mais qui peut savoir ?
peut être aussi que l'euro craquera tout seul sans que hollande ait à se prononcer pour ou contre des mesures ultra austéritaires.

" 18/05/2012 12:51


"De Defensa a l'air de penser que, mine de rien,
Hollande pourrait faire turbuler le système - ou y renoncer."

C'est bien de vous cette phrase magnifique, cher Edgar, n'est-ce pas?

Elle me fait penser à ce sketch de Coluche sur les milieux autorisés qui s'autorisent à penser...http://www.youtube.com/watch?v=eExHp56S32k

Est-ce moi qui suis "un tantinet
cavalier ", ou vous qui vous foutez -mine de rien, ça se pourrait bien, parfois quand même, peut-être, un peu, si
si- de la gueule du monde ?

manquerait plus que votre site soit payant 
comme si l'abonnement à internet n'était pas déjà assez cher

mine de rien!
 

fd 17/05/2012 22:53


Quand je disais qu'un homme qui n'est pas clair sur la rupture peut le devenir sous l'empire des circonstances (sous la "dialectique" des circonstances) en faisant référence aux possibilités de
Mélenchon, Edgar me riait au nez. Maintenant qu'un site le dit de Hollande, Edgar le prend au sérieux.

DAELIII 17/05/2012 22:01


Ici même.


Je ne connaissais pas le site "De Defensa" et je vous remercie de la découverte.


Peut-être y a-t-il eu quelque "carabistrouille" de logiciel, dans ce cas toutes mes excuses ?


Je suis "chatouilleux" sur l'histoire, dont la méconnaissance, tant construite qu'acceptée, explique une grande part des errements suicidaires de la "gauche".

edgar 17/05/2012 21:54


dael : commentaire censuré chez de defensa ou chez moi ? je ne censure jamais de commentaires ici, sauf deux fois, et quand je l'ai fait j'ai moi-même publié un commentaire disant : "j'ai
supprimé un commentaire qui était injurieux, ou sans rapport avec le billet". mais ça ne m'est pas arrivé depuix au moins deux années. 

DAELIII 17/05/2012 21:40


        L'article cité est effectivement très intéressant, quant à son questionnement propre
s'entend. Il repose en effet très exactement la question qui fut posée à la gauche en 1983,
suite à l'élection de M. Miterrand de 1981. On se souvient que la relance de type keynésien
effectuée après l'élection sans remise en cause du carcan "européen", bien que celui-ci
ait été alors infiniment moins contraignant qu'aujourd'hui, avait rapidement conduit
à un déficit du commerce extérieur intenable. L'alternative alors était de se soumettre
aux injonctions du "Système anglo-saxon" ou de chercher une autre voie, en rupture avec
celui-ci. Je me souviens des articles dans le "Monde" de M. Chevènement plaidant alors
pour un appui sur les sociétés potentiellement "anti-système", le tiers monde d'alors qui
aurait cherché une fissure dans ledit "système" pour échapper à sa rapacité. Je ne sais si,
alors, cette voie était réellement ouverte, l'état de l'Amérique du sud, entre autre, étant
fort loin de ce que l'on peut constater aujourd'hui. On peut cependant en tirer quelques
remarques, dans l'ensemble assez tristes.
        D'une part on mesure aujourd'hui combien cette voie, authentiquement révolutionnaire,
aurait posé un acte extraordinairement novateur, peut-être accéléré l'histoire en
épargant à la planète la généralisation de la politique Regan-Tatcher et ses conséquences
qui nous détruisent aujourd'hui de par la dérégulation financière lancée alors.
Accessoirement un tel choix nous aurait en France libéré du carcan "européen".
1789 réedité en 1983  en quelque sorte, et avec le même retentissement d'amour
chez les uns et de haine chez les autres.
        On se souvient, bien sûr, que le gouvernement d'alors avait choisi la voie de la
reddition, malgré la présence dans la majorité d'un parti communiste qui n'était alors ni
croupion ni émasculé. L'action qui ne s'appuie pas sur une analyse approfondie et sans
oeuillères, de la réalité, ne peut que déboucher sur l'impuissance. On cherche toujours
trace de cette analyse chez les héritiers, dirait M. Descartes.
        Bien sûr ce choix n'avait rien d'étonnant. Il suffisait, et il suffit encore de
songer, à  ce qu'étaient la majorité des "têtes" du PS pour s'en convaincre. L'illusion
naïve de la force de l'internationalisme a suffit, pour ce qui concerne la base et
les électeurs, à justifier le renoncement, sans mésestimer le lâche soulagement
de ne pas avoir à lutter. Le rédacteur de De Defensa semble imaginer
que le PS d'aujourd'hui et son élu pourraient se reposer la même question, peut-être
se trouver amenés, nolens volens, à ne pas reproduire la même défaite. On peut rêver.
L'histoire ne se repète même pas, elle bégaie disait-on.
        Enfin songeons à ce qu'aurait pu donner alors un responsable PS réellement
convaincu de ses propos et courageux : se saisir de ce déni, quitter le PS, fonder
un authentique parti de gauche, éclairer les français sur les enjeux, ......
Où serions nous aujourd'hui ?

P.S. Mon précédant commentaire sur ce site a été censuré, sur le thème "je me souviens
et il serait bon de ne pas recommencer la même faute". Est-il interdit d'y souligner
les tares de la gauche officielle comme les erreurs de fond de la vulgate de "gauche" ?
Ou bien le jeunisme ambiant condamne-t-il tout souvenir des errements passés quite
à les recommencer ?

edgar 17/05/2012 20:13


C'est à dire que n'ayant pas le temps d'écrire, je me suis contenté de renvoyer à un article qui a du fond, dont j'ai donné un extrait qui me paraît bien résumer l'argument. Je ne prétendais à
rien d'autre. N'oubliez pas que vous êtes sur un site gratuit, que personne ne vous oblige à lire, que je ne vous connais pas et que vous même par ailleurs ne semblez pas avoir de site...
Permettez moi donc de vous trouver un tantinet cavalier...