La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Croissance et redistribution

Une économiste a publié un graphique saisissant à partir de données de Piketty et Saez.

Il s'agit de la répartition des gains de la croissance entre catégories de revenus.

On voit que dans les années 1949-1953, 80% des gains de la croissance allaient aux 90% de revenus les plus faibles, et 20% aux 10% les plus riches. Sur la période 2009-2012, les 10% prennent 115% de la croissance et les 90% perdent 15%.

Si l'on veut étudier les causes de la stagnation, on peut aussi prendre cela en considération : la croissance ne peut pas reposer sur 10% de la population.

 

inegalites.jpg

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

DAELIII 30/09/2014 09:53


Plus encore. Une lecture attentive du dernier livre de M. Stiglitz ("Le Prix de l'Inégalité", ed. Les Liens qui Libèrent) de même qu'une réflexion un tant soit peu sérieuse d'ailleurs, montre de
façon très claire que pour procéder à cette concentration de richesse, il faut DETRUIRE des pans entiers de l'économie.La rente, qui est l'objectif des possédants, en est la forme la plus
mauvaise : c'est elle qui explique la dégénérescence de l'économie d'ancien régime en France. On peut se souvenir ici à l'inverse du discours de Périclès, lorsqu'il souligne la puissance que
donne à Athènes sa constitution et ses activités économiques démocratiques.

Gérard Couvert 30/09/2014 09:01


Il n'y a qu'une façon d'éviter cela : la morale.


Votre analyse du dernier paragraphe, incontestable, est l'exemple d'une orientation du débat qui, in fine, ne peu que profiter à nos ennemis : lorsque l'on utilise les mots des autres, on avance
vers la défaire.


Marine Le Pen à une possibilité de l'emporter en 2017 que si elle résiste ou équilibbre judicieusement le choix moral et la concession au modes actuelles ; entre Phlipot et Alliot pour
simplifier.