La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Big Brother réécrit l'histoire de la Résistance

Arte a produit un documentaire sur la "Résistance européenne". Comme l'écrit le Monde "la série documentaire « Les Combattants de l'ombre » explique, pour la première fois, la Résistance à l'occupant nazi dans le cadre européen".

Entendons-nous bien, il ne s'agit pas de nier qu'une frange marginale de la résistance a pu avoir l'idée de défendre un idéal européen. Le manifeste de la résistance européenne, publié en 1944, se veut la première pierre d'un état fédéral. Mais, comme l'indique wikipedia, "Cette déclaration, très peu connue, n'eût concrètement aucune suite directe." Pour la France, c'était Henri Frenay qui participait à cette proclamation. Il a été longtemps financé par les Etats-Unis et a contribué ensuite à la naissance de l'Union européenne (lire ici et )...

Mais peu importe. La Résistance était majoritairement communiste ou nationaliste, dans toute l'Europe (cf. quelques lignes à ce propos dans un billet sur l'education européenne, de Romain Gary). Et ce documentaire n'a pas l'air de s'embarrasser de détails : voilà toute la Résistance, partout, enrôlée sous la bannière de la glorieuse construction européenne.

Ainsi une citation de la productrice, dans un article de l'Express : "C'est la productrice Fabienne Servan-Schreiber, d'une famille qui a combattu les Allemands, qui a ressenti comme impérieuse la nécessité de "recueillir la mémoire". Elle déplore une autre résistance: celle des chaînes à parler d'histoire, a fortiori quand elle est européenne et non pas nationale."

Voilà donc un nouvel exercice de réécriture de l'histoire. Tellement faux que quand le Monde veut citer l'un des résistants interrogés on trouve ça : "Collaborer, être aux ordres d'Hitler, c'était pour des étudiants, insupportable. Donc, ce qu'on voulait, c'était défendre l'idée de la France », explique le Français Robert Salmon."

Tellement faux que quelqu'un s'est senti l'inspiration d'écrire deux fois le même commentaire suintant la liturgie du souverainisme européen, avec deux noms différents - cf. ci-dessous. Et un troisième commentaire sent tout autant le bidonnage.

N'en doutez pas, après vous avoir volé votre droit à l'expression, l'Union européenne vous volera aussi votre histoire.

 

pipo-copie-1.png

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

gilles 06/11/2011 12:54



Facile de faire du faux qui aurait l'air vrai, un petit exemple qui m'a pris dix minutes :


Papandréou doit partir.

BHL a rencontré les rebelles grecs du Conseil d'Union Nationale à Salonique et dénonce la famille Papandréou au pouvoir depuis trois générations en Grèce. Selon BHL, après l'échec de son
référendum-plébiscite, Papandréou doit partir.


Les trois chefs d'État français, allemands et américains réaffirment leur volonté de ramener la paix en Grèce dans le cadre de l'ONU.
 

Avec leurs alliés de l'Otan et leurs partenaires de la coalition, la France, l'Allemagne et les États-Unis ont été unis au Conseil de sécurité ainsi qu'à la conférence de Paris qui a suivi
pour construire une coalition large pour répondre à la crise en Grèce. Nous restons unis sur les mesures à prendre pour y mettre fin. Tout en poursuivant les opérations militaires pour protéger
les populations civiles, nous voulons regarder vers l'avenir. Nous sommes convaincus que des temps meilleurs attendent le peuple Grec, et qu'un chemin peut être tracé pour y arriver.

Nous ne devons jamais perdre de vue les raisons qui ont initialement obligé la communauté internationale à agir. Lorsque la Grèce a plongé dans le chaos à la suite des attaques de Papandréou
contre son peuple, L'Union Européenne a exigé des actes. L'opposition Grecque réunie dans le Conseil d'Union Nationale a appelé à l'aide. Dans ce moment de détresse, le peuple Grec s'est tourné
vers la communauté internationale. Le Conseil de sécurité des Nations unies, dans une résolution historique, a autorisé la communauté internationale à prendre toutes les mesures nécessaires pour
protéger la population Grecque contre les attaques qu'elle subissait. En réagissant immédiatement, nos trois pays ont arrêté la progression des forces de Papandréou. Le bain de sang dont il avait
menacé les habitants d'Athènes, assiégée, a été évité.

Des dizaines de milliers de vies ont été épargnées, mais Papandréou continue d'infliger jour après jour des atrocités au peuple Grec. Son austérité et ses privatisations s'abattent sur les
civils sans défense. Il essaie d'étrangler la population sur la place Syntgma, qui subit un siège digne du Moyen Âge, pour l'obliger à se soumettre. Les témoignages d'atrocités lors des
manifestations contre le régime sont chaque jour plus nombreux.

Les trois chefs d'État français, allemands et américains soutiennent les efforts du Conseil d'Union Nationale Grec pour un changement de régime en Grèce.



Damien 05/11/2011 23:16



Il existe pas un organisme de communication rattaché à la Commission chargé de promouvoir le projet européen ?


Je crois qu'il y'avait eu une polémique avec Euronews.



nicolas 05/11/2011 19:44



Ayant moi même fait des études d'histoire, je confirme qu'on peut faire dire tout et n'importe quoi à l'histoire.


Le travail de réécriture historique plus ou moins présent partout. Par exemple, on parle souvent de populisme en évocant avec des trémolots dans la voix les années 3O (que personne de vivant n'a
vraiment vécu), on oublie ainsi un peuvitel'atitude des élites françaises dans les années 30... C'est bien le parlement français et toute l'administration qui s'est rangé très tot derriere
Petain...et ne parlons pas des élites économiques. Mais on veut nous faire croire que se sont les Français qui par leur ignorance et leur populisme crasse qui est responsable. Je fais le lien
avec aujourd'hui, les élites ne se remettent jamais en question.


Quand j'étais à l'université on avait des cours sur l'Europe qui ressemblaient plus à des meetings du modem qu'à un travail critique d'historiens sérieux. Le pire c'est que si on voulait réussir
nos examen, il fallait qu'on recrache docilement ce qu'on nous avait dit.


C'est sans espoir, le système est trop vérouillé,le pire c'est que la plupart des gens avale ce qu'on leur dit (ou plutot matraque!). Dire que les résistant se sont battu pour l'Europe est tout
simplement faux. Avez-vous remarqué que lorsqu'on lance ce genre de sujet il y a toujours un vieux qui sort d'on ne sait ou qui vient nous rappeller ses souvenirs de la guerre et nous fait son
petit couplet "humaniste" pour L'Europe.


Tout ça me fatigue. Tout ces petits bourgeois "humanistes" et européiste comme on se doit de l'être quand on appartient au camps du bien et des gens "éclairés" sont fatigant.



Gérard Couvert 05/11/2011 18:24



Toutes les émissions "historiques" actuelles sont des actes de propagande (voir les films sur la "guerre" d'Algérie par exemple) : il faut casser tout rapport à la nation qui ne soit pas pas
négatifs. Mais cela va parfois loin, je me souviens d'un documentaire sur Arte qui parlait des Cimbres et des Teutons et qui concluait par : ces peuples gemrmaniques, écologistes avant l'heure,
se battaient contre la dictature romaine (à 1000 km. de chez eux !) et préfiguraient la future europe.


Il me semble évident que l'U.E. paye des gens à écrire des commentaires positifs sur l'Europe et à trainer dans la boue les contradicteurs.


Mais il ne faut pas oublier la récriture "sale" par exemple celle de la sénatrice algérienne au sénat français !