La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Préfet raciste, expulsions et vierges effarouchées

Entendu hier Dominique Sopo, président de SOS Racisme, qui se réjouissait de la suspension du préfet en charge des états généraux de l'Outre-Mer.

Une approche un peu plus politique - peut-être a-t-elle été coupée par France Inter - aurait pu lui permettre de s'étonner que le gouvernement nomme pour discuter de réformes de l'Outre-Mer un préfet déjà mis en cause pour des propos très limites dirons-nous.

L'occasion de rappeler que le gouvernement actuel souffre d'un fort tropisme inhumain. C'est ce qu'on peut se dire en lisant dans le Libé de ce jour de très bons articles sur les familles disloquées par la politique d'expulsion du gouvernement (lire les articles marqués "à lire aussi"). Au passage, ces articles compensent un peu le matraquage de Libé sur la Birmanie.

Je ne suis pas favorable à l'ouverture totale des frontières, pas plus pour les hommes que pour les capitaux, mais des parents d'enfants nés en France devraient avoir le droit d'y vivre quel que soit leur statut. Et le fait pour le gouvernement d'avoir chiffré des objectifs d'expulsion conduit à ces situations inhumaines qui émeuvent jusqu'à Simone Veil.

Ce gouvernement n'est donc pas fréquentable, même avec des pincettes. Mais les Besson, Bockel, Val, Mitterrand, Kouchner, s'y sentent parfaitement à l'aise, au milieu des expulsions.

Ce qui les choque - en tout cas pour Bockel -  en revanche c'est que Sarkozy ait convié au bal de la "modernisation" de la France, Philippe de Villiers et CPNT.

Là, c'est un gros problème d'image pour ces tartuffes... Deux citations de Jaurès par Sarkozy suffiront sans doute à les calmer, leur honneur sera sauf.
*

*

Lisant une dépêche sur le ralliement de de Villiers, je trouve cette réaction hallucinante de la LICRA :

Pour la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), l'UMP, avec ces alliances, commet une faute. «Tenter de récupérer l'électorat d'un parti connu pour ses positions anti-européennes et son discours intolérable sur l'immigration est une chose. Recycler le leader de ce parti et lui permettre de se racheter un brevet de bonne conduite et d'honorabilité en est une autre», explique la ligue dans un communiqué.

Les crétins de la LICRA qui ont pondu ce communiqué reprochent donc à de Villiers en premier lieu ses positions supposément anti-européennes. Comme si cela équivalait à du racisme ou de l'antisémitisme, comme si c'était une "mauvaise conduite", "déshonorante". Ensuite seulement ils lui reprochent ses positions sur l'immigration - comme si, par exemple, l'Union européenne avait une politique de l'immigration humaine, et comme si n'existait pas Frontex. Totalement inepte, ridicule et incohérent ce communiqué.




Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

fd 17/08/2009 11:13

Très bonne ta remarque contre les tartuffes. Et sur nos saintes vierges qu'il faut sauver des affreux dictateurs en Birmanie et en Iran (suivez mon regard). Que le gouvernement Sarkokouchner soit une clique peu recommandable il est utile de le rappeler. Quant à la séparation des familles ce n'est pas simple, quand on sait que maintenant presque tous les immigrés de notre espace postcolonial ont leur famille des deux côtés de la Méditerranée. C'est ça le coeur du problème. Etonnant quand même qu'on attaque Sarko... et pas l'interprétation de l'article 8 de la convention européenne des droits de l'homme faite par le Conseil d'Etat qui est la boussole des préfecture (visée dans tous les arrêtés de reconduite à la frontière). Au fait, combien de reconduites à la frontière annulées par ls tribunaux administratifs cette année ? Oh pardon pour cette question, pour que les gens se la posent il faudrait 1) qu'on aime les chiffres 2) que le coeur du fonctionnement de l'Etat de droit intéresse les Française 3) que les sociologues universitaire s'intéressent au monde des juristes et pas seulement à pleurnicher sur la "misère du monde" 4) que les analyses des sociologues comptent dans le débat. Aucune des 4 conditions n'est réunie dans notre pays.