La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

L'Union européenne pratique la démocratie

Je plaisante un peu. Ne voyez là aucune allusion à l'élection d'un président du parlement européen de droite par les députés du PSE, à un nouveau vote sur le Traité de Lisbonne par les irlandais (en attendant le troisième ?) ou autre pratique démocratique normale de l'Union.

Non, quand l'Union européenne innove et joue à la démocratie ça doit être totalement ridicule, pas la peine de préserver un semblant de forme, comme dans des exercices démocratiques classiques vus ailleurs.

Là, il est question de préparer un plan européen pour l'innovation - c'est la Commission qui projette cela.

Un hum... "panel indépendant" a été constitué pour préparer les réflexions de la Commission.

Les premières réflexions de ce hum... "panel indépendant" sont offertes à la discussion du public : c'est en anglais, bien entendu et c'est un blog tout étoilé, comme il se doit (innovation unlimited ça s'appelle. Just do it était déjà pris et I'm bad aurait été trop révélateur, quoique faisant écho à l'actualité artistique).

Grâce à une campagne de communication effrénée, une préparation méticuleuse etc..., le blog a reçu, à l'heure où j'écris ces lignes, exactement 11 commentaires, dont au moins quatre du même auteur... Il est ouvert depuis le premier juillet jusqu'au 31 août, période propice au débat citoyen, profitez-en !

Le contenu m'a l'air plein de bullsh... propre à égayer tous les powerpoint du monde - unlocking the potential, new types of collaborations, innovative financing models (sic...)

Le groupe de travail qui a pondu ce truc qui n'intéresse personne est très représentatif de l'Union européenne et de sa diversité, notamment citoyenne :

La présidence en a été confiée à une société américaine, Cisco (Yes, they could). Ensuite on trouve  représentés Kone, un ascensoriste suédois, une société italienne d'ingénierie, BASF, le chimiste allemand et une banque tchèque (CSOB, ne pas prononcer zob, ce billet manquerait alors définitivement de sérieux).

No French people and no French company, vous avez bien lu, pas non plus d'intellectuels qui risqueraient d'avoir lu la Princesse de Clèves ou des trucs qui font perdre du temps.

Bon, tout ceci est tellement ridicule qu'un blog de l'Usine Nouvelle s'interroge fort justement : "faut-il alimenter le blog européen Innovation sans limite ?"

*

Voilà. Tout ceci serait à peine divertissant si l'on ne pouvait déjà deviner ce qui va se passer. La Commission va faire de grands plans plein de projets innovants avec l'argent du contribuable allemand d'abord, français ensuite, pour construire, au hasard, des réseaux haut débit et des ascenseurs, et pourra crier bien haut que cela résulte d'une consultation aheum... démocratique.

Même avec de la bonne volonté j'ai peine à croire que le système politico-administratif français de décision soit aussi vérolé...



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 25/08/2009 00:40

je trouve extrêmement intéressant et positif que la CSU ait tenu cette position assez radicale. Si cela reflère une tendance de fond en Allemagne, l'Union européenne n'en a pas pour dix ans.

jmf 21/08/2009 13:24

Les dernieres nouvelles :
 
----------------------
Les partis politiques allemands trouvent un accord sur la loi d'accompagnement pour la ratification du Traité de Lisbonne Suite à l’arrêt de la Cour constitutionnelle allemande du 30 juin dernier, qui confirmait la compatibilité du Traité de Lisbonne avec la Loi fondamentale allemande tout en demandant des lois d'accompagnement pour garantir les droits du Parlement allemand, les principaux partis politiques allemands (CDU-CSU, SPD, libéraux et verts) ont trouvé un accord, mardi 18 août, sur la loi d'accompagnement qui devrait permettre la ratification. Le compromis prévoit que le Parlement allemand soit consulté sur toutes les décisions intergouvernementales prises au sein de l'Union européenne, mais sans pour autant que son avis soit contraignant. L'accord prévoit d’autre part que le gouvernement informe les parlementaires aussi vite que possible des initiatives envisagées au niveau européen. Il écarte en revanche les propositions plus radicales du parti de droite bavarois CSU, qui aurait souhaité que le Parlement dispose d'un droit de veto sur l'ensemble des décisions prises par le Conseil de l'Union européenne. L'examen en première lecture du texte de compromis est prévu le 26 août et le vote devrait se dérouler le 8 septembre.

jmfayard 22/07/2009 12:54

Tu as fumé Seb, les ratifications à géométrie variables d'un traité, ça existe pas.Ce que vont faire les allemands, c'est de voter une espèce de loi organique à usage interne, qui encadrera la prise de décisions allemandes au sein des institutions européennes, en impliquant davantage les parlementaires du Bundestag dans les choix de leur gouvernement et en interaction  avec ceux du parlement européen. Parce que pour exercer une responsabilité dans les faits, il faut commencer par diffuser les bonnes informations en temps adéquat sur qui vote quoi. Et en finir avec le jeu de bonneteau français où on vote quelquechose à Bruxelles puis on se cache derrière la méchante commission européenne quand elle l'éxécute. (Cf par exemple la directive brevets logiciels avec Raffarin aux manettes à l'époque).Ca n'a rien d'incompatible avec le Lisbonne (ou le TCE), c'est justement une des perches qu'il tend aux états qui sauront la saisir  (sans doute pas la France où on a une vieille tradition bonapartiste)

seb 22/07/2009 03:25

Comme tu dis ! Il faudrait un jour faire le décompte d'argent dilapidé dans ces bêtises !!! Bon...Sinon, peut être une bonne nouvelle : http://archiviostorico.corriere.it/2009/luglio/19/Perche_sentenza_della_Corte_tedesca_co_9_090719005.shtmlEn gros : le traité de Lisbonne que ratifiera l'Allemagne sera différent de celui ratifié par les autres pays - qui eux ne se sont pas imposés des limites comme vont le faire les parlementaires allemands suite à la décision de la Cour Constitutionnelle allemande - et par conséquent...Il va y avoir une faille juridique, notamment au niveau de la Constitution italienne, et (cela demande vérification mais je crois que la France exige la réciprocité) française.