La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Les joies de l'unification

"Après l'unité italienne, l'Italie du Sud a souffert beaucoup du contact et de la concurrence de la région du Centre et du Nord. Contrairement à ce que nous croyons trop souvent, l'Italie du Sud avait atteint, avant l'unité italienne, un degré d'industrialisation et de développement comparable et probablement même supérieur à celui du reste du pays. L'unité lui a porté un coup qui s'est traduit par une large émigration à l'intérieur de l'Italie unifiée et aussi vers l'extérieur, un coup que même les gens du Nord reconnaissent et auquel ils essayent maintenant de remédier. Pour obtenir le développement de la Sicile et de l'Italie du Sud, le gouvernement de Rome recrée précisément, depuis quelques années, un régime distinct qui supprime ou qui atténue le caractère absolu de l'intégration réalisée voici un siècle.

La situation est comparable dans d'autres pays.

Les États méridionaux des États-Unis se sont toujours plaints et se plaignent aujourd'hui encore d'avoir été défavorisés économiquement du fait de leur rattachement aux États du Nord.

En Allemagne même, qui a fait l'expérience d'un Zollverein, véritable précédent du Marché commun, bien que la Prusse, initiatrice et agent moteur de l'intégration, ait consenti de larges investissements en faveur des régions allemandes moins favorisées, les Wurtembergeois, les Bavarois ont dû émigrer en grand nombre vers les Amériques.

Au surplus, si, à l'échelle d'un siècle et en ne considérant que l'ensemble de l'économie allemande, le Sud et le Nord confondus, si le Zollverein a été un élément d'expansion, n'oublions pas qu'il a pu porter ses fruits parce qu'un État dominateur, principal bénéficiaire de la réforme, a fait la loi aux autres États dominés. En ce sens, c'est un précédent qui ne comporte pas que des aspects plaisants."

Pierre Mendès-France, 18 janvier 1957


Avant de devenir une sorte de papi gâteau révéré par tout ce qui pense bien, Mendès a été un politique de haut niveau intellectuel, qui savait poser les problèmes dans toutes leurs dimensions.  Ici, il justifie son vote Non au Traité de Rome, avec des arguments qui demeurent d'une criante actualité : n'entend-on pas partout qu'il faut accroître le budget européen pour sortir de la crise ?

L'Union  européenne ouvre la voie à une concentration de pouvoirs au bénéfice d'une institution qui privilégie systématiquement les grands groupes sur les opinions.



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Gus 30/05/2009 08:46

De la même manière que les intégrations nationales se sont traduites par des apauvrissements significatifs des régions intégrées.Avec une conséquence intéressante : seules les régions gagnantes d'hier à l'intégration nationale ont quelque chose à perdre à l'intégration européenne : les autres l'ont déjà perdu.