La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

La Commission repart à l'attaque contre EDF, pendant que le Parlement courtise les bobos...

Une brève pour relier deux infos issues du Financial Times du jour.

La Commission européenne, tout d'abord, va enquêter pour savoir si "de grands groupes électriques" (comprendre EDF) ne bénéficieraient pas d'avantages grâce au système de prix garantis.

Ce système de prix est une concession qui avait été faite lors de l'ouverture à la concurrence du marché électrique. Les abonnés de l'ancien système peuvent bénéficier des tarifs régulés. Le même système est en place pour les particuliers : c'est une façon d'endormir les protestations. Le passage au système "concurrentiel et européen", plus cher, est amorti, indolore, comme tout ce qui est européen, furtif et sans concertation.

Mais, fini de rire, la Commission trouve que le système se prolonge trop et veut y mettre fin.

Pendant ce temps, le Parlement européen s'occupe de faire baisser les tarifs des européens en promenade, à qui le téléchargement d'emails coûte trop cher, de même que le surf sur internet (il est vrai que recevoir des emails en Italie ou ailleurs peut coûter fort cher).

C'est parfaitement démagogique, puisque les opérateurs se rattraperont sur la facture de l'abonné lambda (cf. une argumentation en ce sens chez les éconoclastes). La femme de ménage qui a un abonnement mini paiera donc une surtaxe pour que les bobos qui partent faire les soldes chez Harrod's puissent continuer à recevoir les emails des enfants, restés avec la nounou.


On notera la totale incohérence idéologique de l'Union européenne, qui n'hésite pas à réguler quand ça peut rapporter des voix (plafonner les tarifs du roaming), mais en appelle au libre marché lorsqu'il s'agit de casser encore un peu plus les anciens monopoles nationaux.

Vivement que cette farce se termine, et n'oubliez pas que chaque voix aux prochaines élections européennes est un vote de soutien à cette construction non démocratique.

*


Lire aussi, sur la Lettre Volée un billet sur l'ouverture inefficace, et un autre billet d'humeur qui renvoyait à un rapport de l'Ecole des Mines, d'où j'extrayais cette citation :

 « Contrairement à ce qu’ont promis certains commentateurs, et à ce qu’espèrent bien des consommateurs, il est en outre probable que la libéralisation n’apportera pas d’importantes baisses des prix de l’électricité – ceux-ci devraient à terme converger vers le coût marginal de long terme, réalisant précisément le programme que Marcel Boiteux fixait à un monopole d’Etat « éclairé ». En tout état de cause, une part importante du secteur conservera un statut de monopole naturel, et une surveillance étroite des pouvoirs publics à l’égard des mécanismes de marché restera nécessaire. »

 









 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Gus 11/03/2009 16:46

Vous oubliez un détail : les technocrates et parlementaires européens ne paient que rarement leur électricité (à l'hotel ou dans leurs bureaux), mais, souvent, ils entretiennent leurs propres téléphones et ordinateurs connectés. Et comme, au bureau comme à l'aqua-gym de fonction, charité bien ordonné commence par soi-même...