La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Abstention aux européennes : les européens s'y mettent...

J'ai trouvé plus éloquent que moi pour prôner l'abstention aux européennes :

L'Europe vit en partie double : d'un côté des institutions solides et des compétences politiques indigentes. De l'autre, de grandes ambitions programmées et des institutions et des institutions politiques débiles : des sommets sans portée, des agendas sans contrainte, des déclarations sans effet, les mots inlassablement vendus à la place des choses.

Si les élections européennes agacent à ce point, c'est qu'elles sont parfaitement incongrues dans l'Europe telle qu'on la fait aujourd'hui. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin, et ne pas tordre le cou à des élections qui soulignent le double langage de nos dirigeants ? Un peu de franchise que diable !


C'est signé Jean-Louis Bourlanges, dans l'Expansion de février 2009, titre de l'article "ce scrutin n'est plus qu'une corvée". Si vous connaissez plus pro-européen que Bourlanges (avec un cerveau, certains ne comptent pas), dites-le moi.

Lire aussi un entretien accordé au Monde par cet homme lucide (dans l'Expansion, toujours, il expédie : "le Parti socialiste, cet opposant en peau de lapin"), pour expliquer le non-renouvellement de sa candidature au Parlement européen.

Extraits :


Je suis de ceux qui pensent que ce n'est pas l'Europe qui a fait la paix, mais la paix qui a fait l'Europe. Je reconnais le caractère scandaleux du propos puisqu'il signifie, à rebours de ce que pensent les Français, que c'est la Pax Americana, la sécurité et la sérénité qu'elle a apportées aux Allemands, aux Français, aux Italiens et aux Bénéluxiens qui leur a permis de s'engager sans crainte sur la voie du rapprochement et de l'intégration.

[...]

Cette paix intérieure garantie ne conduit-elle pas d'ailleurs à un émiettement des Etats, comme on le constate en Belgique, voire en Espagne avec la Catalogne, le Pays basque, etc.

Il est vrai que l'Union européenne apporte à des entités infra-étatiques la possibilité d'une sécession sans risque. Ce n'est toutefois pas l'explication principale de la fragmentation actuelle. C'est la crise des grands systèmes idéologiques et des solidarités qu'ils généraient qui favorise ce foisonnement identitariste. Au lieu d'opposer l'Etat national et l'Union européenne, on serait bien avisé d'observer que c'est le même mouvement de refus du partage nécessaire à toute vie collective organisée qui fracasse les Etats nationaux et paralyse l'Union européenne.

[...]

Assemblée politique d'une Union qui n'aime pas la politique, le Parlement européen, même s'il ne cesse de grignoter du pouvoir, fait trop souvent figure de porte-avions condamné à faire des ronds dans l'eau.


(je rajouterais que l'Union ne craint pas tant la politique que la démocratie...)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

FrédéricLN 15/02/2009 21:54

Propos très intéressant (mais je doute que M. Bourlanges ait l'intention de s'abstenir le jour des élections !).Il avait déjà voulu arrêter en 2004, François Bayrou l'avait convaincu de rempiler, il l'a fait avec beaucoup de sérieux et d'engagement (malgré cette conscience de faire des ronds dans l'eau !) avant de laisser son mandat, il y a un an, à sa suivante de liste. L'interview dans Le Monde date de ce départ, en décembre 2007. 

Laurent K 15/02/2009 15:38

edgar 15/02/2009 14:25

Laurent, attention à ne pas ramasser une grenade non éclatée : c'est dangereux...

Laurent K 15/02/2009 14:06

Tout le problème se résume à une question : qu'est-ce qui sera le plus efficace ?L'abstention pour éviter de donner une caution démocratique à cette parodie comme le prône Edgar ou le vote massif pour s'approprier le résultat de cette élection comme le suggère Thomas ?L'abstention d'Edgar a deux défaut selon moi : 1.L'UE a largement déjà démontré qu'elle se satisfaisait très bien d'une parodie de démocratie et n'a rien à faire de l'avis des peuples ou de l'abstention. ALors un peu plus ou un peu moins...2. Ne pas voter alors qu'on peut, sur le principe, c'est difficile à défendre.La proposition de Thomas résoud le point 2 mais même si les nonistes remportaient tous les sièges du Parlement, leur pouvoir resterait très limité. Ils pourraient probablement rendre la reconduction de Barosso très difficile, changer quelques textes mais le pouvoir du conseil et de la Commission resterait quand même prédominant. Alors quel intérêt ?D'un autre côté l'Europe telle que nous la connaissons se débrouille très bien pour se saboter comme une grande : divorce consommé avec ses peuplesau début d'une crise politco-économique majeure, tensions très fortes sur l'Euro qui pourraient le faire éclater -ce serait une catastrophe économique et sociale quoiqu'on pense de la politique de la BCE-, dirigeants possédant la vision stratégique d'une huitre et absence de volonté d'approfondir l'union politique... Tout se conjugue pour qu'elle passe au minimum un très sale quart d'heure et plus probablement qu'elle éclate.C'est là qu'il faudra se l'approprier. 

edgar 15/02/2009 13:45

Pas d'accord Thomas : l'Europe que tu défends n'a aucun rapport réel avec l'Union européenne. La seule chose intéressante en matière européenne c'est de sortir de cette nasse.

Thomas Rudolf 15/02/2009 11:04

Méfions-nous de Bourlanges. Je me souviens parfaitement de son engagement au second tour pour NS. C'est grave que tu cites Bourlanges. Le Wiki dit: En 2005, il fait campagne pour le « oui » au référendum sur le traité constitutionnel.
Il est membre (juin 2006) du conseil d’administration des laboratoires d'idées Notre Europe et Les Amis de l'Europe.
Soutien de François Bayrou au premier tour de l'élection présidentielle de 2007, il appelle à voter pour Nicolas Sarkozy au second tour .
En juillet 2007, il est nommé au Comité de réflexion sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions mis en place par le Président de la République Nicolas Sarkozy.
Il abandonne fin décembre 2007 son mandat de député européen. Il a été nommé conseiller maître à la Cour des comptes le 16 juillet 2008.
________________________________________
 
Maintenant c'est justement pour les mêmes raisons qu'il faut prendre possession de l'Europe. On ne va tout de même pas attendre la guerre des paysans? Je suis un nonniste très pro-européen et mon site explique exactement là où il faut se battre.
Quand nous serons plongés jusqu'en 2018 au moins dans la "Crise" nous aurons le temps de faire cette Europe politique et des peuples, qui a une vraie Charte des Droits Sociaux et Fondamentaux.