La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

L'Europe carpette

Le Monde rend compte sobrement de futurs débats au sein du Conseil européen au sujet des mesures à appliquer suite à un rapport sur une stratégie européenne de sécurité.

Excellente occasion de voir ce que l'Europe peut faire pour la fraternité mondiale, le rééquilibrage de la planète, et toutes les merveilles dont on la crédite.

L'Europe va en effet "redéfinir l'ordre multilatéral". Ouah ! Roulez tambours, on va enfin avoir un monde alter grâce à l'Union européenne.

Quel est donc le souci principal des rééquilibrants ? Suspense...

La prolifération des armes de destruction massive, qu'elle soit le fait des Etats ou des terroristes, est décrite comme "la menace la plus importante" pour la sécurité de l'UE. Des "groupes (terroristes) endogènes sont de plus en plus actifs" sur le continent européen, est-il souligné.

Quel équilibre : l'Iran et la racaille islamique, voilà ce qui nous guette. Quel aveugle laudateur de l'Union disait la semaine dernière : "La ministre de l'Intérieur est dans une construction idéologique du terrorisme". Oui, Daniel Cohn Bendit. Visiblement, MAM n'est pas la seule à faire dans la construction idéologique.

Pour un monde multipolaire, voilà ce qui attend les naïfs : "le partenariat avec les Etats-Unis est essentiel, notamment en ce qui concerne le partage et la protection des données. "Quand ils ont agi ensemble, l'UE et les Etats-Unis ont constitué une formidable force au service du bien dans le monde", constate ce texte, en regrettant par ailleurs que les relations formelles entre l'Union et l'Alliance atlantique "n'ont pas progressé".

Formidable force au service de la paix dans le monde, en Irak et en Afghanistan, en effet. Et quelle excellente idée de rapprocher l'Union européenne et l'OTAN. C'est tellement en ligne avec les souhaits démocratiquement exprimés des populations européennes. Et pour ce qui est du partage des données, j'imagine qu'il s'agit de la fourniture scandaleuse des données passagers à l'administration américaine.

Tellement scandaleuse que même la CNIL a titré l'an dernier : "Le nouvel accord Europe/Etats-Unis sur les données des passagers aériens est au détriment des citoyens européens".

Pour les c... qui croient encore à un rôle positif de l'Union européenne. Pas pour les libertés individuelles en tout cas. (j'inclus Emmanuel Todd et ceux qui vantent la future Europe protectionniste dans le tas, ce sont presque les pires. Les atlantistes sont au moins cohérents dans leur approbation de l'UE, ils en ont pour leur argent.. )

Bref, voilà, pour rappel, ce que l'Europe a concédé pour les données passagers :

  • - Le nombre d’autorités américaines qui pourront accéder aux données PNR sur le territoire américain a été étendu ;

  • - Les finalités d’utilisation des données PNR pourront varier en cas de modification unilatérale de leur législation par les Etats-Unis ;

  • - La décision éventuelle de transférer des données PNR européennes vers d’autres pays tiers sera prise de manière unilatérale par les Etats-Unis, sans consultation préalable des autorités européennes ;
  • - Il est désormais possible aux autorités américaines, « en cas de nécessité », d’avoir accès à des données dites « sensibles », c’est à dire pouvant révéler l’origine raciale, ethnique, les opinions politiques, l’état de santé des personnes, malgré un filtrage initialement prévu ;
  • - Les données seront conservées non plus 3 ans ½ mais 15 ans, sous forme d’une conservation « active » pendant 7 ans et « passive » pendant 8 ans, sans garantie que les fichiers non consultés soient définitivement détruits ;
  • - Le passage du mode « pull » actuellement en vigueur (c’est à dire l’accès direct par les autorités américaines aux données détenues par les compagnies aériennes) au mode « push » (c’est à dire l’envoi des données par les compagnies aériennes, ne permettant plus d’accès direct aux autorités américaines) ne sera réalisé au 1er janvier 2008 que si les conditions techniques de ce passage paraissent acceptables aux Etats-Unis ;
  • - L’évaluation de l’application de l’accord (« review ») perd son caractère annuel obligatoire. Seul le commissaire européen de la Direction Générale Justice-Liberté-Sécurité sera en charge de cette inspection, sans que les autorités nationales de protection des données y soient clairement associées ;
  • - Les autorités américaines auront la faculté de décider de manière unilatérale s’il sera répondu favorablement aux demandes des passagers européens d'accès et de rectification aux données les concernant détenues par les autorités américaines.

Je reviens à la sécurité européenne vue dans une perspective de rééquilibrage... L'Union insiste donc sur l'importance d'une Géorgie libre, s'inquiète du sort de l'Abkhazie et de l'Ossétie...

Bref, si ce rapport était sorti du Département d'Etat, il ne serait en rien différent.

Quand donc les gens de gauche, intelligents, soucieux de promouvoir un monde équilibré, cesseront d'accorder le moindre crédit à une institution complètement décrédibilisée, carbonisée ? C'est pour moi un sujet d'interrogation permanent...









Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 12/12/2008 09:19

C'est quoi ton pays Gus : L'Union européenne ou la France ?L'un fait les lois et pas l'autre...

Gus 12/12/2008 07:44

C'est très certainement déjà le cas, voyez-vous, même si je ne vois pas pourquoi un gouvernement se ferait chier à refaire ce que les actionnaires des entreprises mondialisées font certainement très bien tous seuls.Un loi était nécessaire pour les données du transit aérien parce que, malheureusement, ces choses étant très reglementées, il était difficile d'obtenir un flux continu de données de qualité pour pouvoir travailler dessus en temps réel : en théorie, il s'agissait d'avoir analysé le cas de chaque personne avait qu'elle ne parvienne à poser le pied sur le sol américain alors qu'elle s'en approchait à 500 Km/h. Pour ce niveau de performance, une collaboration totale des acteurs était exigée, et donc, une loi : pour le reste, la mondialisation et don, l'absence de juge et de gendarme suffit.Reste que les données sur un individu sont peu utiles si on ne peut pas mettre la main dessus. D'où ma conclusion : désormais, pour bénéficier de la protection des lois de son pays, il faut rester dans son pays et ne voyager que dans les pays vous offrant la même protection que le votre.

edgar 11/12/2008 20:53

Gus, mouaif... Dans ce cas le plus sûr moyen d'être libre c'est en cellule à la Santé... Une fois que tu as accepté les murs, la lumière allumée, la petite cellule, l'absence de ta famille et le reste, tu deviens vachement libre : rien de pire ne peut arriver...On commence avec les fichiers compagnies aériennes, et puis on veut les fichiers assurances et le reste vient facilement...

Gus 11/12/2008 20:49

D'un autre côté, prendre l'avion, surtout pour des vols transatlantiques, c'est pas pour le gros des citoyens européens ordinaires qui ont vraiment mieux à faire de leur vie qu'errer le Moscou à L.A. . Alors, qu'ils se fichent entre eux : les citoyens ordinaires eux, prennent le bus, le train ou la bagnole.

Frédéric 11/12/2008 17:32

Ca va bien aussi avec la pression faite par M. Sarkozy pour "revaloriser" les relations entre l'UE et Israël quand Gaza est affamée. Balladur a proposé une union euro-américaine. Nous fonçons vers cette option à toute allure.

Laurent_K 11/12/2008 13:25

"Quand donc les gens de gauche, intelligents, soucieux de promouvoir un monde équilibré, cesseront d'accorder le moindre crédit à une institution complètement décrédibilisée, carbonisée". C'est simple : quand ils seront réellement soucieux de promouvoir un monde équilibré et pas juste leur carrière de carpette politque.Et dans la série foutage de gueule, ils vont demander aux Irlandais de revoter. "Oui" de préférence.