La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Pas de néo-nazis, ouf

L'Union européenne avait affirmé ses valeurs communes avec la riante Ukraine, qui aime à décorer ses opéras de jolis drapeaux nazis tous les étés - tellement lumineux.


Un petit ajout à cette enquête sur nos valeurs communes. L'enterrement de Jörg Haider.


En effet, lors de la cérémonie d'enterrement de ce fils de nazis, admirateur d'Hitler déclaré, étaient présents "Le président de la république Heinz Fischer, le chancelier social-démocrate Alfred Gusenbauer, le chef du parti social-démocrate Werner Faymann - chargé de former le futur gouvernement à l'issue des dernières législatives -, ses homologues des autres partis à l'exception des écologistes et les présidents de régions étaient venus rendre un dernier hommage au chef du BZÖ." (L'Express)


Haider était très aimé, par l'église catholique autrichienne notamment. Ainsi, en 2000, la revue Prochoix relevait que " L’évêque auxiliaire de Salzbourg, Mgr. Andreas Laun, vient de déclarer : "Même si j’avais cru Haider 'nazi', j’aurais imploré instamment mes amis européens déroutés : ‘Ne vous agitez pas comme cela, vous ne pouvez point procéder de façon plus maladroite !". "L’Autriche n’a jamais été un 'pays nazi', elle ne l’est pas aujourd’hui, et avec la grâce de Dieu elle ne le sera jamais". Et de poursuivre puisqu’on lui tendait la perche "Par ailleurs, les autrichiens ne sont pas 'xénophobes'. Sinon les Autrichiens n’auraient pas accueilli généreusement pendant des années des réfugiés toujours plus nombreux. Il est seulement vrai que l’Autriche, comme beaucoup d’autres pays, a des problèmes avec le grand nombre d’immigrés venus d’une autre zone de culture. De cela on a quand même le droit — et le devoir — de parler."

Ce sont les mêmes gentils européens qui refusent l'entrée de la Turquie en Europe.


Dans son article, pour revenir en 2008, l'Express croit malin d'ajouter "En revanche, l'événement n'a pas donné lieu à un rassemblement de néo-nazis, comme craint dans la presse ces derniers jours". Ben voyons ! Mais ils y étaient les néo-nazis, enlevez la m... que vous avez dans les yeux ! C'est comme la lettre volée, vous l'avez sous le nez !


Comment appeler des braves gens, même étiquetés sociaux-démocrates, qui se bousculent à l'enterrement d'un admirateur d'Hitler ? Des sympathisants ? Des curieux ? Des passants ? Non. Ce sont des néo-nazis 2008, en culotte courte, de braves gens avec femmes et enfants. Comment croyez-vous qu'Hitler se présentait dans les années 30 ? Avec un tablier de boucher sanguinolent ? Non, en culotte de peau, souriant, avec des enfants dans les bras !


Il est toujours intéressant de voir quelles sont les valeurs communes que nous partageons avec nos voisins, y compris autrichiens... Et on a pas beaucoup entendu les condamnations du PS français à l'encontre du PS autrichien - je rappelle que les deux candidates ont déclaré que leur premier réflexe serait de se tourner vers leurs collègues européens pour trouver des idées. Good luck...








Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Fred 28/11/2008 21:05

il était surtout très utile de culpabiliser la France pour le souvenir de Vichy et des guerres coloniales au moment précis où elle mobilisait le conseil de sécurité de l'ONU contre la guerre d'Irak, comme il est bon de la culpabiliser pour le génocide rwandais de 94 quand les alliés du Front patriotique rwandais sèment le chaos au Congo...

edgar 26/11/2008 09:46

Il est exact que la Grande Nation a eu du mal à reconnaître ses erreurs. Chirac a pourtant fait du chemin à ce sujet.
Malgré ces erreurs, je n'imagine pas la présence de Aubry et Sarkozy à l'enterrement de Le Pen...
Mon idée n'est donc pas de taper sur l'Autriche pour faire valoir la position avantageuse de laFrance, j'essaie juste de faire ressortir ce que le blabla européen sur les valeurs communes recouvre.



Thomas Rudolf 25/11/2008 21:20


Edgar,
il y a 3 pays en Europe qui se sentent autorisés de ne pas faire leur Vergangenheitsbewältigung, le devoir de mémoire.
L'Italie "par folklore", ça fait tellement scène d'opéra d'avoir la fille M au Parlement, et de laisser libre cours à la Ligue Lombarde avec ses magnifiques drapeaux et bannières.
L'Autriche, à la quelle l'ONU et les Alliés avaient permis de se sentir victime et parmi les enfants de laquelle elle avait choisi Kurt Waldheim, ancien SS, comme son Secrétaire Général.
Et la France qui se croit toujours être "la France meutrie, la France bafouée".
Mais la France ne sait pas choisir son devoir de mémoire: Vichy + Veldiv', l'Indochine, Madagascar, l'Algérie.
Devant l'embarras du choix il est à présent de bon ton de faire réécrire la "Loi coloniale" par le Parlement, et de faire lire la lettre de Môquet, et de dire que la repentance ça fait démodé.
En Allemagne, il n'y a que 3% qui votent l'extrême droite, en France au moins 30%.
Par contre la France rédige une Loi de reconnaissance du génocide arménien.
"Die Grande Nation", disent les allemands de nous.
Il paraît que c'est notre pays qui a inventé une truc comme une déclaration universelle.
Ma culture (de Cimbre) a du mal à adopter ces atours raffinés.
Je quitte? Ou j'attends Edwige et le soumission forcée. Il parait que des espèces comme moi seront surveillés par une société privée, car un fonctionnaire doit se taire et être pénétré de l'esprit de la France.
Oui, mais j'ai un passe-port européen. Ah? Ça ne compte pas pour les volatilité anthropométriques?
Je suis sûr que la Cour Européenne de Justice (CEJ) va avoir bientôt du travail.
Ah? Ça n'a rien à voir avec l'activisme européen du chaman?