La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Obama et moi...

J'ai épargné mes lecteurs avec la campagne US, les paris sur qui va gagner, émanant de passionnés de West Wing, ne m'emballant pas.

Mais il faut bien dire qu'un billet sur autre chose serait décalé aujourd'hui. Je vais donc braver les politologues les plus pointus et pronostiquer qu'Obama aura gagné pendant la nuit (j'écris le mardi soir, 22h).

Et je n'hésite pas à me réjouir de cette victoire, au risque de déchanter par la suite et de contrarier d'autres auteures respectables qui estiment que rien ne va changer.

Obama peut faire plusieurs choses pour les USA et pour le reste du monde :

- donner le signal d'un rééquilibrage des revenus du capital et du travail,

- se retirer de l'Irak et élaborer un plan de retrait en Afghanistan,

- remettre les services publics au goût du jour en instaurant une assurance médicale universelle et en renforçant la retraite par répartition (qui existe aux Etats-Unis, mais n'est qu'une première couche d'un système reposant sur la capitalisation, comme l'Europe souhaiterait que nous l'adoptions). (il peut le faire, il n'a pas de pacte de stabilité qui lui interdisent un peu de relance...)

Ces trois orientations, à elles seules, justifieraient son mandat.

Il y a certes bien un système américain, qui perdure par delà les présidents, le Pentagone ne s'évanouira pas comme par enchantement et les grandes entreprises ont massivement soutenu Obama. Je n'oublie pas que Paul Krugman a soutenu Hillary Clinton jusqu'au bout, trouvant Obama trop tendre avec les intérêts des assureurs dans le système de santé.

Je n'oublie pas que les démocrates sont souvent plus guerriers que les républicains, par idéalisme, et il est difficile de dire si les récentes incursions américaines en Syrie et au Pakistan cesseront dès aujourd'hui ou si le cynisme dans les détails prévaudra.

Il reste que des inflexions minimes, sur des paquebots énormes, suffisent à changer considérablement leur direction.

Bref, rien n'est assuré avec Obama, mais McCain n'a pas montré que nous pourrions avoir à le regretter.

Et Obama est certainement cent coudées, en termes de complexité, au dessus de son prédécesseur. Au risque de paraître sentimental, cette photo d'Obama entre ses deux grands parents résume assez bien la nouveauté de cette élection. En soi, l'élection d'un noir à la Maison Blanche est réjouissante mais pas si extraordinaire (je ne suis pas fan des "serions-nous capables d'en faire autant ?" Nous avons bien élu le fils d'un hongrois, immigré de la première génération). Mais j'ai l'impression que le jeune étudiant à Columbia ci-dessous est capable, plus qu'un autre, de rejeter des visions du monde par trop manichéennes. Rien que ça, ça ne peut pas faire de mal...




Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

olyvier 14/11/2008 09:49

Je me souviens, il y a 25 ans, Régis Debray ; "le monde libre, si bavard sur sa liberté et si peu sur ce qui fait de lui un monde" (c'est à dire, là, quelque chose de structuré, clos, organisé, hiérarchisé)

edgar 12/11/2008 20:54

Voilà qui promet un renouveau intéressant et sans doute inespéré pour le droit constitutionnel tchèque...J'ai bien conscience que l'axe Klaus/Ganley est certainement très libéral, mais si le libéralisme est aussi la défense de la démocratie, pourquoi ne pas se réjouir des postions de M. Klaus ?Et quand un Tchèque explique que Bruxelles a remplacé Moscou, même en faisant la part de l'exagération, les européens devraient porter une oreille attentive... 

fd 12/11/2008 19:03

De mieux en mieux :----------------------La visite d'Etat en Irlande du président tchèque Vaclav Klaus s'est conclue mercredi par un vif incident diplomatique avec Dublin sur le traité de Lisbonne, qui menace de compliquer la recherche d'une issue à la crise européenne née du "non" irlandais en juin dernier.
Alors que le ministre irlandais des Affaires étrangères Micheal Martin a critiqué sur la radio RTE des propos "déplacés" du président tchèque, qui avait soutenu une organisation hostile au traité, M. Klaus a répliqué en termes très peu diplomatiques.
"Une hypocrisie de ce type, je ne l'accepte pas. Si quelqu'un ne me plaît pas, je le lui dirai en face et non derrière son dos", a déclaré à la presse tchèque le président Klaus, dont le pays prendra la présidence tournante de l'Union européenne en janvier.
"J'ai vraiment senti d'immenses problèmes avec la démocratie en train de disparaître en Europe, mais quand je vois les réactions du ministre des Affaires étrangères de l'Irlande et d'une partie de la presse (irlandaise), je pense que c'est encore pire que ce à quoi je m'attendais", a ajouté M. Klaus. A l'origine de cet échange d'amabilités, un dîner organisé mardi soir à Dublin par l'organisation Libertas, l'un des fers de lance du "non" au traité, en présence de M. Klaus et du fondateur de Libertas, l'homme d'affaires Declan Ganley.
Ce dernier avait été l'un des plus ardents défenseurs du "non" au traité de Lisbonne rejeté par plus de 53 % des Irlandais, provoquant une crise institutionnelle majeure dans l'Union européenne.
Le président tchèque a participé à ce dîner dans le cadre de la partie "privée" de sa visite d'Etat de trois jours, entamée lundi, avait insisté son entourage.
Lors d'une conférence de presse commune avec M. Ganley, M. Klaus a déclaré "craindre que la liberté et la démocratie ne sortent pas grandies par la ratification du traité de Lisbonne, au contraire".
"Pour cet aspect des choses, je partage l'opinion de M. Ganley", a-t-il déclaré. "Je dirais que les Tchèques partagent l'opinion des Irlandais."
M. Klaus n'a pas hésité à comparer M. Ganley aux dissidents de son propre pays à l'époque soviétique, notamment son prédécesseur Vaclav Havel. "Je pense que M. Ganley est un dissident, une sorte de dissident dans le dispositif européen actuel", a-t-il estimé.
Le chef de la diplomatie irlandaise, dont le gouvernement a vainement plaidé pour un "oui" au traité de Lisbonne, a dénoncé mercredi des "commentaires très clairement politiques". De tels propos constituent "une intervention déplacée dans le contexte d'une telle visite d'Etat, particulièrement au moment où le gouvernement irlandais discute avec ses partenaires européens au nom du peuple irlandais", selon lui.
Il a toutefois rappelé que M. Klaus, dont l'influence est forte mais les pouvoirs limités dans son pays, "ne représente pas l'opinion du gouvernement tchèque lorsqu'il s'exprime sur l'Europe".
Notoirement eurosceptique, Vaclav Klaus a usé de son influence pendant des mois pour tenter de persuader son pays de ne pas ratifier le traité de Lisbonne, qui selon lui donne trop de pouvoir à Bruxelles.
Mais ses propos à Dublin ont pris un relief inhabituel du fait que la République tchèque doit prendre la présidence tournante de l'Union européenne en janvier prochain, et alors que Dublin réfléchit à la tenue d'un deuxième référendum sur le traité. Le Premier ministre Brian Cowen a promis de présenter des propositions pour sortir de l'impasse au sommet européen de décembre.
De leur côté, la présidence tchèque et le gouvernement négocient actuellement pour définir quel sera le rôle exact du chef de l'Etat pendant ce mandat européen, la Constitution tchèque ne prévoyant rien à ce sujet, selon des sources institutionnelles concordantes à Prague.

Gus 07/11/2008 14:53

Ca... il faudrait que quelqu'un se dévoue pour faire un article approfondi sur la densité de diplômés de Georgetown dans ce gouvernement de l'Europe qu'est la Commission. Non pas que je n'en serais pas capable, tellement les évidences sont disponibles un peu partout, mais on va encore m'accuser de parti-pris si je m'y colle.

edgar 07/11/2008 12:45

Pour un ancien de l'université de Georgetown (Walsh school of foreign service, "West Point of the U.S. diplomatic corps." dixit wikipedia, il est normal de vouloir périr avec la main qui l'a nourri (il a aussi été professeur associé).

Gus 07/11/2008 12:05

Tiens, Barroso annonce la couleur en vue du prochain eurogroupe : "Nous vivrons ensemble ou nous périrons ensemble" dit-il de l'UE et des USA.Tu vois, Edgar, tu vas être content : grâce aux économies faites sur nos services publics en France, les américains parviendront à s'en payer un. ça devrait te faire chaud au coeur, non ?

olyvıer 05/11/2008 13:05

Je ne partage pas la lıesse de fraternısatıon ınıtıee par l Amerıque embourbee. Parce que les Etats-Unıs en ont trop faıt, et ıl y a pas sı longtemps.

Gus 05/11/2008 12:41

edgar: Simple supposition de ma part : l'omniprésence du discours sur "la crise" aux USA m'incite à croire que désormais, Rome attendra de ses provinces d'assurer ses promesses envers ses citoyens : mais nous aurons quelques éléments de réponse dès le 15/11, date, souvenons-nous en, du premier des Bretton Woods voulus par Nicolas Sarkozy et acceptés par WBush.Il faudrait aussi penser à lui demander de bien vouloir remettre la Géorgie (et peut-être aussi l'Ukraine) dans l'état dans lequel W Bush l'a trouvée en arrivant.

edgar 05/11/2008 12:34

Fred : je ne vois pas grand monde qui soit à la hauteur de la situation actuelle. Obama est en effet très tiède et c'est ce que lui reprochait Krugman. Et son côté sympathique pourrait en effet conduire bien des gens à s'abandonner encore plus tranquillement à l'empire américain. Je n'exclus pas que la crise facilite tout de même des mesures plus hardies, au moins sur le plan intérieur américain. Au point de vue relations internationales, j'ai moins d'illusions...Pancho : tu me confortes dans l'idée qu'il faudrait fermer tous les paradis fiscaux, à double tour...

Pancho 05/11/2008 11:47

"Privatize profits, socialize losses" qui de mieux afin de remplir cette tache? Je pense qu'Obama fera tres bien l'affaire...