La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Mendès-France, l'anti-européen

PMF étant universellement considéré comme gentil, son opposition au Traité de Rome est systématiquement oubliée, et le rejet de la CED ne lui est jamais imputé. PMF est, avec de Gaulle, le plus grand politique français du XXème siècle. On aime à s'y référer pour faire intelligent et moderne.

Terminant mes notes sur les Mémoires de Monnet, je retrouve ce passage où Monnet, écrivait, à propos de la situation en 1955, après la chute de Mendès : "le changement politique intervenu en France rendait possible une nouvelle initiative européenne qu'il fallait préparer avec soin"...

Plus tard, au moment de l'approbation du Traité de Rome par l'Assemblée nationale, Monnet écrit : "Le vote négatif de Mendès ne me surprit pas. Ne l'avais-je pas entendu dire dans un débat préliminaire : "Il ne faut pas que la France soit victime d'un traité. Une démocratie abdique en s'abandonnant à une dictature interne, mais aussi en déléguant ses pouvoirs à une autorité extérieure. L'Europe véritable ne peut se faire que par le redressement de la France".

Monnet a clairement été réjoui du départ de Mendès. On oubliera ce détail.



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

gilles 10/11/2009 12:59


Une autre citation de Mendès : « Le projet du marché commun tel qu’il nous est présenté est basé sur le libéralisme classique du XXème siècle selon lequel la
concurrence pure et simple règle tous les problèmes. L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une
dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité
extérieure, laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique , car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale,
finalement une politique au sens le plus large du mot, nationale et internationale. »

Le 18 janvier 1957.

Merci pour ce vous faites Edgar. Un mot de prospective :  comment créer les conditions politiques pour « Sortir de l'Union Européenne » pas seulement dans des articles de forums, mais dans la
vie réelle  ? Selon vous, comment créer une espèce de Réseau « Sortir de l'Union Européenne » à l'instar du Réseau « Sortir du nucléaire » et peser sur le
débat électoral de manière à arriver à la sortie effective de l'Union ? Comment pouvoir regrouper le POI, l'UPR, le PCRF, le comité Valmy et d'autres que j'oublie sûrement, dans cette optique de
conquête du pouvoir pour mettre en oeuvre la sortie selon vous ? La question m'intéresse car résoudre cet obstacle de la dispersion m'apparaît être la clé de la sortie de l'Union.


Edgar 10/11/2009 17:12


bonne question, je vais y réfléchir... ça 'a que peu de chances de faire avancer le schmilblic, mais sait-on jamais ? 


anniversaire 22/10/2008 02:29

bon voyage alors