La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Mes quatre projets pour l'Europe de 2020

Pierre Catalan, un admirateur de la Tour Eiffel bien connu, m'a invité à le suivre dans l'exercice qui consiste à exprimer quatre projets pour l'Europe de 2020. Dans son papier, il a assimilé Europe et Union européenne, ce dont on ne lui tiendra pas rigueur. J'ai préféré m'en tenir plus strictement à l'énoncé et évoquer le continent européen dans le monde de 2020. Je me suis passé de l'Union européenne dont j'espère vivement qu'elle ne survive pas plus de quelques mois.

Le tableau que je dépeins est peut-être un peu utopiste. Mais est-ce réellement plus utopiste que d'imaginer qu'à 30 l'Union européenne va devenir démocratique malgrè un déficit en la matière qui a fêté ses 50 ans l'an passé et se porte à merveille ? Et au moins mon tableau est-il international, et ne consiste pas en l'illusion que construire un pré carré plus grand c'est s'affranchir de toute barrière. Bref.

Voilà donc quatre souhaits, un peu trop rapides, pour 2020, n'hésitez pas à ajouter les vôtres (et puisqu'il faut transmettre ces chaînes à d'autres, toujours, je verrais bien Frédéric, Malakine, Olyvier et Emmanuel de Ceteris Paribus s'y coller).


Sujet : Quelle Europe voulez-vous en 2020? Quelles doivent être les 4 priorités à mettre en oeuvre dès aujourd'hui pour améliorer l'Europe, la rendre plus démocratique, plus compétitive, plus forte à l'international, plus en avant sur le développement durable, etc.



1. Un monde démocratique

Pour rendre le continent européen plus démocratique, il a été décidé de mettre en sommeil l'Union européenne. La Commission n'y a plus de rôle de proposition, elle gère les accords européens multilatéraux. Principalement ceux d'harmonisation du marché intérieur, lequel marché ne concerne plus que les produits et services que les états n'ont pas voulu produire directement (les états ont reconquis le droit de produire les services publics de leur choix). Le Parlement européen a été fusionné avec l'assemblée du Conseil de l'Europe.  Lequel Conseil de l'Europe est devenu plus actif et représente le continent européen aux Nations-Unies, parallèlement aux états membres. La Turquie et la Russie en sont membres, de même qu'Israël et la Palestine. La France a offert sa protection nucléaire à l'Allemagne. Les européens continuent de vouloir réduire un déficit démocratique, mais il s'agit du seul qui vaille : celui qui donne une voix prépondérante aux 20% les plus riches de la planète.


2. Un monde prospère

Une réforme du système monétaire international contraint les pays dont la balance des paiements est excédentaire à réévaluer leur monnaie, de même que les états en déficit doivent dévaluer (reprise du plan Keynes de Bretton Woods). Le FMI se charge de surveiller la correspondance entre les évolutions des changes et celle des balances commerciales. L'OMC, pour sa part, applique une surtaxe douanière à l'importation pour les biens produits dans des pays où des normes sociales minimales ne sont pas appliquées. Le coût des systèmes éducatifs des PMA est pris en charge par une taxe sur les transactions financières.


3. La France

La France a retrouvé le droit de faire des erreurs de politique économique (mais aussi de mener des politiques intelligentes) en réadoptant comme monnaie le franc français. L'opération s'est déroulée parfaitement pour la plus grande satisfaction des citoyens. Après une dévaluation initiale d'une vingtaine de pourcent, l'adoption d'une politique raisonnable de taux d'intérêt a permis de renouer avec la croissance. Arnaud Montebourg est devenu président de la République en 2018. Il a accepté de se présenter pour mettre en place les institutions de la VIIème république (au cours du bref épisode 2012-2017, Nicolas Sarkozy, avant de devenir Président à vie du Conseil européen, avait fait adopter une constitution pour la VIème république. L'article unique était ainsi rédigé : « Le président de la République française est nommé pour cinq ans par le Président du Conseil européen. Son mandat est révocable par SMS. ») La révolution de 2018, qui a abouti à l'abrogation du Traité de Rome, a permis de revenir à un système où le Président ne se charge que des nominations, qui doivent être confirmées par les assemblées. Le pouvoir au quotidien est exercé par le Premier ministre.


4. La dynamique francophone

A l'heure d'internet, la langue revêt une importance accrue. Forte de 200 à 300 millions de locuteurs, la francophonie s'est dotée d'un contenu politique individuel. Le droit d'aller et venir sur le territoire des états francophones a été reconnu réciproquement par tous les états membres - pour limiter les mouvements erratiques de population, un nombre maximum de personnes accueillies simultanément dans un pays a été fixé, à un niveau élevé. La France a passé des accords d'échange préférentiels avec les pays adhérents. Ces accords sont d'autant plus avantageux que les pays qui en bénéficient ont un fonctionnement démocratique. La francophonie n'est pas le critère unique de la politique étrangère française. Il reste de l'expérience désastreuse de l'Union européenne un principe de libre installation pour les ressortissants de l'Europe des douze. Malgré le retrait de la France de l'OTAN, les Etats-Unis conservent avec la France des relations fondées sur la confiance.

 

*

Il faudrait raffiner, préciser l'exercice. Je crois nécessaire de garder trois points en tête : 1. L'Union européenne n'est pas une ouverture sur l'international, c'est une clôture des pays blancs chrétiens sur eux-même ; 2. l'Union européenne n'est pas une nécessité, c'est un fardeau doublé d'un carcan ; 3. Refuser l'Union européenne n'est pas synonyme de fermeture de la France sur elle-même.


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 06/10/2008 15:57

Merci Frédéric. Valéry a l'air de croire que l'Union européenne marche et qu'elle permet et met en oeuvre des politiques progressistes, à partir de là, je n'accorde qu'un crédit limité à ses jugements...

delorca 06/10/2008 15:26

Le retour à la souveraineté nationale ne signifie pas l'égoïsme s'il se fait sur des bases socialistes (comme par exemple au Vénézuela) - voir la dessus mon petit livre "Programme pour une gauche française décomplexée" publié en 2007 (un peu de pub ne fait pas de mal). On voit bien qu'ici la question des rapports de classe (et donc la question de savoir "si c'est de gauche ou de droite") est un paramètre important dans la définition du projet

valéry 06/10/2008 14:05

Don  en fait ton projet c'est de fermer tout ce qui fonctionne aujourd'hui en Europe et de le remplacer par ce machin un peu inutile qu'est le Conseil de l'Europe (à part bien sur la CEDH qui est une institution de type quasi-fédéral), d'autant plus que la participation de la russie poutienne à cette organisation supposée rassembler des démocraties en accentue l'absurdité.Retour au franc, cavalier seul français, un retour au bon vieux temps des Etats-nations qui font ce qu'ils veulent et emmerdent souverainement le reste du monde. Un projet réactionnaire et nationaliste en somme.

edgar 06/10/2008 13:32

@ Pierre : mon désir d'Europe est assez faible. Aire de concertation, pourquoi pas. L'Europe a le droit d'exister au même titre que l'Auvergne ou l'Amérique centrale. L'Union européenne a un intérêt à peu près nul. Il est vrai que le bashing est fatiguant, mais il n'y a tout de même pas grand chose à acclamer dans l'actualité politique aujourd'hui, quand 95% des partis modérés défendent l'idéeu européenne qui nous mène à une lente ruine.SAv : guère plus utopiste que de vouloir un état européen unifié de Riga à Lisbonne.

David C. 05/10/2008 19:03

Bonjour,Cheminade l'avait dit! Aujourd'hui écoutez Cheminade!Je me permet de vous joindre le dernier article de Jacques Cheminade, le seul homme politique français, à avoir fait campagne pour un nouveau bretton woods depuis des années auprès des dirigeant de notre pays. Depuis quelques jours J. Cheminade déclare aussi:"Nous avons fait le bon diagnostic, en regardant la réalité en face l’hiver dernier. Maintenant, soutenez avec nous ces mesures : c’est le médecin qui fait le bon diagnostic qui rédige la meilleure ordonnance."David C.id C.

olyvier 05/10/2008 18:40

F.DJe vous dois, ici, un article, sa structure est prête, mais je dois me consacrer à ma famille aujourd'hui et demain. Vous me faites tous un peu peur également, vu le niveau de ce blog... le trac quoi.Je partage tout à fait votre sentiment, ou votre analyse de l'Islam. J'ajouterais que si cet enveloppement est la force de cette religion, c'est aussi la fragilité des musulmans, chavirés d'amour de l'autre jusqu'à en être parfois friables.Nos "européens" sont également très enveloppants, eux qui nous assurent de leur amour quand nous leur concédons au moins une certaine idée de l'Europe... lol.

delorca 05/10/2008 17:46

Pour revenir aux propositions d'Edgar, on peut aussi envisager : "Pour enrayer leur déclin économique, tous les membres du Conseil de l'Europe, après sa dissolution, ont décidé d'adhérer à l'Organisation de coopération de Shanghaï, laquelle a été rebaptisée "Conseil de l'Eurasie" "...

delorca 05/10/2008 17:24

Je me permets de citer quelques lignes que j'ai écrites en avril à propos d'un mien ami marocain :"Rachid m'offre un kir, deux kirs, trois kirs. Lui et ses amis - arabes eux aussi - insistent même pour que je reste avec eux manger de la paella. J'ai du mal à refuser. Je tiens bon ; "je dois écrire ce soir" dis-je. "Ecrire, écrire, me dit Rachid, mais pense aussi à la page blanche. Faut-il écrire ? Faut-il parler ?" Je songe à sa croyance en Dieu - elle va avec le fait qu'il ne veut pas écrire, qu'il ne s'isole pas pour écrire comme je le fais - au fait qu'il est dans la vie, dans la chair du monde, dans ce quartier, à des heures indues, à manger des paellas avec les autres. Son Dieu a quelque chose à voir avec ça, avec cet être en commun, l'oumma. C'est pourquoi Il est imperméable à Nietzsche, aux critiques, et compatible avec tout, et pourtant "avant et après tout". Je lui en parle d'ailleurs. Je le provoque en lui citant des travaux de Lichtenberg selon lesquels le Coran, loin d'être l'oeuvre d'un analphabète inspiré par Dieu, serait la reprise de vers chrétiens araméens de Syrie - selon cette hypothèse les "huri" (vierges du paradis d'Allah) seraient une mauvaise traduction du mot qui signifie "grappe de raisin" en araméen. Mais cela ne le choque pas : "l'Islam c'est la synthèse du christianisme, du judaïsme, tout ça c'est la même chose, on a les mêmes prophètes". L'Islam grande synthèse. Je m'y attendais un peu - pas complètement quand même. Tout y converge et tout s'y mêle parce que c'est la religion de la communauté, la religion universelle. Pas la religion de l'Empire, comme le christianisme. Celle de Tous, et celle de Tout.Peut-être, si j'étais resté manger la paella avec eux, m'auraient-ils finalement converti. Je suis quand même rentré vers 23 h 15. De toute façon, je lui dois trois verres maintenant. " (http://delorca.over-blog.com/article-18696883.html)Ce n'est pas pour le plaisir de me citer, mais parec qu'il semble que vous avez touché du doigt dans votre conversation avec ce Kurde ce que j'ai éprouvé avec un Marocain trois mois plus tôt et qu eje suis enclin à appeler la "force matricielle de l'Islam" (car en arabe le mot qui désigne la Miséricorde de Dieu a la même racine que celui qui désigne la matrice). Il y a un côté très enveloppant dans l'Islam (ou, disons, dans le discours que produisent à son sujet ses adeptes, au moins les plus déshérités, ou les plus impressionnants), qui est comparable à l'amour maternel. C'est ce qui fait la force étonnante de cette religion.On attend que vous publiez un article sur le Kurdistan !

sav 05/10/2008 17:21

Je suis tenté par votre programme économique, qui semble cependant un peu utopiste.

olyvier 05/10/2008 14:23

Cela me rappelle un ami kurde qui prit longtemps le temps d''interroger mon rapport à la religion.Deux heures à tenter de me convaincre de devenir musulman... pour finir ainsi :"I love you. You are muslim, but you don't know it. We'll go to heaven together".Il m'est arrivé de rêver d'un autre paradis avec lui, mais il a fait semblant de ne rien en savoir.