La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Jean Leca ; "L'empire contre attaque", Une autre vision de l'Union européenne

Un papier d'une dizaine de pages, très dense et intéressant, signé Jean Leca, professeur de Sciences politiques à Sciences Po.

Autour des idées de Jan Zielonka, auteur de "Europe as Empire, the nature of the enlarged European union", Jean Leca présente des réflexions de politistes qui constatent que l'Union européenne est quelque chose, mais pas ce qu'elle croit, ou prétend être : un Etat classique en devenir. Zelonka voit l'Union comme un Empire, un pouvoir exerçant une autorité relâchée et circonscrite sur des états qui resteraient essentiellement souverains.

Je ne discuterai pas le papier, qui aborde de façon très pointue les théories d'au moins une dizaine de politistes contemporains sur l'Europe. Juste un passage qui m'a bien plu :

D’excellents, et logiques, esprits (Deirdre Curtin, Neil Walker, Johan P. Olsen) font remarquer que la fragmentation et la diffusion du pouvoir sont un signe de "régression démocratique", que rendre des comptes pose un sérieux problème dans un contexte institutionnel encombré où les chaînes de responsabilité sont confuses (une remarque faite déjà par
Max Weber en 1917 dans Government and Parliament in an Age of Reconstruction), que l’engagement et la participation des citoyens sont difficiles dans une polité à grande échelle et à plusieurs niveaux, dépourvue de régime représentatif...


Et pour les curieux et pressés, la critique du Guardian sur le livre de Zelonka.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

FrédéricLN 04/10/2008 20:28

Déjà merci d'avoir signalé ce papier - je suis un fan de Jean Leca - more news après l'avoir lu !

Gus 02/10/2008 18:27

Je faisais alusion au "mille-feuilles administratif" français. comment peut-on expliquer que par exemple dans un collège, les personnels enseignants soient gérés par un Rectorat (mais leurs services par une inspection académique=, sauf les enseignants de Segpa entièrement gérés gérés en inspection académique, mais le chef d'établissement nommé par un inspecteur départemental, qui n'est de toute façon pas le supérieur de l'enseignant (c'est l'inspecteur régional de spécialité), et enfin que les personnels de service soient gérés au département.

edgar 02/10/2008 14:35

Sur ce point je suis profondément en désaccord. Ce n'est pas pour rien que l'on dénonce la présidentialisation du système français. Détail amusant : apparemment les comptes de l'Union n'ont pas encore pu être certifiés, malgré l'engagement de Barroso.

Gus 02/10/2008 12:39

"font remarquer que la fragmentation et la diffusion du pouvoir sont un signe de "régression démocratique", que rendre des comptes pose un sérieux problème dans un contexte institutionnel encombré où les chaînes de responsabilité sont confuses"L'argument porte, mais il s'applique bien plus aux institutions nationales françaises qu'à l'Europe proprement dite.