La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

François Bayrou

4 février 2008  http://www.mouvementdemocrate.fr

Traité européen de Lisbonne, François Bayrou: "Je voterai oui, sans enthousiasme"


31/08/08 The Associated Press

François Bayrou votera la poursuite de l'intervention française en Afghanistan


6/9/2008  Le Post.fr

"Mon calcul politique, c'est la radicalité", a expliqué François Bayrou

 

...

 

Heureusement que François Bayrou ne s'affirme pas modéré, ça risquerait d'être très fade...


J'en vois des qui ricanent chez mes amis sociaux-démolibéraux, il leur suffira, pour reprendre leur souffle, de constater que Moscovici, et beaucoup d'autres auront voté ou voteront comme Bayrou sur ces deux votes qui devraient être clivants (la droite côté colonialisme/néolibéralisme européen, la gauche du côté d'un monde équitable et d'un internationalisme réel).

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Gus 16/09/2008 07:51

Bayrou a un réel créneau pour incarner à gauche cette radicalité limitée au discours qui n'existe que dans un total détachement des faits qui est déjà incarnée à droite par Nicolas Sarkozy. Radicalité limitée qui a le mérite de ne rien remettre en question de l'ordre établi, des niches des uns et des autres, des prés carrés. Et l'on sait à quel point la défense du pré carré importe à une certaine gauche actuellement en manque de leader nos dit-on.Plutôt que de taper sur Bayrou, on peut à gauche (cette gauche qui n'érige pas la défense des acquis institutionnels en préalable à toute négociation) se contenter de constater qu'il faudra bien un jour ou un autre se débrasser des hypocrites passant leur temps à nier l'intérêt de s'intéresser aux faits, aux réalités, aux règles et aux textes pour promouvoir la très chrétienne utopie en programme de gouvernement : "nous vous intéressez pas aux réalités de ce monde, vous serez les premiers au paradis".Sinon, on peut effectivement s'interroger : quelle pourrait être la position de l'UE (ou de François Bayrou) face à ce pays qui a érigé la violation permanente des droits de l'homme en méthode de gouvernement qu'est l'Arabie Saoudite ? Faut-il se souvenir qu'à ce jour, le droit civil iranien est plus tolérant que le droit civil saoudien ?Mais encore une fois, selon moi, mieux vaut, à gauche, soutenir François Bayrou : lui seul (avec le traître Borloo, désormais trop connoté) peut fédérer les "radicaux" valoisiens et de gauche et cette fraction bourgeoise du PS : strauss-kahniens, rocardiens, deloristes et socio-démocrates. Et comment se débarasser à gauche de ces conservateurs sans leur donner leur cher Kaiser ?

valery 16/09/2008 07:39

Il est plutôt rassurant de constater que la gauche démocratique partage ces points de vue. Un parti de gouvernement responsable ne peut que souhaiter en effet améliorer le fonctionnement de l'Union européenne, ce que fait le traité de Lisbonne, ou combattre le terrorisme. Si Bayrou est ok, alors tant mieux.

Laurent_K 14/09/2008 02:17

Je suis d'accord sur l'Afghanistan. Il faut rester. C'est le moindre de maux.Sur l'Europe, par contre, je ne suis plus. J'ai suivi lors du référendum de Maastricht. J'étais prêt à me battre pour le oui en 2005... jusqu'à ce que je lise le texte et trouve notamment la référence sur le droit de pétition présenté par Bayrou comme un progrès.Comment peut-il prétendre soutenir une Europe plus démocratique alors que celle-ci s'enfonce jour après jour dans la tyrannie ?Les Français et les Hollandais ont voté non ? On ne leur demandera plus leur avis lorsqu'on repassera le même plat deux ans plus tard. Ces salauds d'Irlandais ont voté non ? Ils revoteront jusqu'à ce qu'ils disent oui !

FrédéricLN 13/09/2008 18:23

Bonsoir,Je viens prendre tous les risques en défendant ces choix de François Bayrou, que je partage, l'un et l'autre sans enthousiasme.On peut vouloir une Europe plus démocratique, plus sociale, moins juridiste contre les services publics et plus exigeante face aux monopoles privés, qui rende aux pays la gestion de leurs territoires (par exemple la politique agricole), vouloir que le peuple soit consulté sur une Constitution ou son remake, et trouver que le traité de Lisbonne vaut mieux que le traité de Nice, que les institutions européennes s'en porteront mieux. C'est (ce dernier point) l'argument constant de François Bayrou, déjà lors de la campagne référendaire, et maintenant.On peut vouloir un Afghanistan indépendant et débarrassé des armées étrangères, espérer une autre stratégie, plus efficace et (car) plus respectueuse des réalités, pour les Nations Unies dans ce pays et contre al Qaïda - et constater que nous n'avons pas encore cette autre stratégie prête, si bien qu'un retrait immédiat aurait l'effet inverse de celui escompté, il livrerait l'Afghanistan à al Qaida et à ses "combattants étrangers".On peut, je crois, être radical dans ses valeurs et ses exigences, et radical aussi dans la prise en compte de la réalité tel qu'elle est (du moins, telle qu'on la perçoit).J'admets volontiers que c'est difficile,parfois de l'équilibrisme - mais pour moi, ça fait la différence entre un homme d'État qui a une vision pour la France et le monde, ce que j'espère de François Bayrou, et un démagogue prêt à sauter sur toute occasion pour critiquer les pouvoirs en place, ce dont il est bien souvent accusé depuis des années.Voilà… la fête de l'Huma, j'ai dû y aller en 93, pas depuis. J'y retournerais bien, mais là, y a du taf ! 

Laurent_K 13/09/2008 13:57

Bayrou a raison avec le dernier titre: il est radical dans ses choix. Le choix de voter le traité de Lisbonne est radical.

edgar 13/09/2008 13:57

Tu as raison pour la gauche. Mais depuis les années 60 elle était anticolonialiste.Pour la fête de l'huma, ça ne sera pas pour cette fois, mais il faudrait quand même que je me décide à y mettre les pieds...

olyvier 13/09/2008 10:17

Je ne partage pas ton clivage ('la gauche du côté d'un monde équitable").Dupont-Aignan est contre l'intervention en Afghanistan.Historiquement, le colonialisme fut aussi une grande affaire de gauche...Cela ne m'empêche pas de partir de ce pas à la fête de l'Huma. On t'y retrouve ?