La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Antisémitisme

...aussi longtemps que l'antisémitisme sera considéré comme une sinistre aberration, presque comme un crime, tout individu suffisamment éduqué pour en avoir entendu le nom prétendra être exempt de la chose. En conséquence, les livres sur l'antisémitisme tendent à devenir des exercices pour enlever les pailles qui sont dans l'oeil du voisin [...]

Pour une bonne part, ce qui cloche dans l'approche de M. Sartre est indiqué dans le titre même de son livre [en anglais, portrait of the Antisemite] "L'antisémite," semble-t-il constamment impliquer, est toujours le même type d'individu, reconnaissable au premier coup d'oeil, et, si l'on peut dire, perpétuellement à l'oeuvre. En fait, si l'on se donne le moins du monde la peine d'étudier la question, on verra aussitôt que l'antisémitisme est largement répandu, qu'il n'est limité à aucune classe en particulier, et surtout qu'à l'exception de quelques cas extrêmes, il est presque toujours intermittent.

Mais ces divers faits ne sauraient s'accorder avec la vision atomisée de la société qu'a M. Sartre. Il irait presque jusqu'à nier qu'il pû exister des êtres humains tout court, car pour lui il ne saurait y avoir que des catégories abstraites, telles que "l'Ouvrier" ou "le Bourgeois", classifiables exactement comme différentes espèces d'insectes. "Le Juif" n'est plus alors qu'une de ces variétés d'insectes, et l'on pourrait, semble-t-il, le reconnaître à son apparence même [...] On voit bien que cette vue est elle-même dangereusement proche de l'antisémitisme. En fait, tous les préjugés raciaux relèvent de la névrose, et il est peu probable qu'on puisse les accroître ou les diminuer par une argumentation quelconque. Une chose est certaine, le plus clair effet qu'ont les livres de cette sorte (dans la mesure où ils ont un quelconque effet)  est probablement de rendre l'antisémitisme plus répandu qu'avant. Si l'on voulait étudier sérieusement l'antisémitisme, le premier pas serait de cesser de le considérer comme un crime. Et en attendant, le moins on parlera "du" Juif ou de l'Antisémite, comme s'il s'agissait de créatures étrangères à notre espèce, le mieux ça vaudra !


Georges Orwell, cité par Simon Leys, in "Georges Orwell ou l'horreur de la politique".

J'ai pensé à cette citation lorsque j'ai vu que Laurent Jofrin, pour défendre Val contre Siné,  évoquait la "race juive"... Il y a des flaques dans lesquelles il ne faut pas marcher.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

olyvier 02/09/2008 17:02

SAV : Je remarque aussi que G.O utilisait et dénonçait, dans le texte proposé, un "singulier" réducteur.Pour le reste, vous avez bien raison de n'être ni pro ceci, ni anti cela (même si parfois on l'est sans s'en rendre compte).bien à vous, et merci de votre vigilance.

sav 02/09/2008 16:47

olyvierJ'avoue que j'ai un peu de mal à comprendre... Peut-être parce que ma femme est juive de par ses origines... Et qu'elle n'éprouve pas le moindre sentiment d'appartenance identitaire, tout au plus une légère sensibilité culturelle, et encore... Je suis bien davantage qu'elle révolté par l'antisémitisme qui me fait réagir au quart de tour.Pour le reste, d'accord avec vos propos sur la République. Quoique au niveau du positionnement je ne sois ni pro Siné, ni pro Val, ni pro Palestine ni pro Israel, ni nonniste ni eurobéat quoique ouiiste.

olyvier 02/09/2008 15:54

SAV : Je pensais bien que ça viendrait... et vous n'avez pas tort de souligner que j'ai écrit exactement comme ce que dénonçait G.OSauf que "les juifs" ça existe. Même si personne ne peut être réduit à sa religion, à son origine, ou à un sentiment national, on ne peut tout de même pas dire qu'être "du côté des juifs" ça n'aurait aucun sens.donc ma réponse :"les juifs", oui c'est bien une entité. mais cette entité n'est pas totalisante pour autant. cette entité n'épuise pas l'infini des modalités d'un être juifs (pluriel volontaire et non coquille).by the way, SAV, j'ai aussi écrit autre chose, sur la République. Je veux dire : on peut reprendre une expression, une contradiction, mais que ça n'empêche pas de se situer en regard d'un propos.

sav 02/09/2008 15:15

Olyvier, vous êtes, du coté "des juifs"? Parce qu'il y aurait une entité qui s'appellerait "les juifs"? Je crois que c'est exactement ce genre de propos que dénoçait l'ami Georges.

olyvier 02/09/2008 10:52

S'il faut choisir, s'il faut choisir absolument je suis du côté des juifs et d'Israel... et contre les gauchistes et Siné.Mais comme toi, je demande à ne pas avoir forcément à choisir, et que ce choix ne me réduise pas à quelque chose de l'ordre de l'alliance ou du clash.Je crois que c'est cette possibilité maintenue (être d'un camp, sans être réduit à ce camp) qui signe (ou non) la République.(je pense à un de tes lecteurs qui se présente comme modéré, euro-moderne, kouchnéro-moscoviciste, et ce lecteur, à mes yeux, par ses réponses, ses attaques, sa prévisibilité absolue et sans concession aucune, représente la figure exacte du fanatique, version stal ou franquiste, l'étiquette a changé, pas la bouteille)

edgar 02/09/2008 10:22

c'est vrai, et je suis souvent désolé de me trouver prévisible : pour les russes (du moins contre une réaction violente à leur égard), pour que les palestiniens aient droit à un Etat et à la moitié de Jérusalem, contre l'Union européenne...En gros, j'ai le profil du gauchiste moyen.Mais je trouve que les arracheurs d'OGM récidivistes ont leur place toute trouvée, en prison, que la citation de Siné puait à plein nez, que Poutine est, comme l'affirmait Alain Joxe, un "criminel de guerre",...S'il faut choisir, je suis dans le camp des "gauchistes". Mais j'essaie de ne pas être un militant. C'est la lutte politique qui amène aux simplifications.

olyvier 02/09/2008 09:15

Non, ce n'est pas ce que je voulais dire. Mon effarement vient de ce que le rapport (proclamé) à la communauté juive recoupe quasi systématiquement (et c'est ce "système" qui est inquiétant) le rapport aux grandes questions politiques et économiques.Si tu es du côté de Val, tu es aussi contre les Russes, pour le libéralisme, Delanoé et Joffrin (et tu votes oui).Si tu es du côté de Siné, tu es post-co, tu dis qu'un autre monde est possible, tu votes NON, tu penches pour le NPA etcQu'il n'y ait pas de "jeu", de possibilité d'être hors les lignes, qu'il faille choisir absolument son camp, cela fait plus que me désoler : ça m'inquiète.

edgar 01/09/2008 22:19

tu finis par te demander si l'Europe ce serait pas plus réaliste finalement ?tous les jours je me le demande, tous les jours je réponds non !

olyvier 01/09/2008 17:00

Finalement, je reprends mon joker.Ce qui m'embete le plus dans cette histoire Siné - Val, ce n'est pas qu'il y ait eu un dérapage antisémite, ou un dérapage dans la dénonciation de l'antisémitisme de l'autre.Ce qui m'ennuie, c'est que cette ligne,(celle départageant les pro Siné et les partisan de Val), a pratiquement épousé le reste du front (reformistes moderne européens, humanistes ouverts, contre gauche révolutionnaire et celle qui nous dit toujours que si tous les gars du monde se donnaient la main...).C'est très embêtant ça.

olyvier 01/09/2008 15:33

Je peux utilisez mon Joker ?