La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Comment la concurrence en matière de santé coûte plus cher que la gestion publique directe

C'est ce matin dans le New York Times, sous la plume de Paul Krugman :

[...] The story really begins in 2003, when the Bush administration rammed the Medicare Modernization Act through Congress, literally in the dead of night. That bill established large de facto subsidies for Medicare Advantage plans — plans in which Medicare funds are funneled through private insurance companies, rather than directly paying for care.

Since then, enrollment in these plans has been growing rapidly. This has had a destructive effect on Medicare’s finances: the fastest-growing type of Medicare Advantage plan, private fee-for-service, costs taxpayers 17 percent more per beneficiary than Medicare without the middleman. It also threatens to undermine Medicare’s universality, turning it into a system in which insurance companies cherry-pick healthier and more affluent older Americans, leaving the sicker and poorer behind.[...]


En gros, quand la sécu américaine (le filet de sécurité qu'est Medicare) a fait passer par des assureurs privés les remboursements aux patients, les coûts par patients ont augmenté de 17%. Que les républicains ont voulu déduire des reversements aux médecins, déduction qu'ont repoussée hier les démocrates.

C'est bien la saleté néolibérale dans toute sa splendeur, telle qu'à l'identique nous la promeut l'Union européenne : la concurrence à tous prix, y compris quand cela conduit à donner moins pour plus cher - en matière de santé, de retraite ou de transports publics.

Comme la réalité démontre de façon répétée que dans ces secteurs, les systèmes publics fonctionnent mieux et pour moins cher, on pourrait finalement renverser la proposition imbécile des média français : l'inculture économique ne touche pas tant nos concitoyens que nos élites pro-concurrence sans aucune réflexion ni modération.

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

en passant 18/07/2008 12:41

Les concitoyens percoivent, mais lorsqu'on appartient pas à une collectif, et reste seul dans son coin, la conscience est inefficace.

edgar 13/07/2008 10:10

ça finira bien par être perçu quelque part, le ras-le-bol de nos concitoyens...

Laurent_K 13/07/2008 05:12

Encore faudrait-il que la France en ait envie... Pour le moment, nos dirigeants, français ou européens,  élus ou pas, sont d'accords sur le hold-up.

edgar 12/07/2008 14:45

oui Laurent, mais l'Europe renforce cela, et empêche en France tout retour en arrière. Tout service public perdu aujourd'hui se heurtera à l'Europe si l'envie d'y revenir nous reprend en France.

Laurent_K 11/07/2008 19:01

Nos "élites" savent très bien pourquoi elle veulent cette mise en concurrence : pour s'en mettre plein les poches. Cette histoire de concurrence ne sert qu'à masquer un vol pur et simple des biens publics. Nous avons affaire à des gens vénaux et malhonnêtes. Et ce n'est pas propre à l'Europe. On retrouve ce mal en France comme aux Etat-unis.