La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

La directive santé est de retour, l'Europe sociale continue sa marche...

Et déjà ça promet.

Je suis évidemment incapable d'apprécier les enjeux de ce texte dans leur ensemble.

Néanmoins, ce que l'on peut déjà percevoir des intentions de la Commission n'est guère réjouissant. Le Financial Times rapporte ces extraits de la présentation du texte par nos bien-aimés fonctionnaires bruxellois :

Androulla Vassiliou, the EU’s top health official, presented the move as a way of controlling spiralling healthcare costs.

In an interview with the FT she said greater pooling of resources would help countries contain costs. She said governments should consider dropping some of the most expensive treatments in favour of sending patients abroad.

“Every country is very eager to spend money on everything because there is a demand from their citizens. Gradually they will realise they cannot have everything. It is better to specialise in certain things and rely on your neighbour for something else and vice versa. There will be this pooling together of expertise and knowledge.


[bon, je traduis avec l'aide de Google translate : "Androulla Vassiliou, la Commissaire européenne pour la santé publique, a présenté cette mesure comme un moyen de contrôler la spirale des dépenses de santé.

Dans un entretien avec le Financial Times elle affirme qu'une plus grande mise en commun des ressources doit aider les pays à contenir les coûts. Elle affirme que les gouvernements devraient envisager d'abandonner certains des plus coûteux traitements en faveur de l'envoi de patients à l'étranger.

Chaque pays est très désireux de dépenser de l'argent sur tout, parce qu'il ya une demande de ses citoyens, dit-elle. Peu à peu ils se rendent compte qu'ils ne peuvent pas tout avoir. Il est préférable de se spécialiser dans certaines choses et compter sur votre voisin pour quelque chose d'autre et vice versa. Ce sera une sorte de mise en commun des compétences et des connaissances."]


C'est complètement surréaliste ! Pour nos docteurs Folamour de la Commission, il faut donc que la France arrête de faire des soins dentaires pour laisser travailler la Hongrie qui fait ça si bien. Ou, de façon plus réaliste, que le Luxembourg cesse les soins anti-cancer pour se reposer sur Metz ou Sarrebourg - comme ça l'argent de la fraude fiscale pourra arrêter de financer de bêtes hopitaux.


Bien évidemment, comme l'Union prend les gens pour des imbéciles, Mme Vassiliou explique tout à la fois que cela est utile pour la régulation des soins en Europe mais également que très peu de gens auront recours au système (quand on ouvre une brèche dans les systèmes de protection publique, il faut toujours expliquer qu'elle est minime. Une fois que le bateau a coulé de toute façon c'est trop tard.)


Quelle belle ambition pour l'Europe que de faire du taylorisme médical. Quelle magnifique vision pour l'avenir que ces charters de malades se déplaçant pour contourner le délabrement de leur système de santé (50 parlementaires travaillistes viennent d'ailleurs de protester. S'ils ont voté la ratification, ça leur fera les pieds).



Voilà bien un système délirant. A comparer avec les paroles melliflues de M. Jérôme Vignon, directeur à la Commission européenne, en charge des systèmes de pension ; assurant, patelin, les participants à une convention du Modem que l'Europe sociale était pour demain (il a quand même avancé, à 6'40'', que l'Europe ne souffrait nullement de la mondialisation mais d'un excès de protection sociale. Seuls les sourds ne voudront pas entendre). Ca craint donc aussi beaucoup pour nos futures retraites.


Voilà qui devrait détourner bien des électeurs honnêtes de voter socialiste. Vous vous rappelez ?


C'est la même "gauche européenne" qui vient d'approuver la directive retour


Et le foutage de gueule continue au PS, puisque Moscovici écrit ceci, la semaine dernière (je sais, je l'ai déjà citée. Mais on ne se lasse pas des bonnes choses) :

Nous avons le devoir, au delà d'une redistribution plus juste, de réduire ces inégalités socio-culturelles à la racine, de promouvoir une égalité réelle par une politique active de services publics de qualité. Pour tout cela, une ambition européenne forte est indispensable, à l'heure où l'Union traverse une crise profonde...


Bref, l'Europe, beurk (et le PS avec).

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Gus 04/07/2008 13:10

"L'idée générale que les malades sont un coût devenu excessif est la même, qu'elle inspire la Commission ou qu'elle conduise Sarko à vouloir cesser des remboursements sur les maladies de longue durée. Et partout elle doit être combattue, sans en minimiser l'aspect cynique."C'est effectivement le plus grave, mais pour une fois, la Commission n'en est pas la cause : de récentes décisions en ce sens de la Cour Européenne des Droits de l'Homme que j'avais signalé sur Publius fournissent aux états-membres une excellente excuse pour interdire à la Commission de ne pas toujours et prioritairement considérer l'aspect économique de toutes les questions de santé.Vous avez l'habitude de ma manière de penser : je comprends tout à fait le raisonnement britannique qui dit que créer une cour des droits de l'homme ne sert à rien si rien ne garantit que cette Cour ne sera pas instrumentaliser pour niveler par la bas les garanties offertes en vertu des principes qu'elle est sensée défendre : et, dans lecas précis de la CDEDH, nous en sommes désormais là : la Commission Européenne est coincée A CAUSE de la CEDH et de son interprétation restrictive des droits de l'homme

edgar 04/07/2008 12:53

Salut M (au passage, qu'est-il arrivé au célèbre site Mélismes ?)en fait, au parlement européen, sur la directive retour, le "PS" allemand, le PS espagnol ont voté pour, le Labour s'est abstenu, les français ont voté contre.Donc on ne peut pas parler de PS européen sans se moquer du monde, donc il n'y a rien à attendre d'une éventuelle poussée de la gauche aux européennes de 2009, donc il faudra voter pour des partis affichant clairement leur intention de sortir de l'Union européenne, qui n'est pas réformable.

maup 04/07/2008 09:19

La meilleure médecine du monde, peut-être pas. Mais une des meilleures, tout de même, non?Moi je vois déjà une difficulté, ce sont les tarifs. Allez une fois vous faire soigner en Autriche, et vous serez surpris en recevant la note d'honoraires! Alors il paraît que ça se justifie, les étudiants en médecine autrichiens étant moins aidés par l'Etat, ils doivent donc mettre de leur poche, et répercutent cela sur leurs honoraires une fois à leur compte. Bref, si la sécu française veut prendre en charge les soins réalisés sur un Français en AUtriche... ça va pas contribuer à combler son célèbre trou!

M. / Melismes 04/07/2008 09:13

(J'avaispas trop suivi, ils ont vraiment approuvé la directive retour, les socialistes?)

edgar 04/07/2008 08:55

Peut-être. Mais je ne me réjouis pas de cette stratégie européenne de sape continue des systèmes de protection sociale.Que les britanniques soient ici les premiers concernés ne me réjouit pas. Et on trouvera bien un jour un fonctionnaire français qui expliquera que les malades longue durée n'ont qu'à aller se faire soigner à Vilnius.L'idée générale que les malades sont un coût devenu excessif est la même, qu'elle inspire la Commission ou qu'elle conduise Sarko à vouloir cesser des remboursements sur les maladies de longue durée. Et partout elle doit être combattue, sans en minimiser l'aspect cynique.

Gus 04/07/2008 07:25

Il me semble que la Commission Européenne avait officiellement re-ouvert le dossier mi-2006 malgré l'opposition isolée de la France. Ceci dit, il s'agit surtout de permettre aux français se faisant soigner à l'étranger d'être remboursés comme s'ils se faisaient soigner en France. Et puisque nous avons comme chacun sait la meilleure médecine du monde..