La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

Les envahisseurs

Premier jour de la Présidence française de l'Union européenne aujourd'hui.

Aucune raison particulière de se réjouir, à l'heure où les français doutent de l'efficacité de l'Union et voteraient très vraisemblablement Non à un autre référendum.

Un
sondage BVA pour l'excellent site (de propagande) Toute l'Europe donne d'ailleurs des résultats éloquents :

"Un tiers des Français (33%) perçoit la construction européenne comme une source de crainte, un autre tiers comme une source d'espoir (30 %), un dernier tiers ne se prononce pas (37%). [...] il y a cinq ans, 61 % des Français disaient percevoir la construction européenne comme une source d'espoir."

L'Eurobaromètre de juin donnait aussi des résultats globalement négatifs :

 "au printemps 2008, leur attachement à l’UE recule, alors que depuis deux ans on observait le mouvement inverse. La moitié (48 %) des Français interrogés considère que l’appartenance de la France à l’Union est une bonne chose (contre 60 % mi -2007). Un tiers pense que ce n’est ni un bonne, ni une mauvaise chose et 17 % une mauvaise chose."

Et, à l'heure où Nicolas Sarkozy entame son chemin de croix européen prend la présidence de l'Union, son discours d'hier consistait à expliquer que l'Europe est très utile. Il n'empêche que le programme de Sarkozy va consister principalement à quémander des baisses de TVA (dont l'arlésienne de la TVA sur la restauration), toutes mesures qui, sans l'Union européenne, peuvent se prendre en 5 minutes montre en main. A l'échelle européenne 5 années y suffisent à peine.

Bref, la tour eiffel bleutée dont le ciel de Paris est affublé depuis hier soir, risque fort d'apparaître, jour après jour, comme un symbole malvenu d'une Europe qui tend surtout à vouloir occuper l'espace sans se donner le temps de réfléchir à son utilité.


Photo Y. Caradec.
Licence Creative Commons : L'utilisation de cette image est libre
Sa publication ici n'entraîne en aucun cas approbation du contenu de l'article
par l'auteur. Galerie photo






Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

edgar 08/07/2008 01:15

Oui. C'est ce que j'appelle le "hold up". Il y a un jour où ils ont décidé que la souveraineté française avait disparu pour laisser place à une souveraineté européenne qui ne demande qu'à s'exprimer.C'est au nom de cette souveraineté européenne qui serait déjà acquise qu'ils demandent l'adoption du TCE par un vote dans toute l'Europe, dans lequel les voix ne seraient plus comptées au niveau national (version extrémiste) ou seraient comptabilisées par une agrégation de résultats par pays (version plus soft).Les deux versions sont pareillement illégitimes à mes yeux. 

Frédéric 07/07/2008 10:21

J'ai le sentiment que les européistes sont si convaincus que les souveraineté nationales sont dépassées qu'ils traitent le "non" français de 2006 comme une sorte de sécessionisme à la manioère de la Padanie. Plus ou moins consciemment (mais cela transparaît bien dans leur discours conscient), ils se disent que la France est un pays riche, notamment riche de ces politiques sociales, de son système de santé (une "Union soviétique de luxe" disait The Economist) et qu'à ce titre il est normal qu'elle veuille faire sécession, comme la Padanie veut quitter l'Italie parce qu'elle est plus riche (en valeur ajoutée) que le Sud. Mais à leurs yeux un principe premier d'unité légitime qu'on ignore le "non" français à l'Europe, comme aux yeux des Italiens est inacceptable le "non" padanien à l'Italie. Nous somes devenus les padaniens de l'Europe...

Geabulek 04/07/2008 14:58

Juste histoire de pinailler : je doute fortement que l'image soit libre vu que l'éclairage de la tour Eiffeil doit être protégée par les droits d'auteur...

Gus 02/07/2008 18:01

Quand on pense qu'il suffirait de rien ou presque pour créer par exemple un service public européen de santé. Ou un droit européen du mariage ou du divorce. Ou une école primaire européenne. Ou une fusion des corps de police européens. Mais non : ce serait trop simple.

edgar 02/07/2008 14:34

salut Thibault. Je crois que si le projet européen apportait concrètement quelque chose, les français s'en rendraient compte.

Thibault 02/07/2008 11:18

C'est sûr que les 6 mois de présidence française vont être compliqués avec le non irlandais au référendum et la reculade polonaise.L'Europe est actuellement un sujet de craintes et non un projet d'espoir. Le projet européen doit être rendu concret pour les citoyens, pour qu'ils voient réellement ce que l'Europe apporte.

Gus 02/07/2008 08:03

Il y a quand même quelques faits objectifs. Par exemple, personne ne me semble douter de l'impact de la directive Bolkestein, impact dont l'ampleur avait d'ailleurs été prédit bien avant l'irruption dy thème dans la campagne référendaire française en particulier. Je suppose également que le soutien certes tardif, mais néanmoins massif obtenu au parlement européen sur les brevets logiciels témoigne d'une foi certes tardive en la motivation de la société civile, mais dont l'apparition rapide témoigne ceratainement de l'existence fort antérieure de doutes jusqu'alors silencieux chez les parlementaires, ainsi que d'une parfaite conscience du rôle de sous-marin appointé de certains intérêts que jouent certains des leurs, notamment dans le domaine de la propriété intellectuelle.Autrement dit, pour paraphraser Jouyet, de puissants intérêts anti-européens sont à l'oeuvre au coeur de l'Europe même. Ce qui, j'espère, sera pris en compte dans la constitution des listes pour les européennes, puis dans les candidatures proposées aux postes de Commissaires Européens qui suivront.

edgar 01/07/2008 22:19

c'est à dire que l'espoir fait vivre, mais jusqu'à un certain point seulement...

Gus 01/07/2008 20:13

"il
y a cinq ans, 61 % des Français disaient percevoir la construction européenne comme une source d'espoir"Qui s'interrogera sur ce qui a bien pu se passer depuis 5 ans pour qu'on en arrive là ? Je veux dire, Etienne Chouard, le complot noniste et l'abrutissement notoire de l'électorat européen sont-elles des explications satifsaisantes ?

edgar 01/07/2008 17:41

Qu'importe les motivations de Sarko. Si l'Europe n'est utile qu'à raconter n'importe quoi aux électeurs, il faut en finir.