La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

C'est sûr, l'environnement c'est nul

Copie d'un article de Témoignages, la Réunion :

"Surprenant...

Les Régions tenues de supprimer leurs aides en faveur de la performance énergétique dans le logement

La note de veille de septembre 2007 de l’Union sociale de l’habitat (USH) rappelle que la Commission européenne contraint progressivement toutes les Régions ayant introduit des mesures en faveur de la performance énergétique dans le logement à les retirer de leurs programmes régionaux. L’USH donne l’exemple de la Région Bourgogne : « Les services de la Direction générale de la politique régionale (DG Regio) s’appuient sur une lecture restrictive du règlement Feder (1) pour justifier de cette inéligibilité ».

LE Feder pourra ainsi intervenir en faveur de la performance énergétique des bâtiments à l’exclusion des bâtiments à usage d’habitation. Un arbitrage dénoncé par Paul-Louis Marty, Président du Cecodhas (2) , dans une lettre adressée aux commissaires en charge de la Politique régionale et de la Politique énergétique.

(1) La mission du Feder est de contribuer financièrement au renforcement de la cohésion économique, sociale et territoriale en réduisant les disparités régionales et en soutenant le développement et l’ajustement structurel des économies régionales.

(2) Comité européen de coordination de l’habitat social (Cecodhas). Ses membres gèrent près de 25 millions de logements locatifs sociaux dans l’Union Européenne et ont construit environ 10 millions de logements en accession sociale à la propriété."


Est-il besoin de commenter ?




Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

Gus 19/06/2008 06:18

L'équipe Kroes/Mandelson/McCreevy/Reeding dont nous avons été dotés avec Barroso est effectivement fanatiquement "libérale" au sens péjoratif du terme, c'est à dire, toute soumise à ces femeuses théories politiques pro-capital suffisamment simples pour être accessibles aux jeunes sots de seize ans fils de bourges. Mais, ici comme avec EUCD, et au sortir de la commission Prodi qui, sous des dehors plus amènes, ne différait guère dans ses objectifs, il pouvait sembler plus rentable d'un point de vue politique de laisser filer ces individus au pedigree suffisamment classique pour qu'on puisse présumer des limites de leur imagination en espérant que les ravages que provoqueraient leur action aideraient les citoyens européens à prendre conscience du piège dans lequel l'administration européenne emmenait l'Europe.

edgar 18/06/2008 10:17

Maup : je ne sais pas ce qui pique les fonctionnaires de la Commission. Un promoteur privé constructeur de HQE qui craint la concurrence publique ?Gus : de façon assez systématique la Commission concilie en donnant prime au marché "libre", ils ne donnent pas l'impression de se faire des noeuds au cerveau pour concilier cet objectif avec quoi que ce soit d'autre.

Gus 18/06/2008 08:17

La tendance de fond européenne tend à vouloir nettement réduire la possibilité pour les collectivités locales de jouer des rôles d'acteur économique : que ce soit par le biais de services publics locaux, comme le savent fort bien les associations d'élus ou même par le biais de subventions directes.FEDER va à l'exact inverse de cette logique mais joue un rôle au moins aussi important :permettre l'adaptation de l'europe aux conséquences de la mondialisation de l'économie, dont quelques-unes des conséquences sont la destruction de filières économiques locales que les pouvoirs publics ont, au sens de nombreux économistes libéraux authentique comme Krugman, mission d'accompagner dans la mutation. Or, cet "accompagnement" consiste souvent en le versement plus ou moins direct de subventions d'aide au changement d'activité qui peuvent facilement passer pour des distorsions de concurrence sur le marché intérieur.Dit en termes plus concis, réconcilier la construction du marché intérieur et l'adaptation de l'économie européenne à la mondialisation est bien plus difficile que ne semblent le dire les textes européens qui proposent de mener les deux dossiers de front, la Commission Européenne gardant la possibilité de faire chier tout le monde dans un sens ou dans un autre de manière parfaitement imprévisible, au gré des luttes d'influence entre directions générales.Ceci dit, ça se gère très bien au cas par cas, et ça fournira toujours une matière inépuisable à rire de la Commission, qui, dans ce cas précis, ne peut s'en prendre qu'à elle-même, et à sa fâcheuse manie de marginaliser un président jugé insuffisamment partisan de l'extension continue du champs de compétence de la commission pour être aussi souvent qu'il le faudrait consulté sur l'exact état du compromis entre les différents objectifs contradictoires de l'Union.

maup 17/06/2008 23:22

Etonnant!A qui cela profiterait?