La lettre volée

Notes et idées : Politique, Bandes dessinées, Polars, Media, Actualité, Europe...

L'Europe vue par Zagdanski

"Pendant que le globe s'abîme, les imposteurs pérorent leurs analyses de caniveau, profitant de ce que personne ne sait davantage qu'eux lire, écrire, ni penser. Ils succèdent à d'autres imbéciles qui jérémiadaient au printemps 2005 l'effondrement de l'Union européenne en cas de référendum négatif. Le vote eut lieu, les esclaves grommelèrent pour la forme, et "l'Europe" - cette farce foncièrement financière - perdure."

Stéphane Zagdanski, in Debord ou la diffraction du temps

L'italique à "farce foncièrement financière" est de Zagdanski. Je lis rarement aussi simulant...

Sur ce, je m'absente jusqu'à lundi, cause voyage.




Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Edgar

blogueur parisien depuis 2005

Commenter cet article

fredebone 07/06/2008 08:50

au 6 juin le NON Iralndais l'emporterait par 35 % contre 30 %

edgar 07/06/2008 00:02

Oly : certains ouvrages de Zag comme il se dénomme parfois lui-même sont totalement nombriliques et peu intéressants (ses romans). C'est certainement une personnalité complexe, et un poseur. Il n'a sans doute pas l'air d'un grand chat triste de Finkielkraut (qui me le rend d'ailleurs sympathique, lors même qu'il a sorti de belles conneries - sa tirade sur les mangas mise à part, qui a choqué l'amateur du genre que je suis - sa sortie sur les footballeurs noirs de l'équipe de france était tout de même attristante. 

olyvier 06/06/2008 17:31

Si quelqu'un t'avait invité un jour à VOIR Zagdanski pour de vrai, tu aurais constaté physiquement, et ce n'est pas la moindre des choses, qu'il y a une part de posture, de mise en scène de soi,que je ne trouve pas stimulante.

Laurent_K 06/06/2008 14:04

Là, je rigolerai bien si les Irlandais disaient non finalement... Sans illusion sur l'adoption de ce traité félon bien sûr car nos eurotyrans sont déjà passés sur deux référendums négatifs mais  cela mettrait à nouveau un beau bazar dans leurs certitudes.

Gus 06/06/2008 13:24

Rien d'étonnant : les questions financières sont au coeur de l'Europe depuis l'acte unique : Krugman en parle d'ailleurs très bien : http://www.pkarchive.org/global/pop.html
"It is a persuasive diagnosis, but a politically explosive one, and
everyone wanted to see how Delors would handle it. Would he dare tell
European leaders that their efforts to pursue economic justice have
produced unemployment as an unintended by-product? Would he admit that
the ems could be sustained only at the cost of a recession and face
the implications of that admission for European monetary union?
Guess what? Delors didn't confront the problems of either the welfare
state or the ems. He explained that the root cause of European
unemployment was a lack of competitiveness with the United States and
Japan and that the solution was a program of investment in
infrastructure and high technology.
It was a disappointing evasion, but not a surprising one. After all,
the rhetoric of competitiveness -- the view that, in the words of
President Clinton, each nation is "like a big corporation competing in
the global marketplace" -- has become pervasive among opinion leaders
throughout the world."On connait toute la haine que je voue à Delors (et ses proches) pour avoir été le fossoyeur du projet Spinelli. Restent les conséquences : avoir transformé l'europe en usine géante, paradis pour les investisseurs, pour mieux soutenir une dette publique en croissance exponentielle et permettre aux princes d'europe de vivre aux frais de la plèbe. Dans ce contexte, les 35 heures, et surtout, la flexibilité du travail et la modération des salaires pour les plus faibles (et les stock-options pour les contremaîtres) sont à considérer comme une suite logique de la construction de la Holding European Union Corp.

M./ mélismes 06/06/2008 09:49

J'aime bien le dernier article de M. Quatremer:http://www.liberation.fr/actualite/monde/330138.FR.php"Certes, les sondages donnent le oui largement gagnant (lire ci-contre)" Ci-contre: "Sondages : le non passe en tête"